VIRGILE Les OEuvres de Virgile Maron L edition originale de cette traduction VIRGILE Les OEuvres de Virgile Maron L edition originale de cette traduction
VIRGILE Les OEuvres de Virgile Maron L edition originale de cette traduction VIRGILE Les OEuvres de Virgile Maron L edition originale de cette traduction
Les « Oeuvres » de Virgile L’édition originale de cette traduction en vers français des Œuvres de Virgile. Précieux exemplaire conservé dans son vélin doré de l’époque à recouvrement.





down
Histoire, religion

VIRGILE

Les Œuvres de Virgile Maron, traduites de Latin en Francois par Robert et Anthoine le Chevalier d’Agneau frères, de Vire en Normandie. Dédiées au Roy.

Paris, Guillaume Auvray, 1582.

In-4 de (20) ff., 354 ff. mal chiffrés 352. Petite galerie de vers marginale dans les derniers cahiers sans atteinte au texte. Relié en plein vélin souple de l’époque à recouvrement,  double filet doré encadrant les plats, médaillon doré central feuillagé, dos lisse orné de filets et fleurons dorés, tranches dorées. Reliure de l’époque.

237 x 155 mm.

Édition originale de cette traduction française des Œuvres de Virgile comprenant les Bucoliques, les Géorgiques et l’Enéide. Brunet, V, 1301 ; Frère, Manuel du bibliophile normand, I, p.9.

Cette traduction en vers est due aux frères Robert et Antoine Le Chevalier d’Agneaux. L’Enéide commence par un titre à part orné de la marque de Guillaume Auvray. « Antoine Chevalier, surnommé d’Agneaux, natif de Vire en Normandie, frère puiné de Robert Chevalier, &c. Ils ont tous deux traduit fort doctement les œuvres de Virgile en vers François, avec la vie dudit Virgile, imprimées à Paris en 1582, chez Perier et Auvray. J’entends qu’ils traduisent aujourd’hui les œuvres d’Horace. Ils florissent cette année 1584, & s’étudient à profiter au public de tout leur pouvoir ». (Les Bibliothèques françaises de la Croix du Maine, p. 32)

« The two brothers are celebrated as the first translators of Virgil into French verse. They were born at Vire in Normandy, and studied together, the one law and the other medicine, at Paris, Poitiers, Montpellier and Toulouse. After travelling together over great part of France, they retired to their native province, and gave themselves up to literature. In 1582 they produced their translation of the whole works of Virgil, which gained them a high reputation. It appeared at Paris with a dedication to Henri III, and was shortly after reprinted, accompanied with the Latin text. Vauquelin so greatly admired it, that he exclaims in his ‘Art Poëtique’:’Apollon même avoue, Qu’en eux se reconnait le Cigne de Mantoue’. The success of their first production encouraged the brothers to undertake a version of the Odes of Horace…” (The biographical Dictionary, p. 458).

« Quelques personnes recherchent encore la traduction de Virgile, en vers, par les frères Robert et Antoine Le Chevalier d’Agneaux, 125 fr. Solar » (Brunet).

Très belle édition, admirablement imprimée en italiques. Le titre est orné de la grande marque de Guillaume Auvray. De nombreuses lettrines ornées ainsi que d’élégants bandeaux gravés sur bois ornent la présente édition.

« Virgile est l’ami du solitaire, le compagnon des heures secrètes de la vie... Les tableaux de Virgile ne sont pas bornés à de certaines perspectives de la vie ; ils représentent toute la nature : ce sont les profondeurs des forêts, l’aspect des montagnes, les rivages de la mer, où des femmes exilées regardent, en pleurant, l’immensité des flots... » Chateaubriand.

« Et notamment Vergile en ses Géorgiques que j’estime le plus plein et acomply de la Poësie » (Montaigne, Essais, II, 10). Montaigne admirait tout particulièrement la poésie de Virgile. Il intitula d’ailleurs un de ses essais Sur des vers de Virgile.

Très bel exemplaire, grand de marges, conservé dans son vélin doré de l’époque à recouvrement, de ce beau recueil poétique très évocateur du XVIe siècle français.

Provenance : Congrégation des missions à Bordeaux avec ex libris manuscrit à l’encre d’une main du XVIIIe siècle sur le titre et la mention cat inscript ; ex libris manuscrit du XVIIIe siècle sur la dernière garde.





VIRGILE Les Œuvres de Virgile Maron, ... L’édition originale de cette traduction ...
VIRGILE Les OEuvres de Virgile Maron L edition originale de cette traduction



  VIRGILE Les OEuvres de Virgile Maron L edition originale de cette traduction



 
L’édition originale de cette traduction en vers français des Œuvres de Virgile. Précieux exemplaire conservé dans son vélin doré de l’époque à recouvrement.
Prix: 11 500 €

VIRGILE

Les Œuvres de Virgile Maron, traduites de Latin en Francois par Robert et Anthoine le Chevalier d’Agneau frères, de Vire en Normandie. Dédiées au Roy.

Paris, Guillaume Auvray, 1582.

In-4 de (20) ff., 354 ff. mal chiffrés 352. Petite galerie de vers marginale dans les derniers cahiers sans atteinte au texte. Relié en plein vélin souple de l’époque à recouvrement,  double filet doré encadrant les plats, médaillon doré central feuillagé, dos lisse orné de filets et fleurons dorés, tranches dorées. Reliure de l’époque.

237 x 155 mm.

Édition originale de cette traduction française des Œuvres de Virgile comprenant les Bucoliques, les Géorgiques et l’Enéide. Brunet, V, 1301 ; Frère, Manuel du bibliophile normand, I, p.9.

Cette traduction en vers est due aux frères Robert et Antoine Le Chevalier d’Agneaux. L’Enéide commence par un titre à part orné de la marque de Guillaume Auvray. « Antoine Chevalier, surnommé d’Agneaux, natif de Vire en Normandie, frère puiné de Robert Chevalier, &c. Ils ont tous deux traduit fort doctement les œuvres de Virgile en vers François, avec la vie dudit Virgile, imprimées à Paris en 1582, chez Perier et Auvray. J’entends qu’ils traduisent aujourd’hui les œuvres d’Horace. Ils florissent cette année 1584, & s’étudient à profiter au public de tout leur pouvoir ». (Les Bibliothèques françaises de la Croix du Maine, p. 32)

« The two brothers are celebrated as the first translators of Virgil into French verse. They were born at Vire in Normandy, and studied together, the one law and the other medicine, at Paris, Poitiers, Montpellier and Toulouse. After travelling together over great part of France, they retired to their native province, and gave themselves up to literature. In 1582 they produced their translation of the whole works of Virgil, which gained them a high reputation. It appeared at Paris with a dedication to Henri III, and was shortly after reprinted, accompanied with the Latin text. Vauquelin so greatly admired it, that he exclaims in his ‘Art Poëtique’:’Apollon même avoue, Qu’en eux se reconnait le Cigne de Mantoue’. The success of their first production encouraged the brothers to undertake a version of the Odes of Horace…” (The biographical Dictionary, p. 458).

« Quelques personnes recherchent encore la traduction de Virgile, en vers, par les frères Robert et Antoine Le Chevalier d’Agneaux, 125 fr. Solar » (Brunet).

Très belle édition, admirablement imprimée en italiques. Le titre est orné de la grande marque de Guillaume Auvray. De nombreuses lettrines ornées ainsi que d’élégants bandeaux gravés sur bois ornent la présente édition.

« Virgile est l’ami du solitaire, le compagnon des heures secrètes de la vie... Les tableaux de Virgile ne sont pas bornés à de certaines perspectives de la vie ; ils représentent toute la nature : ce sont les profondeurs des forêts, l’aspect des montagnes, les rivages de la mer, où des femmes exilées regardent, en pleurant, l’immensité des flots... » Chateaubriand.

« Et notamment Vergile en ses Géorgiques que j’estime le plus plein et acomply de la Poësie » (Montaigne, Essais, II, 10). Montaigne admirait tout particulièrement la poésie de Virgile. Il intitula d’ailleurs un de ses essais Sur des vers de Virgile.

Très bel exemplaire, grand de marges, conservé dans son vélin doré de l’époque à recouvrement, de ce beau recueil poétique très évocateur du XVIe siècle français.

Provenance : Congrégation des missions à Bordeaux avec ex libris manuscrit à l’encre d’une main du XVIIIe siècle sur le titre et la mention cat inscript ; ex libris manuscrit du XVIIIe siècle sur la dernière garde.