URFE-Honore-d--BARO-Conclusion-et-derniere-partie-d-Astree-Rare-edition-originale-de-La- URFE-Honore-d--BARO-Conclusion-et-derniere-partie-d-Astree-Rare-edition-originale-de-La- URFE-Honore-d--BARO-Conclusion-et-derniere-partie-d-Astree-Rare-edition-originale-de-La-
URFE-Honore-d--BARO-Conclusion-et-derniere-partie-d-Astree-Rare-edition-originale-de-La- URFE-Honore-d--BARO-Conclusion-et-derniere-partie-d-Astree-Rare-edition-originale-de-La- URFE-Honore-d--BARO-Conclusion-et-derniere-partie-d-Astree-Rare-edition-originale-de-La-
Rare édition originale de "La Conclusion de l’Astrée" Rare édition originale de La Conclusion de l’Astrée conservée dans son vélin à recouvrement de l’époque.






down
Littérature

URFE, Honoré d’/ BARO

Conclusion et dernière partie d’Astrée. Ou par plusieurs histoires, & sous personnes de Bergers & d’autres, sont deduits les divers effects de l’honneste Amitié...

Paris, chez François Pomeray et Au Palais, 1628.

Fort in-8 de (16) ff. dont 1 frontispice gravé et 3 portraits, 900 pp., (2) ff. Relié en plein vélin à recouvrement de l’époque, dos lisse avec le titre manuscrit en tête. Reliure de l’époque.

170 x 104 mm.

Rare édition originale de la conclusion de l’Astrée, qui se vendait séparément. Brunet, V, 1015 ; Tchermerzine, V, 942.

« D’Urfé ne publia que les trois premières parties [de l’Astrée], sa mort étant survenue avant l’achèvement de son œuvre. Son secrétaire, Baro, en fit paraitre la quatrième et la cinquième parties. » (Catalogue de Backer, II, n°644)

« Baro, qui avait été le secrétaire et l’ami de d’Urfé, fut chargé par le neveu de ce dernier de rédiger la quatrième partie sur les manuscrits de l’auteur, et d’achever le roman d’après les dessins du maitre. C’est ce qu’il fit en mettant au jour le 5 novembre 1627 ‘La vraye Astrée... Ive partie’, et en donnant dans la même année, le 31 décembre 1627, ‘la cinquième et dernière partie, ou conclusion d’Astrée’, in-8 contenant une épitre de Baro à Ambroise Spinola, une allocution à la bergère Astrée, un avis au lecteur, le privilège du roi, un extrait du traité de Baro avec le libraire Pomeray, et de celui de ce dernier avec Ant. de Sommaville et Aug. Courbé, ses confrères. La conclusion de Baro fut la seule admise dans les deux éditions complètes de l’Astrée, qui parurent en 1633 et en 1647 ». (Brunet)

« L’Astrée eut un succès prodigieux. La Rochefoucauld, La Fontaine, et d’autres grands esprits s’enthousiasmèrent pour cette œuvre, dont Jean-Jacques rousseau fut plus d’un siècle après un partisan déclaré. » (De Backer)

L’Astrée, ce fameux roman à succès, modela les pensées et les mœurs des salons précieux du XVIIe siècle. Grand roman pastoral et psychologique en 5 livres, l’Astrée a profondément marqué la sensibilité du XVIIe siècle. 

« Honoré d’Urfé y a transposé et idéalisé son amour pour Diane : ... en y ajoutant la transposition d’anecdotes réelles (tels les amours d’Henri IV et de la belle Gabrielle) ».

Code de l’Amour parfait dont elle résume les lois en 12 articles, L’Astrée est la première œuvre importante que nous ait donné le roman sentimental.

« Le succès du roman fut immense et son influence profonde sur les mœurs et la littérature. Boileau l’appréciait, et La Fontaine en faisait une de ses lectures favorites ».

L’illustration superbe se compose d’un frontispice réalisé par Léonard Gaultier et de trois portraits à pleine page, d’Astrée et de d’Urfé par Briot et de Baro par M. Lasne d’après Ferdinand Helle. Tchemerzine ne mentionne que deux de ces trois portraits.

Bel exemplaire d’une grande pureté conservé dans son vélin à recouvrement de l’époque.

Provenance : mention manuscrite à l’encre sur la première garde blanche Catharina Goris, Anno 1695, 18 Octobre.





URFE, Honoré d’/ BARO Conclusion et dernière partie d’Astrée. ... Rare édition originale de La ...
URFE-Honore-d--BARO-Conclusion-et-derniere-partie-d-Astree-Rare-edition-originale-de-La-



  URFE-Honore-d--BARO-Conclusion-et-derniere-partie-d-Astree-Rare-edition-originale-de-La-



  URFE-Honore-d--BARO-Conclusion-et-derniere-partie-d-Astree-Rare-edition-originale-de-La-



 
Rare édition originale de La Conclusion de l’Astrée conservée dans son vélin à recouvrement de l’époque.

Vendu

URFE, Honoré d’/ BARO

Conclusion et dernière partie d’Astrée. Ou par plusieurs histoires, & sous personnes de Bergers & d’autres, sont deduits les divers effects de l’honneste Amitié...

Paris, chez François Pomeray et Au Palais, 1628.

Fort in-8 de (16) ff. dont 1 frontispice gravé et 3 portraits, 900 pp., (2) ff. Relié en plein vélin à recouvrement de l’époque, dos lisse avec le titre manuscrit en tête. Reliure de l’époque.

170 x 104 mm.

Rare édition originale de la conclusion de l’Astrée, qui se vendait séparément. Brunet, V, 1015 ; Tchermerzine, V, 942.

« D’Urfé ne publia que les trois premières parties [de l’Astrée], sa mort étant survenue avant l’achèvement de son œuvre. Son secrétaire, Baro, en fit paraitre la quatrième et la cinquième parties. » (Catalogue de Backer, II, n°644)

« Baro, qui avait été le secrétaire et l’ami de d’Urfé, fut chargé par le neveu de ce dernier de rédiger la quatrième partie sur les manuscrits de l’auteur, et d’achever le roman d’après les dessins du maitre. C’est ce qu’il fit en mettant au jour le 5 novembre 1627 ‘La vraye Astrée... Ive partie’, et en donnant dans la même année, le 31 décembre 1627, ‘la cinquième et dernière partie, ou conclusion d’Astrée’, in-8 contenant une épitre de Baro à Ambroise Spinola, une allocution à la bergère Astrée, un avis au lecteur, le privilège du roi, un extrait du traité de Baro avec le libraire Pomeray, et de celui de ce dernier avec Ant. de Sommaville et Aug. Courbé, ses confrères. La conclusion de Baro fut la seule admise dans les deux éditions complètes de l’Astrée, qui parurent en 1633 et en 1647 ». (Brunet)

« L’Astrée eut un succès prodigieux. La Rochefoucauld, La Fontaine, et d’autres grands esprits s’enthousiasmèrent pour cette œuvre, dont Jean-Jacques rousseau fut plus d’un siècle après un partisan déclaré. » (De Backer)

L’Astrée, ce fameux roman à succès, modela les pensées et les mœurs des salons précieux du XVIIe siècle. Grand roman pastoral et psychologique en 5 livres, l’Astrée a profondément marqué la sensibilité du XVIIe siècle. 

« Honoré d’Urfé y a transposé et idéalisé son amour pour Diane : ... en y ajoutant la transposition d’anecdotes réelles (tels les amours d’Henri IV et de la belle Gabrielle) ».

Code de l’Amour parfait dont elle résume les lois en 12 articles, L’Astrée est la première œuvre importante que nous ait donné le roman sentimental.

« Le succès du roman fut immense et son influence profonde sur les mœurs et la littérature. Boileau l’appréciait, et La Fontaine en faisait une de ses lectures favorites ».

L’illustration superbe se compose d’un frontispice réalisé par Léonard Gaultier et de trois portraits à pleine page, d’Astrée et de d’Urfé par Briot et de Baro par M. Lasne d’après Ferdinand Helle. Tchemerzine ne mentionne que deux de ces trois portraits.

Bel exemplaire d’une grande pureté conservé dans son vélin à recouvrement de l’époque.

Provenance : mention manuscrite à l’encre sur la première garde blanche Catharina Goris, Anno 1695, 18 Octobre.