La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans- La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans- La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans- La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans- La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans- La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans- La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans-
La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans- La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans- La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans- La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans- La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans- La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans- La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans-
Edition originale complète du principal journal politique et littéraire de la période romantique. « La Caricature est dans son ensemble un des ouvrages les plus intéressants de la période de 1830 » écrit Carteret.





down
Livres illustrés / Autres

La Caricature.

Journal fondé et dirigé par Ch. Philipon.

Paris, chez Aubert, au grand magasin de caricatures et nouveautés lithographiques, 1830-1835.

10 volumes in-4 avec titres et tables et 530 planches. Rahir indique qu’il n’y a des titres et tables que pour les vol. 1 à 9. Qq. rousseurs et ff. brunis. Demi-basane rouge à coins, dos à nerfs orné de motifs dorés et estampés à froid, pièce de titre et de tomaison de veau noir. Étiquette du relieur Rue St-Honoré, n. 99, dans la cour, papetier-relieur. Reliure de l’époque signée Grenet.

333 x 253 mm.

Edition originale complète du plus important journal d’époque romantique.

Morgand et Fatout 10885 ; Vicaire, Manuel de l’amateur, II, 46.

« La Caricature est dans son ensemble un des ouvrages les plus intéressants de la période de 1830 ; c’est un recueil précieux de caricatures sur l’époque de Louis-Philippe. V. Hugo, Balzac, Louis Desnoyers et surtout Ch. Philipon en furent les principaux collaborateurs. Du côté des artistes, Daumier a fourni plus de 100 planches, Grandville 109, Henri Monnier 6, Raffet 14, Traviès 55, Philipon 10, etc. » écrit Carteret.

Le premier numéro a paru le 4 novembre 1830, le dernier le 27 août 1835. La collection se compose de 251 numéros ayant chacun deux feuillets de texte imprimés sur papier jaune à deux colonnes, à l’exception des numéros 30 et 55 qui en ont trois ; et d’une ou plusieurs lithographies, noires ou coloriées, imprimées sur papier vélin blanc.

Les planches, numérotées de 1 à 524, sont au nombre de 530 portant, devant le numéro chiffré de la lithographie, la désignation : Planche ou numéro. Il y a des irrégularités dans le numérotage ; enfin, des planches ne sont pas numérotées.

Philipon, l’actif directeur de cette publication, était un militant dont l’ardeur combative ne se départait cependant point d’un réel souci de l’art. Désireux à la fois de frapper vivement l’esprit du public et d’éviter les rigueurs d’une censure impitoyable qui aurait diminué la portée de ses publications, il était appelé tantôt à stimuler le sens critique de ses collaborateurs, tantôt au contraire à le refréner.

Cette alternative l’obligeait à de constantes modifications sous presse – ou même en cours de distribution – soit de dessins, soit de légendes, ou même de coloris. Ainsi s’expliquent les états différents d’une pierre lithographique, dont la recherche passionne maintenant les collectionneurs.

Il paraissait un numéro par semaine et les numéros d’un semestre formaient un volume.

L’ensemble est composé de 10 volumes ; le tome I comprend les numéros 1 à 26, le tome II : 27 à 52, le tome III : 53 à 78, le tome IV : 79 à 103 ; le tome V : 104 à 129 ; le tome VI : 130 à 156 ; le tome VII : 157 à 181 ; le tome VIII : 182 à 208 ; le tome IX : 209 à 234 ; le tome X : 235 à 251.

La Caricature cessa de paraitre en août 1835, victime d’une « loi qui rétablit la Censure ».

Chaque volume regroupe un semestre de livraison et contient ici le premier plat de la couverture générale et sa table des matières (10e volume sans la couverture).

Précieux exemplaire de l’une des plus précieuses œuvres littéraires illustrées du XIXe siècle, complet des titres et tables et conservé dans ses reliures uniformes de l’époque signées Grenet.

« Ces titres et tables sont fort rares » mentionne Carteret page 113.

Provenance : cachet Timbre royal, Seine à l’encre noire.





La Caricature. Journal fondé et dirigé par ... « La Caricature est dans ...
La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans-



  La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans-



  La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans-



  La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans-



  La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans-



  La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans-



  La-Caricature-Journal-fonde-et-dirige-par--La-Caricature-est-dans-



 
« La Caricature est dans son ensemble un des ouvrages les plus intéressants de la période de 1830 » écrit Carteret.
Prix: 75 000 €

La Caricature.

Journal fondé et dirigé par Ch. Philipon.

Paris, chez Aubert, au grand magasin de caricatures et nouveautés lithographiques, 1830-1835.

10 volumes in-4 avec titres et tables et 530 planches. Rahir indique qu’il n’y a des titres et tables que pour les vol. 1 à 9. Qq. rousseurs et ff. brunis. Demi-basane rouge à coins, dos à nerfs orné de motifs dorés et estampés à froid, pièce de titre et de tomaison de veau noir. Étiquette du relieur Rue St-Honoré, n. 99, dans la cour, papetier-relieur. Reliure de l’époque signée Grenet.

333 x 253 mm.

Edition originale complète du plus important journal d’époque romantique.

Morgand et Fatout 10885 ; Vicaire, Manuel de l’amateur, II, 46.

« La Caricature est dans son ensemble un des ouvrages les plus intéressants de la période de 1830 ; c’est un recueil précieux de caricatures sur l’époque de Louis-Philippe. V. Hugo, Balzac, Louis Desnoyers et surtout Ch. Philipon en furent les principaux collaborateurs. Du côté des artistes, Daumier a fourni plus de 100 planches, Grandville 109, Henri Monnier 6, Raffet 14, Traviès 55, Philipon 10, etc. » écrit Carteret.

Le premier numéro a paru le 4 novembre 1830, le dernier le 27 août 1835. La collection se compose de 251 numéros ayant chacun deux feuillets de texte imprimés sur papier jaune à deux colonnes, à l’exception des numéros 30 et 55 qui en ont trois ; et d’une ou plusieurs lithographies, noires ou coloriées, imprimées sur papier vélin blanc.

Les planches, numérotées de 1 à 524, sont au nombre de 530 portant, devant le numéro chiffré de la lithographie, la désignation : Planche ou numéro. Il y a des irrégularités dans le numérotage ; enfin, des planches ne sont pas numérotées.

Philipon, l’actif directeur de cette publication, était un militant dont l’ardeur combative ne se départait cependant point d’un réel souci de l’art. Désireux à la fois de frapper vivement l’esprit du public et d’éviter les rigueurs d’une censure impitoyable qui aurait diminué la portée de ses publications, il était appelé tantôt à stimuler le sens critique de ses collaborateurs, tantôt au contraire à le refréner.

Cette alternative l’obligeait à de constantes modifications sous presse – ou même en cours de distribution – soit de dessins, soit de légendes, ou même de coloris. Ainsi s’expliquent les états différents d’une pierre lithographique, dont la recherche passionne maintenant les collectionneurs.

Il paraissait un numéro par semaine et les numéros d’un semestre formaient un volume.

L’ensemble est composé de 10 volumes ; le tome I comprend les numéros 1 à 26, le tome II : 27 à 52, le tome III : 53 à 78, le tome IV : 79 à 103 ; le tome V : 104 à 129 ; le tome VI : 130 à 156 ; le tome VII : 157 à 181 ; le tome VIII : 182 à 208 ; le tome IX : 209 à 234 ; le tome X : 235 à 251.

La Caricature cessa de paraitre en août 1835, victime d’une « loi qui rétablit la Censure ».

Chaque volume regroupe un semestre de livraison et contient ici le premier plat de la couverture générale et sa table des matières (10e volume sans la couverture).

Précieux exemplaire de l’une des plus précieuses œuvres littéraires illustrées du XIXe siècle, complet des titres et tables et conservé dans ses reliures uniformes de l’époque signées Grenet.

« Ces titres et tables sont fort rares » mentionne Carteret page 113.

Provenance : cachet Timbre royal, Seine à l’encre noire.