SAINCTONGE-Poesies-galantes-de-Madame-de--Le-premier-opera-ballet-de-notre-livres-rares-edition-originale-livres-anciens SAINCTONGE-Poesies-galantes-de-Madame-de--Le-premier-opera-ballet-de-notre-livres-rares-edition-originale-livres-anciens
SAINCTONGE-Poesies-galantes-de-Madame-de--Le-premier-opera-ballet-de-notre-livres-rares-edition-originale-livres-anciens SAINCTONGE-Poesies-galantes-de-Madame-de--Le-premier-opera-ballet-de-notre-livres-rares-edition-originale-livres-anciens
Les Poésies galantes de Madame de Sainctonge Le premier opéra-ballet de notre histoire par la poétesse Madame de Sainctonge.





down
Littérature

SAINCTONGE

Poésies galantes de Madame de Sainctonge.

SAINCTONGE, Louise-Geneviève Gillot de. Poésies galantes de Madame de Sainctonge. Paris, Jean Guignard, 1696.

In-12 de (4) ff., 200 pp., (8). Relié en plein maroquin rouge, triple filet doré encadrant les plats, dos à nerfs orné de fleurons dorés, double filet doré sur les coupes, roulette intérieure dorée, tranches dorées sur marbrures. Reliure signée de Capé.

156 x 89 mm.

Edition originale peu commune de ce recueil de la poétesse Madame de Sainctonge qui comporte entre autres pièces le premier opéra-ballet de notre histoire. Brunet, V, 551, Lachèvre, III, 522 ; Catalogue du baron Pichon, n°3174.

Madame de Sainctonge composa ce qui était le premier opéra-ballet. Il est probable qu’elle décida de publier son livret, Les Charmes des saisons, juste après la création d’un opéra rival, précisément pour empêcher que sa contribution à l’élaboration d’un genre mélodramatique nouveau soit ignorée par la postérité.

« Ce fut elle qui, en 1695, prépara une véritable révolution du genre lyrique avec le premier opéra-ballet de notre histoire : ‘les Charmes des Saisons’, dont les ‘cabales’, terme par lequel elle désignait la conjonction de Colasse et de l’abbé Pic soutenus par Lully, interdirent la création lui opposant leur propre ballet des ‘Saisons’ (1695), prologue au modèle du genre. Mme de Sainctonge ne manquait certainement pas d’imagination ni d’invention : ces mésaventures le prouvent. Elle tient peut-être cet esprit inventif de ses origines hispaniques au sens large. Elle appartient par ses ancêtres maternels à la fière nation portugaise et à l’antique famille des comtes de Vimioso qui s’était opposée à l’annexion de sa patrie par Philippe II. » (F. Moureau, La Plume et le plomb, pp. 184-188).

Cette première édition des Poésies galantes contenait ‘les Charmes des saisons’, ballet, trois idylles dialoguées, quelques épîtres, élégies, énigmes, épigrammes et beaucoup de chansons à boire et parodies bachiques. Le ballet des ‘Saisons’ ne fut pas représenté parce que l’abbé Picque (que dans ses épigrammes Rousseau nomme Pic), donna son ballet des ‘Saisons’ en 1695.

Louise-Geneviève Gillot de Sainctonge (1650-1718), femme de lettres française, était la fille de Mme Gillot de Beaucour plus connue sous le nom de Mme Gomez de Vasconcelle, elle-même femme de lettres. Elle fut mariée à un avocat du nom de Sainctonge. Elle a écrit des épitres, des églogues, des madrigaux, et des chansons, deux comédies, deux opéras.

Précieux exemplaire de ce rare recueil finement relié en maroquin rouge par Capé.

Localisation des exemplaires en France : Nantes, Rouen, B.n.F.





SAINCTONGE Poésies galantes de Madame de ... Le premier opéra-ballet de notre ...livres rares édition originale livres anciens
SAINCTONGE-Poesies-galantes-de-Madame-de--Le-premier-opera-ballet-de-notre-livres-rares-edition-originale-livres-anciens



  SAINCTONGE-Poesies-galantes-de-Madame-de--Le-premier-opera-ballet-de-notre-livres-rares-edition-originale-livres-anciens



 
Le premier opéra-ballet de notre histoire par la poétesse Madame de Sainctonge.
Prix: 3 500 €

SAINCTONGE

Poésies galantes de Madame de Sainctonge.

SAINCTONGE, Louise-Geneviève Gillot de. Poésies galantes de Madame de Sainctonge. Paris, Jean Guignard, 1696.

In-12 de (4) ff., 200 pp., (8). Relié en plein maroquin rouge, triple filet doré encadrant les plats, dos à nerfs orné de fleurons dorés, double filet doré sur les coupes, roulette intérieure dorée, tranches dorées sur marbrures. Reliure signée de Capé.

156 x 89 mm.

Edition originale peu commune de ce recueil de la poétesse Madame de Sainctonge qui comporte entre autres pièces le premier opéra-ballet de notre histoire. Brunet, V, 551, Lachèvre, III, 522 ; Catalogue du baron Pichon, n°3174.

Madame de Sainctonge composa ce qui était le premier opéra-ballet. Il est probable qu’elle décida de publier son livret, Les Charmes des saisons, juste après la création d’un opéra rival, précisément pour empêcher que sa contribution à l’élaboration d’un genre mélodramatique nouveau soit ignorée par la postérité.

« Ce fut elle qui, en 1695, prépara une véritable révolution du genre lyrique avec le premier opéra-ballet de notre histoire : ‘les Charmes des Saisons’, dont les ‘cabales’, terme par lequel elle désignait la conjonction de Colasse et de l’abbé Pic soutenus par Lully, interdirent la création lui opposant leur propre ballet des ‘Saisons’ (1695), prologue au modèle du genre. Mme de Sainctonge ne manquait certainement pas d’imagination ni d’invention : ces mésaventures le prouvent. Elle tient peut-être cet esprit inventif de ses origines hispaniques au sens large. Elle appartient par ses ancêtres maternels à la fière nation portugaise et à l’antique famille des comtes de Vimioso qui s’était opposée à l’annexion de sa patrie par Philippe II. » (F. Moureau, La Plume et le plomb, pp. 184-188).

Cette première édition des Poésies galantes contenait ‘les Charmes des saisons’, ballet, trois idylles dialoguées, quelques épîtres, élégies, énigmes, épigrammes et beaucoup de chansons à boire et parodies bachiques. Le ballet des ‘Saisons’ ne fut pas représenté parce que l’abbé Picque (que dans ses épigrammes Rousseau nomme Pic), donna son ballet des ‘Saisons’ en 1695.

Louise-Geneviève Gillot de Sainctonge (1650-1718), femme de lettres française, était la fille de Mme Gillot de Beaucour plus connue sous le nom de Mme Gomez de Vasconcelle, elle-même femme de lettres. Elle fut mariée à un avocat du nom de Sainctonge. Elle a écrit des épitres, des églogues, des madrigaux, et des chansons, deux comédies, deux opéras.

Précieux exemplaire de ce rare recueil finement relié en maroquin rouge par Capé.

Localisation des exemplaires en France : Nantes, Rouen, B.n.F.