CELLARIUS-Andreas-Harmonia-Macrocosmica-Seu-Atlas-Universalis--Somme-des-decouvertes-astronomiques- CELLARIUS-Andreas-Harmonia-Macrocosmica-Seu-Atlas-Universalis--Somme-des-decouvertes-astronomiques- CELLARIUS-Andreas-Harmonia-Macrocosmica-Seu-Atlas-Universalis--Somme-des-decouvertes-astronomiques- CELLARIUS-Andreas-Harmonia-Macrocosmica-Seu-Atlas-Universalis--Somme-des-decouvertes-astronomiques- CELLARIUS-Andreas-Harmonia-Macrocosmica-Seu-Atlas-Universalis--Somme-des-decouvertes-astronomiques-
CELLARIUS-Andreas-Harmonia-Macrocosmica-Seu-Atlas-Universalis--Somme-des-decouvertes-astronomiques- CELLARIUS-Andreas-Harmonia-Macrocosmica-Seu-Atlas-Universalis--Somme-des-decouvertes-astronomiques- CELLARIUS-Andreas-Harmonia-Macrocosmica-Seu-Atlas-Universalis--Somme-des-decouvertes-astronomiques- CELLARIUS-Andreas-Harmonia-Macrocosmica-Seu-Atlas-Universalis--Somme-des-decouvertes-astronomiques- CELLARIUS-Andreas-Harmonia-Macrocosmica-Seu-Atlas-Universalis--Somme-des-decouvertes-astronomiques-
L’atlas céleste des navigateurs somptueusement colorié à l’époque « Somme des découvertes astronomiques des XVIe et XVIIe siècles, l’atlas de Cellarius offre la particularité de présenter le ciel selon les différents systèmes de Ptolémée, Copernic et Tycho Brahé, mettant en parallèle – et invitant le lecteur à comparer – les trois grandes tentatives pour expliquer la marche du monde, l’Harmonie de l’Univers. »






down
Livres illustrés / Science, médecine / Les incontournables / Voyage, exploration

CELLARIUS, Andreas

Harmonia Macrocosmica Seu Atlas Universalis et Novus, Totius Universi Creati Cosmographiam Generalem, et Novam Exhibens. In quâ Omnium totius Mundi Orbium Harmonica Constructio, Secundum diversas diversorum Authorum opiniones, ut & Uranometria, seu totus Orbis Coelestis, ac Planetarum Theoriae, & Terrestris Globus, tàm Planis & Scenographicis Iconibus, quàm Descriptionibus novis ab oculos ponuntur (...)

Amstelodami. Apud Gerardum Valk & Petrum Schenk, Anno 1708.

Grand in-folio de (2) ff., 1 frontispice et 29 cartes sur double-page. Relié en vélin ivoire souple.

512 x 322 mm.

Seconde édition de l’Atlas céleste des navigateurs au XVIIe siècle. Le plus célèbre des Atlas célestes publiés aux XVIIe et XVIIIe siècles, et le seul édité aux Pays-Bas. Phillips 4274, Koeman IV, Cel 3.

Somme des découvertes astronomiques des XVIè et XVIIè, l’atlas de Cellarius offre la particularité de présenter le ciel selon les différents systèmes de Ptolémée, Copernic et Tycho Brahé, mettant en parallèle – et invitant le lecteur à comparer – les trois grandes tentatives pour expliquer la marche du monde, l’Harmonie de l’Univers. L’enjeu était non seulement scientifique mais aussi philosophique et opposait l’Eglise à l’Europe savante, l’hypothèse de Copernic allant à l’encontre du système de Ptolémée adopté jusqu’alors et contredisant les Ecritures.

La magnifique illustration se compose d’un frontispice (50 x 31 cm) montrant une assemblée d’astronomes observant le ciel entourés d’instruments scientifiques, et de 29 planches doubles (50 x 62 cm) dont plusieurs, justement réputées, comptent parmi les plus belles représentations scientifiques célestes de l’histoire de l’imprimerie.

Ce sont notamment les estampes n°22 à 29 qui ont pour titre :

(22). Coeli Stellati Christiani Haemisphaerium Prius. 43 x 51 cm. (23). Coeli Stellati Christiani Haemisphaerium Posterius. 44 x 51 cm. (24). Haemisphaerium Stellatium Boreale Antiquum. 43 x 51 cm. (25). Hemisphaerii Borealis Coeli Et Terrae Sphaeri Casceno Graphia. 43 x 50 cm. (26). Haemisphaerium Stellatum Boreale Cum Subiecto Haemisphaerio Terrestri. 42 x 51 cm. (27). Haemisphaerium Stellatum Australe Antiquum. 44 x 51 cm. (28). Haemisphaerium Scenographicum Australe Coeli Stellati Et Terrae. 43 x 50 cm. (29). Haemisphaerium Stellatum Australe Aequali Sphaerium Proportione. 43 x 51 cm.

Andreas Cellarius fut recteur de l’école latine de Hoorn en Hollande en 1660 quand la première édition de ce fameux atlas céleste fut publiée par Joannes Janssonius à Amsterdam sous le titre « Harmonia Macrocosmica ». Il serait d’origine allemande ou polonaise, ayant pour nom d’origine Keller ou Kellner. Il aurait fait paraître en 1652 « Descriptio Poloniae et Lithuniae », réimprimé en 1659 et traduit en hollandais en 1660.

Magnifique exemplaire entièrement colorie à la main à l'époque.

De tels exemplaires sont rares et de plus en plus recherchés : un exemplaire ainsi colorié mais « Worn and rebacked », vendu il y a 18 ans 50 000 $ (Sotheby’s New York, 11 décembre 1989) et 81 000 $, soit 90 000 € il y a 7 ans en cartonnage (Sotheby’s, 12 juin 2000, lot 62).





CELLARIUS, Andreas Harmonia Macrocosmica Seu Atlas Universalis ... « Somme des découvertes astronomiques ...
CELLARIUS-Andreas-Harmonia-Macrocosmica-Seu-Atlas-Universalis--Somme-des-decouvertes-astronomiques-



  CELLARIUS-Andreas-Harmonia-Macrocosmica-Seu-Atlas-Universalis--Somme-des-decouvertes-astronomiques-



  CELLARIUS-Andreas-Harmonia-Macrocosmica-Seu-Atlas-Universalis--Somme-des-decouvertes-astronomiques-



  CELLARIUS-Andreas-Harmonia-Macrocosmica-Seu-Atlas-Universalis--Somme-des-decouvertes-astronomiques-



  CELLARIUS-Andreas-Harmonia-Macrocosmica-Seu-Atlas-Universalis--Somme-des-decouvertes-astronomiques-



 
« Somme des découvertes astronomiques des XVIe et XVIIe siècles, l’atlas de Cellarius offre la particularité de présenter le ciel selon les différents systèmes de Ptolémée, Copernic et Tycho Brahé, mettant en parallèle – et invitant le lecteur à comparer – les trois grandes tentatives pour expliquer la marche du monde, l’Harmonie de l’Univers. »

Prix: 95 000 €

CELLARIUS, Andreas

Harmonia Macrocosmica Seu Atlas Universalis et Novus, Totius Universi Creati Cosmographiam Generalem, et Novam Exhibens. In quâ Omnium totius Mundi Orbium Harmonica Constructio, Secundum diversas diversorum Authorum opiniones, ut & Uranometria, seu totus Orbis Coelestis, ac Planetarum Theoriae, & Terrestris Globus, tàm Planis & Scenographicis Iconibus, quàm Descriptionibus novis ab oculos ponuntur (...)

Amstelodami. Apud Gerardum Valk & Petrum Schenk, Anno 1708.

Grand in-folio de (2) ff., 1 frontispice et 29 cartes sur double-page. Relié en vélin ivoire souple.

512 x 322 mm.

Seconde édition de l’Atlas céleste des navigateurs au XVIIe siècle. Le plus célèbre des Atlas célestes publiés aux XVIIe et XVIIIe siècles, et le seul édité aux Pays-Bas. Phillips 4274, Koeman IV, Cel 3.

Somme des découvertes astronomiques des XVIè et XVIIè, l’atlas de Cellarius offre la particularité de présenter le ciel selon les différents systèmes de Ptolémée, Copernic et Tycho Brahé, mettant en parallèle – et invitant le lecteur à comparer – les trois grandes tentatives pour expliquer la marche du monde, l’Harmonie de l’Univers. L’enjeu était non seulement scientifique mais aussi philosophique et opposait l’Eglise à l’Europe savante, l’hypothèse de Copernic allant à l’encontre du système de Ptolémée adopté jusqu’alors et contredisant les Ecritures.

La magnifique illustration se compose d’un frontispice (50 x 31 cm) montrant une assemblée d’astronomes observant le ciel entourés d’instruments scientifiques, et de 29 planches doubles (50 x 62 cm) dont plusieurs, justement réputées, comptent parmi les plus belles représentations scientifiques célestes de l’histoire de l’imprimerie.

Ce sont notamment les estampes n°22 à 29 qui ont pour titre :

(22). Coeli Stellati Christiani Haemisphaerium Prius. 43 x 51 cm. (23). Coeli Stellati Christiani Haemisphaerium Posterius. 44 x 51 cm. (24). Haemisphaerium Stellatium Boreale Antiquum. 43 x 51 cm. (25). Hemisphaerii Borealis Coeli Et Terrae Sphaeri Casceno Graphia. 43 x 50 cm. (26). Haemisphaerium Stellatum Boreale Cum Subiecto Haemisphaerio Terrestri. 42 x 51 cm. (27). Haemisphaerium Stellatum Australe Antiquum. 44 x 51 cm. (28). Haemisphaerium Scenographicum Australe Coeli Stellati Et Terrae. 43 x 50 cm. (29). Haemisphaerium Stellatum Australe Aequali Sphaerium Proportione. 43 x 51 cm.

Andreas Cellarius fut recteur de l’école latine de Hoorn en Hollande en 1660 quand la première édition de ce fameux atlas céleste fut publiée par Joannes Janssonius à Amsterdam sous le titre « Harmonia Macrocosmica ». Il serait d’origine allemande ou polonaise, ayant pour nom d’origine Keller ou Kellner. Il aurait fait paraître en 1652 « Descriptio Poloniae et Lithuniae », réimprimé en 1659 et traduit en hollandais en 1660.

Magnifique exemplaire entièrement colorie à la main à l'époque.

De tels exemplaires sont rares et de plus en plus recherchés : un exemplaire ainsi colorié mais « Worn and rebacked », vendu il y a 18 ans 50 000 $ (Sotheby’s New York, 11 décembre 1989) et 81 000 $, soit 90 000 € il y a 7 ans en cartonnage (Sotheby’s, 12 juin 2000, lot 62).