ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books
ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books
"La Botanique" de Rousseau, illustrée de 65 belles estampes aquarellées de Redouté La Botanique de Rousseau, illustrée de 65 belles estampes aquarellées de Redouté. «Je raffole de la botanique. . . Je n'ai plus que du foin dans la tête, je vais devenir plante moi-même». Jean-Jacques Rousseau, 1765. Exemplaire très frais, grand de marges, en reliure de l'époque.





down
Livres illustrés / Histoire naturelle

ROUSSEAU, Jean-Jacques

La Botanique.

Paris, Baudouin frères, 1822.

Grand in-4, de xi pp., 153, (1) p. de table, 65 planches gravées à pleine page. Demi-maroquin rouge à long grain avec coins, dos à nerfs orné de fleurons dorés. Reliure de l'époque.

364 x 270 mm.

L’un des ouvrages les plus émouvants de Jean-Jacques Rousseau orné d’une vignette sur le titre et de 65 belles planches hors texte en couleurs, finement rehaussées d’aquarelle d’après les peintures de J. Redouté, gravées par de Gouy, Bouquet, J. Marchand, etc...

Paru pour la première fois en 1805 en II livraisons, l'ouvrage réunit les textes de plusieurs séries de lettres de Rousseau touchant à la botanique : 8 adressées à « sa chère cousine », 15 à la duchesse de Portland, 2 à M. de Malesherbes sur les mousses et les herbiers, 9 à M. de La Tourette sur les fleurs et le plaisir d'herboriser, ainsi qu'un dictionnaire des termes d'usage en botanique. Nissen, 1688. Great Flower books, p. 74. Dunthorne, 252.

Ces « Lettres » qui interfèrent avec certains passages des « Rêveries » et des « Confessions » apportent un éclairage très particulier sur un Jean-Jacques Rousseau philosophe et artiste mais aussi savant romantique.

Les premiers pas de Jean-Jacques Rousseau dans le domaine de la « science botanique » s'effectuèrent près de Neuchâtel en Suisse. C'est aux « Charmettes » que l'écrivain va approfondir sa découverte de la nature. Grâce à Madame de Warens, il apprend à connaître les plantes : « Maman s'amusait à herboriser parmi les broussailles (...) elle me fit remarquer mille choses curieuses qui devaient me donner du goût pour la botanique ».

Dans une lettre à un ami, en 1765, il écrit: « Je raffole de la botanique, cela ne fait qu'empirer tous les jours. Je n’ai plus que du foin dans la tête, je vais devenir plante moi-même ».

Dans les « Rêveries du promeneur solitaire » Rousseau mettra au goût du jour herbiers et moussiers.

Rousseau évoque son arrivée au lac de Bienne, situé dans le canton de Berne, en Suisse, où il trouve refuge en 1765. «Au lieu de ces tristes paperasses et de toute cette bouquinerie, j'emplissais ma chambre de fleurs et de foin, car j'étais alors dans ma première ferveur de botanique, pour laquelle le docteur d'Ivernois m'avait inspiré un goût qui bientôt devint passion. Ne voulant plus d'œuvre de travail, il m'en fallait une d'amusement qui me plût et qui ne me donnât de peine que celle qu'aime à prendre un paresseux. J’entrepris de faire la Flora Petrinsularis et de décrire toutes les plantes de l’île sans en omettre une seule, avec un détail suffisant pour m’occuper le reste de mes jours. On dit qu’un allemand a fait un livre sur un zest de citron, j’en aurais fait un sur chaque mousse de bois... ». Rousseau, Rêveries du promeneur solitaire, cinquième promenade, 1782.

Ses courses de botanique sont créatrices de tendres souvenirs : « Toutes mes courses de botanique m'ont laissé des impressions qui se renouvellent par l'aspect des plantes herborisées dans ces mêmes lieux. Je ne reverrai plus ces beaux paysages, ces forêts, ces lacs, ces bosquets, ces rochers, ces montagnes, dont l'aspect a toujours touché mon cœur : mais maintenant que je ne peux plus courir ces heureuses contrées, je n'ai qu'à ouvrir mon herbier et bientôt il m'y transporte». Rousseau, Rêveries du promeneur solitaire, septième promenade, 1782.

Se référant au « Systema naturae » de Linné, Rousseau devait poursuivre ses observations en Angleterre puis en France.

Dessinées par Redouté, le dessinateur des fleurs par excellence, imprimées en couleurs et rehaussées d’aquarelles les 65 très belles planches figurent avec élégance et en coloris subtils les découvertes d’herboriste de Rousseau. Les lis, narcisses, tubéreuses, digitales, giroflées, mufliers, julienne et asphodèle sont d'une beauté remarquable.

Très séduisant exemplaire, d’une grandeur de marges peu commune, hauteur 360 mm, conservé dans sa très fraiche reliure de l’époque.





ROUSSEAU, Jean-Jacques rousseau La Botanique livres rares first edition rare books
ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books



  ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books



  ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books



  ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books



  ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books



  ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books



  ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books



  ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books



  ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books



  ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books



  ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books



  ROUSSEAU-Jean-Jacques-rousseau-La-Botanique-livres-rares-first-edition-rare-books



 
La Botanique de Rousseau, illustrée de 65 belles estampes aquarellées de Redouté. «Je raffole de la botanique. . . Je n'ai plus que du foin dans la tête, je vais devenir plante moi-même». Jean-Jacques Rousseau, 1765. Exemplaire très frais, grand de marges, en reliure de l'époque.
Vendu

ROUSSEAU, Jean-Jacques

La Botanique.

Paris, Baudouin frères, 1822.

Grand in-4, de xi pp., 153, (1) p. de table, 65 planches gravées à pleine page. Demi-maroquin rouge à long grain avec coins, dos à nerfs orné de fleurons dorés. Reliure de l'époque.

364 x 270 mm.

L’un des ouvrages les plus émouvants de Jean-Jacques Rousseau orné d’une vignette sur le titre et de 65 belles planches hors texte en couleurs, finement rehaussées d’aquarelle d’après les peintures de J. Redouté, gravées par de Gouy, Bouquet, J. Marchand, etc...

Paru pour la première fois en 1805 en II livraisons, l'ouvrage réunit les textes de plusieurs séries de lettres de Rousseau touchant à la botanique : 8 adressées à « sa chère cousine », 15 à la duchesse de Portland, 2 à M. de Malesherbes sur les mousses et les herbiers, 9 à M. de La Tourette sur les fleurs et le plaisir d'herboriser, ainsi qu'un dictionnaire des termes d'usage en botanique. Nissen, 1688. Great Flower books, p. 74. Dunthorne, 252.

Ces « Lettres » qui interfèrent avec certains passages des « Rêveries » et des « Confessions » apportent un éclairage très particulier sur un Jean-Jacques Rousseau philosophe et artiste mais aussi savant romantique.

Les premiers pas de Jean-Jacques Rousseau dans le domaine de la « science botanique » s'effectuèrent près de Neuchâtel en Suisse. C'est aux « Charmettes » que l'écrivain va approfondir sa découverte de la nature. Grâce à Madame de Warens, il apprend à connaître les plantes : « Maman s'amusait à herboriser parmi les broussailles (...) elle me fit remarquer mille choses curieuses qui devaient me donner du goût pour la botanique ».

Dans une lettre à un ami, en 1765, il écrit: « Je raffole de la botanique, cela ne fait qu'empirer tous les jours. Je n’ai plus que du foin dans la tête, je vais devenir plante moi-même ».

Dans les « Rêveries du promeneur solitaire » Rousseau mettra au goût du jour herbiers et moussiers.

Rousseau évoque son arrivée au lac de Bienne, situé dans le canton de Berne, en Suisse, où il trouve refuge en 1765. «Au lieu de ces tristes paperasses et de toute cette bouquinerie, j'emplissais ma chambre de fleurs et de foin, car j'étais alors dans ma première ferveur de botanique, pour laquelle le docteur d'Ivernois m'avait inspiré un goût qui bientôt devint passion. Ne voulant plus d'œuvre de travail, il m'en fallait une d'amusement qui me plût et qui ne me donnât de peine que celle qu'aime à prendre un paresseux. J’entrepris de faire la Flora Petrinsularis et de décrire toutes les plantes de l’île sans en omettre une seule, avec un détail suffisant pour m’occuper le reste de mes jours. On dit qu’un allemand a fait un livre sur un zest de citron, j’en aurais fait un sur chaque mousse de bois... ». Rousseau, Rêveries du promeneur solitaire, cinquième promenade, 1782.

Ses courses de botanique sont créatrices de tendres souvenirs : « Toutes mes courses de botanique m'ont laissé des impressions qui se renouvellent par l'aspect des plantes herborisées dans ces mêmes lieux. Je ne reverrai plus ces beaux paysages, ces forêts, ces lacs, ces bosquets, ces rochers, ces montagnes, dont l'aspect a toujours touché mon cœur : mais maintenant que je ne peux plus courir ces heureuses contrées, je n'ai qu'à ouvrir mon herbier et bientôt il m'y transporte». Rousseau, Rêveries du promeneur solitaire, septième promenade, 1782.

Se référant au « Systema naturae » de Linné, Rousseau devait poursuivre ses observations en Angleterre puis en France.

Dessinées par Redouté, le dessinateur des fleurs par excellence, imprimées en couleurs et rehaussées d’aquarelles les 65 très belles planches figurent avec élégance et en coloris subtils les découvertes d’herboriste de Rousseau. Les lis, narcisses, tubéreuses, digitales, giroflées, mufliers, julienne et asphodèle sont d'une beauté remarquable.

Très séduisant exemplaire, d’une grandeur de marges peu commune, hauteur 360 mm, conservé dans sa très fraiche reliure de l’époque.