GRENIER-Charlotte-Fleurs-peintes-a-l-aquarelle-Lausanne-1820-1822- GRENIER-Charlotte-Fleurs-peintes-a-l-aquarelle-Lausanne-1820-1822- GRENIER-Charlotte-Fleurs-peintes-a-l-aquarelle-Lausanne-1820-1822- GRENIER-Charlotte-Fleurs-peintes-a-l-aquarelle-Lausanne-1820-1822- GRENIER-Charlotte-Fleurs-peintes-a-l-aquarelle-Lausanne-1820-1822-
GRENIER-Charlotte-Fleurs-peintes-a-l-aquarelle-Lausanne-1820-1822- GRENIER-Charlotte-Fleurs-peintes-a-l-aquarelle-Lausanne-1820-1822- GRENIER-Charlotte-Fleurs-peintes-a-l-aquarelle-Lausanne-1820-1822- GRENIER-Charlotte-Fleurs-peintes-a-l-aquarelle-Lausanne-1820-1822- GRENIER-Charlotte-Fleurs-peintes-a-l-aquarelle-Lausanne-1820-1822-
Charmant album d’aquarelles consacré à la flore alpine Lausanne, 1820-1822.






down
Livres illustrés / Littérature / Histoire naturelle

GRENIER, Charlotte

Fleurs peintes à l’aquarelle.

Lausanne, s. d. [c. 1820-1822].

In-folio de (8) ff. sur papier blanc, (44) ff. sur papier gris, (6) ff. sur papier blanc dont (4) ff. bl., (38) ff. sur papier gris, (8) ff. gris vierges, 18 photos, 1 grande peinture, 107 aquarelles, 1 planche de calendrier, 11 images imprimées. Relié en demi-maroquin vert, double filet d’encadrement frappé à froid, initiales « C. G. » frappées à froid au centre d’un médaillon orné, dos lisse orné de filets noirs et dorés. Reliure de l’époque.

370 x 278 mm.

L’album compte 107 aquarelles d’une grande finesse d’exécution. Certaines sont peintes sur papier marron et montées sur papier blanc tandis que d’autres sont peintes sur papier blanc et montées sur papier gris, offrant ainsi un cadre de couleur à ces fleurs.

Leur coloris éclatant et réaliste renvoie les lecteurs à la tradition des herbiers, d’autant que le feuillet de titre a été élaboré dans cet esprit. En effet, un panaché de feuilles et de fleurs des champs entoure le titre manuscrit à l’encre noir.

On reconnaît au fil des pages : des chardons à toisons, des doronic d’Autriche, des pissenlits, des campanules gantelées, des digitales pourpres, de iris anglais, etc. Les aquarelles sont occasionnellement datées, de novembre 1820 à février 1822.

Séduisant album d’aquarelles consacré à la flore des Alpes, ayant appartenu à la célèbre alpiniste Franco-suisse, Henriette d’Angeville.

Provenance: ex libris manuscrit au bas du feuillet de titre Lausanne, juin 1863, Htte d'Angeville. « Lorsque Henriette d’Angeville (1794-1871) parvient au sommet du Mont Blanc le 5 septembre 1838, elle marque profondément et durablement l’histoire de l’alpinisme féminin. Par sa persévérance contre les interdictions de l’opinion publique et familiale ; par son courage physique et moral contre les stéréotypes de l’infériorité des femmes ; par son esprit d’autonomie contre les prescriptions du code civil Napoléonien, Henriette d’Angeville devient la “pionnière” de l’alpinisme féminin et inscrit son nom au côté de ses homologues masculins ». (P. Liotard, Sport et genre, Excellence féminine et masculinité hégémonique, p. 31).





GRENIER, Charlotte Fleurs peintes à l’aquarelle. Lausanne, 1820-1822.
GRENIER-Charlotte-Fleurs-peintes-a-l-aquarelle-Lausanne-1820-1822-



  GRENIER-Charlotte-Fleurs-peintes-a-l-aquarelle-Lausanne-1820-1822-



  GRENIER-Charlotte-Fleurs-peintes-a-l-aquarelle-Lausanne-1820-1822-



  GRENIER-Charlotte-Fleurs-peintes-a-l-aquarelle-Lausanne-1820-1822-



  GRENIER-Charlotte-Fleurs-peintes-a-l-aquarelle-Lausanne-1820-1822-



 
Lausanne, 1820-1822.

Prix: 6 500 €

GRENIER, Charlotte

Fleurs peintes à l’aquarelle.

Lausanne, s. d. [c. 1820-1822].

In-folio de (8) ff. sur papier blanc, (44) ff. sur papier gris, (6) ff. sur papier blanc dont (4) ff. bl., (38) ff. sur papier gris, (8) ff. gris vierges, 18 photos, 1 grande peinture, 107 aquarelles, 1 planche de calendrier, 11 images imprimées. Relié en demi-maroquin vert, double filet d’encadrement frappé à froid, initiales « C. G. » frappées à froid au centre d’un médaillon orné, dos lisse orné de filets noirs et dorés. Reliure de l’époque.

370 x 278 mm.

L’album compte 107 aquarelles d’une grande finesse d’exécution. Certaines sont peintes sur papier marron et montées sur papier blanc tandis que d’autres sont peintes sur papier blanc et montées sur papier gris, offrant ainsi un cadre de couleur à ces fleurs.

Leur coloris éclatant et réaliste renvoie les lecteurs à la tradition des herbiers, d’autant que le feuillet de titre a été élaboré dans cet esprit. En effet, un panaché de feuilles et de fleurs des champs entoure le titre manuscrit à l’encre noir.

On reconnaît au fil des pages : des chardons à toisons, des doronic d’Autriche, des pissenlits, des campanules gantelées, des digitales pourpres, de iris anglais, etc. Les aquarelles sont occasionnellement datées, de novembre 1820 à février 1822.

Séduisant album d’aquarelles consacré à la flore des Alpes, ayant appartenu à la célèbre alpiniste Franco-suisse, Henriette d’Angeville.

Provenance: ex libris manuscrit au bas du feuillet de titre Lausanne, juin 1863, Htte d'Angeville. « Lorsque Henriette d’Angeville (1794-1871) parvient au sommet du Mont Blanc le 5 septembre 1838, elle marque profondément et durablement l’histoire de l’alpinisme féminin. Par sa persévérance contre les interdictions de l’opinion publique et familiale ; par son courage physique et moral contre les stéréotypes de l’infériorité des femmes ; par son esprit d’autonomie contre les prescriptions du code civil Napoléonien, Henriette d’Angeville devient la “pionnière” de l’alpinisme féminin et inscrit son nom au côté de ses homologues masculins ». (P. Liotard, Sport et genre, Excellence féminine et masculinité hégémonique, p. 31).