livres rares edition originale livres anciens Erasmus Opus D Erasmi Roterodami de conscribendis  con... livres rares edition originale livres anciens Erasmus Opus D Erasmi Roterodami de conscribendis  con...
livres rares edition originale livres anciens Erasmus Opus D Erasmi Roterodami de conscribendis  con... livres rares edition originale livres anciens Erasmus Opus D Erasmi Roterodami de conscribendis  con...
Erasme et son maître Laurent Valla : trois œuvres fondatrices de la Renaissance.

conservées dans leur première reliure estampée à froid.

Strasbourg, 1523, 1525. Cologne, 1525.






down
Autres

Erasmus.

Opus D’Erasmi Roterodami de conscribendis epistolis....

Argentorati, Iohannem Heruagium, 1525.

[Suivi de] : Erasme. De octo orationis partium constructione libellus, tum elegans imprimis, tum dilucida brevitate copiosissimus. Erasmo roterodamo autore.

A la fin « Augustae Vindelicorum, in officina D. Sigismum Grim, 11 Aout Anno 1523. »

[Suivi de] : Valla. Laurentii vallae elegatiarum adeps, exeius de lingua latina libris per Bonum Accursium Pisanum studiosissime collectus. (Les élégances de la langue latine).

Apud Sanctam Romanorum Colonia, 1525.

Soit trois textes reliés en un volume in-8 de I/ 184 ff., le dernier blanc ; II/ (28) ff. ; III/ (1) p. de titre, 148 pp., (10) pp. d’index, (1) p.bl. Nombreuses annotations manuscrites sur les 2 derniers ff. du 1er texte. Relié en peau de truie estampée à froid sur ais de bois, dos à nerfs, attaches et fermoirs de laiton. Reliure de l’époque.

148 x 100 mm.

Réunion en éditions fort rares et très précoces de trois grands textes fondateurs de la Renaissance, en philologie et grammaire, d’Erasme et de son maître Laurent Valla.

Laurent Valla, « le plus grand humaniste de la première moitié du XVe siècle » naquit à Rome vers 1407. (Guilio Vallese).

« Profondément convaincu de la supériorité de la culture antique alors renaissante, dans laquelle il voyait un ferment incomparable de régénération, Valla, pour la défendre, n’hésita pas à courir le risque d’une condamnation devant le tribunal de l’Inquisition. Comme d’autres humanistes de ce temps, il se réclamait de l’antique morale rationaliste transmise dans les livres de la Sagesse, dont le Moyen Age avait appauvri ou perdu la signification même. »

Le traité le plus célèbre de Valla qui avait le plus contribué à sa réputation « Des élégances de la langue latine », en six livres, se répandit rapidement dans toutes les écoles, et continua de faire texte d’enseignement pendant la plus grande partie du XVIe siècle.

Erasme, qui professe, en beaucoup d’endroits de ses lettres, une vive admiration pour l’auteur et pour cet ouvrage en particulier, en avait fait, dans sa jeunesse, un extrait pour son usage, qui fut imprimé deux fois sans son consentement.

Les observations de Valla portent sur la valeur de certaines formes de mots, sur celle de plusieurs termes difficiles, et plus encore sur les synonymies de la langue latine. Ce travail atteste une grande sagacité de recherches et un rare discernement. « Le roi Alphonse, auquel ce genre d’études plaisait singulièrement, ne se lassait pas d’entendre Valla, et le mettait quelquefois aux prises avec Antoine de Parlerme « inde ivae ». Il lui donna un diplôme enrichi d’une bulle d’or, dans laquelle il le déclarait illustre en presque toutes les sciences, ainsi qu’en la poétique. »

Sont joints à cette œuvre phare de Valla les deux grands textes fondateurs qu’elle inspire à Erasme :

-Le premier De Conscribendis epistolis dans la seconde édition strasbourgeoise de 1525. Son succès fut tel qu’elle fut, après celle-ci, réimprimée 77 fois pour le seul XVIe siècle.

-Le second texte De Constructione octo partium orationis libellus imprimé pour la première fois en 1514, est ici dans l’édition achevée d’imprimer le 11 août 1523 chez Sigismon Grim. Elle fut suivie de 61 éditions pour le seul XVIe siècle.

Magnifique exemplaire à belles marges conservé dans sa première reliure estampée à froid dont les fermoirs et les attaches sont conservés intacts.

Il provient des bibliothèques Jacob Campana et Gaspar Campana et porte ces deux ex-libris manuscrits « Jacobi Campanae et Amicorum, 1530 » et « Gaspari Campanae et Amicorum ».

Les Campana, illustre famille napolitaine, comptèrent parmi leurs membres César Campana, fin lettré du XVIe siècle.





livres rares édition originale livres anciens Erasmus. Opus D’Erasmi Roterodami de conscribendis ... conservées dans leur première reliure ...
livres rares edition originale livres anciens Erasmus Opus D Erasmi Roterodami de conscribendis  con...



  livres rares edition originale livres anciens Erasmus Opus D Erasmi Roterodami de conscribendis  con...



 

conservées dans leur première reliure estampée à froid.

Strasbourg, 1523, 1525. Cologne, 1525.

Prix: 11 000 €

Erasmus.

Opus D’Erasmi Roterodami de conscribendis epistolis....

Argentorati, Iohannem Heruagium, 1525.

[Suivi de] : Erasme. De octo orationis partium constructione libellus, tum elegans imprimis, tum dilucida brevitate copiosissimus. Erasmo roterodamo autore.

A la fin « Augustae Vindelicorum, in officina D. Sigismum Grim, 11 Aout Anno 1523. »

[Suivi de] : Valla. Laurentii vallae elegatiarum adeps, exeius de lingua latina libris per Bonum Accursium Pisanum studiosissime collectus. (Les élégances de la langue latine).

Apud Sanctam Romanorum Colonia, 1525.

Soit trois textes reliés en un volume in-8 de I/ 184 ff., le dernier blanc ; II/ (28) ff. ; III/ (1) p. de titre, 148 pp., (10) pp. d’index, (1) p.bl. Nombreuses annotations manuscrites sur les 2 derniers ff. du 1er texte. Relié en peau de truie estampée à froid sur ais de bois, dos à nerfs, attaches et fermoirs de laiton. Reliure de l’époque.

148 x 100 mm.

Réunion en éditions fort rares et très précoces de trois grands textes fondateurs de la Renaissance, en philologie et grammaire, d’Erasme et de son maître Laurent Valla.

Laurent Valla, « le plus grand humaniste de la première moitié du XVe siècle » naquit à Rome vers 1407. (Guilio Vallese).

« Profondément convaincu de la supériorité de la culture antique alors renaissante, dans laquelle il voyait un ferment incomparable de régénération, Valla, pour la défendre, n’hésita pas à courir le risque d’une condamnation devant le tribunal de l’Inquisition. Comme d’autres humanistes de ce temps, il se réclamait de l’antique morale rationaliste transmise dans les livres de la Sagesse, dont le Moyen Age avait appauvri ou perdu la signification même. »

Le traité le plus célèbre de Valla qui avait le plus contribué à sa réputation « Des élégances de la langue latine », en six livres, se répandit rapidement dans toutes les écoles, et continua de faire texte d’enseignement pendant la plus grande partie du XVIe siècle.

Erasme, qui professe, en beaucoup d’endroits de ses lettres, une vive admiration pour l’auteur et pour cet ouvrage en particulier, en avait fait, dans sa jeunesse, un extrait pour son usage, qui fut imprimé deux fois sans son consentement.

Les observations de Valla portent sur la valeur de certaines formes de mots, sur celle de plusieurs termes difficiles, et plus encore sur les synonymies de la langue latine. Ce travail atteste une grande sagacité de recherches et un rare discernement. « Le roi Alphonse, auquel ce genre d’études plaisait singulièrement, ne se lassait pas d’entendre Valla, et le mettait quelquefois aux prises avec Antoine de Parlerme « inde ivae ». Il lui donna un diplôme enrichi d’une bulle d’or, dans laquelle il le déclarait illustre en presque toutes les sciences, ainsi qu’en la poétique. »

Sont joints à cette œuvre phare de Valla les deux grands textes fondateurs qu’elle inspire à Erasme :

-Le premier De Conscribendis epistolis dans la seconde édition strasbourgeoise de 1525. Son succès fut tel qu’elle fut, après celle-ci, réimprimée 77 fois pour le seul XVIe siècle.

-Le second texte De Constructione octo partium orationis libellus imprimé pour la première fois en 1514, est ici dans l’édition achevée d’imprimer le 11 août 1523 chez Sigismon Grim. Elle fut suivie de 61 éditions pour le seul XVIe siècle.

Magnifique exemplaire à belles marges conservé dans sa première reliure estampée à froid dont les fermoirs et les attaches sont conservés intacts.

Il provient des bibliothèques Jacob Campana et Gaspar Campana et porte ces deux ex-libris manuscrits « Jacobi Campanae et Amicorum, 1530 » et « Gaspari Campanae et Amicorum ».

Les Campana, illustre famille napolitaine, comptèrent parmi leurs membres César Campana, fin lettré du XVIe siècle.