livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles-
livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles-
Les 84 « Hommes et femmes habillés avec les ustensiles de leur profession » de Martin Engelbrecht en coloris d’époque.

Edition originale et premier tirage de cet extraordinaire ensemble baroque de style Rocaille riche de 84 estampes en superbes coloris d’époque.







down
Livres illustrés

Engelbrecht, Martin.

Assemblage nouveau des Manouvriers habilles – Neu-eröffnete Samlung der mit ihren eigenen Arbeiten und Werckzeugen eingekleideten Künstiern, Handwerekern und Professionen. Mart. Engelbrecht excud.

A. V. (Augustae Vindelicorum) = Augsbourg, sd, vers 1730.

84 estampes en coloris d’époque reliées en 2 volumes in-folio : I/ 40 planches découpées et collées sur un papier très épais ; II/ 44 planches, qq ptes. taches et pliures marginales, restauration dans le coin inf. d’une planche avec atteinte à la légende. Demi-maroquin havane à coins, tranches rouges. Reliure postérieure.

385 x 290 mm.
Dimensions des gravures : 310 à 375 mm de hauteur sur 207 à 245 mm de largeur.

Edition originale et premier tirage de cet extraordinaire ensemble baroque de style Rocaille riche de 84 estampes en superbes coloris d’époque représentant des hommes et des femmes habillés avec les ustensiles de leur profession. Ces travestis étaient destinés à des ballets. Les gravures sont signées de A. Degmeier, P. F. Engelbrecht, C. F. Hörmann, Kösler, J. F. Schmit, J. Stelzer.

Martin Engelbrecht graveur, né à Augsbourg en 1684, mort dans la même ville en 1756 est le frère de Christian Engelbrecht. Il illustra comme lui de nombreuses œuvres. On cite parmi celles-ci : La guerre de succession espagnole, et Les Architectes princiers, de P. Decker. Il exécuta également 92 vues de Venise et 192 gravures rocaille illustrant des hommes et des femmes habillés avec les outils de leur profession. Cette suite célèbre créée il y a près de trois siècles, déjà fort rare à l’origine en coloris de l’époque, se raréfia considérablement au cours des siècles suivants devant l’engouement pour cette œuvre d’exception qui rappelait les métiers de Larmessin réalisés peu auparavant. Depuis le XIXe siècle, les amateurs ont dû s’habituer à collectionner ces estampes à l’unité et à les faire encadrer. Même réduites à l’unité, elles tendent à disparaître des marchés. Présenter un tel ensemble de 84 estampes en coloris d’époque et en ce début XXIe siècle est un bonheur bibliophilique.

17,18, 21, 22, 30, 41, 42, 45, 46, 57-59, 61,69, 73,74, 79,80, 101, 102, 137, 138, 157-164, 175, 176, 180-184 u, 187-189, sowie im Album montiert 13, 25, 26, 31-34, 43, 44, 47, 48, 51, 52, 55, 56, 77, 78, 83-88, 97, 98, 109, 110, 123, 124, 129, 130, 141-148, 151, 152, 155, 156 u. 1 unn. Les costumes représentent un Brossetier, une Tourneuse, une Cordonnière, une Faiseuse de peignes, une Relieuse de livres, un Serrurier, l’Horlogère, le Boucher, un Sculpteur, un Cartier, une Vendeuse d’images, un Joaillier, un Faiseur de chandelles, une Lutière, la Femme d’un Tapissier, une Femme de Maçon, un Cartier, etc.

Au XVIIIe siècle est qualifié de baroque un style artistique contraire aux règles classiques et jugé extravagant, voire de mauvais goût. Il faudra attendre la fin de l’emprise du classicisme, en art comme en littérature, pour que « baroque » perde son sens péjoratif et que soit reconnue sa contribution positive et originale dans tous les domaines de l’art, l’architecture, la sculpture, la peinture, ainsi que la musique et la littérature.
Dans les arts plastiques, la baroque propose un style à la fois très structuré, qui joue abondamment de la symétrie, et très dynamique : il insère ses formes dans un puissant mouvement de volutes et de spirales : par ses effets dramatiques, sa recherche du spectaculaire, il vise à susciter l’émotion. Les caractéristiques qui le définissent trouvent sinon leur justification du moins nombre d’éléments d’explication dans le contexte politique, culturel et religieux bien particulier qui l’a vu naître. Un contexte historique qui permet également de comprendre comment et où ce style s’est répandu.
C’est dans les pays catholiques que l’art baroque s’est le mieux développé, surtout dans les dernières années de la Contre-réforme, aux environs de 1630. Pour s’opposer à la progression du protestantisme, l’Eglise romaine, après le concile de Trente (qui s’achève en 1563) réaffirme ses doctrines traditionnelles et s’engage dans une intense activité missionnaire.

On peut considérer les styles Rococo et Rocaille comme deux manifestations tardives du baroque, mais bien distinctes entre elles et pas forcément concomitantes. Ainsi la rocaille concerne la France et une mode très particulière qui régna surtout dans les arts décoratifs de la première moitié du XVIIIe siècle avec un apogée entre 1720 et 1740 : le rococo constitue l’épanouissement tardif – entre 1720 et 1780 -, principalement en France et en Allemagne, d’un style de construction et de décor qui dérive manifestement du baroque italien, mais reçoit aussi des apports français et notamment rocaille.

Précieux et remarquable ensemble conservé dans son coloris d’atelier.





livres rares édition originale livres anciens ENGELBRECHT, Martin. Assemblage nouveau des Manouvriers habilles...
livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles-



  livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles-



  livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles-



  livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles-



  livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles-



  livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles-



  livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles-



  livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles-



  livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles-



  livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles-



  livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles-



  livres-rares-edition-originale-livres-anciens-ENGELBRECHT-Martin-Assemblage-nouveau-des-Manouvriers-habilles-



 

Edition originale et premier tirage de cet extraordinaire ensemble baroque de style Rocaille riche de 84 estampes en superbes coloris d’époque.


Prix: 75 000 €

Engelbrecht, Martin.

Assemblage nouveau des Manouvriers habilles – Neu-eröffnete Samlung der mit ihren eigenen Arbeiten und Werckzeugen eingekleideten Künstiern, Handwerekern und Professionen. Mart. Engelbrecht excud.

A. V. (Augustae Vindelicorum) = Augsbourg, sd, vers 1730.

84 estampes en coloris d’époque reliées en 2 volumes in-folio : I/ 40 planches découpées et collées sur un papier très épais ; II/ 44 planches, qq ptes. taches et pliures marginales, restauration dans le coin inf. d’une planche avec atteinte à la légende. Demi-maroquin havane à coins, tranches rouges. Reliure postérieure.

385 x 290 mm.
Dimensions des gravures : 310 à 375 mm de hauteur sur 207 à 245 mm de largeur.

Edition originale et premier tirage de cet extraordinaire ensemble baroque de style Rocaille riche de 84 estampes en superbes coloris d’époque représentant des hommes et des femmes habillés avec les ustensiles de leur profession. Ces travestis étaient destinés à des ballets. Les gravures sont signées de A. Degmeier, P. F. Engelbrecht, C. F. Hörmann, Kösler, J. F. Schmit, J. Stelzer.

Martin Engelbrecht graveur, né à Augsbourg en 1684, mort dans la même ville en 1756 est le frère de Christian Engelbrecht. Il illustra comme lui de nombreuses œuvres. On cite parmi celles-ci : La guerre de succession espagnole, et Les Architectes princiers, de P. Decker. Il exécuta également 92 vues de Venise et 192 gravures rocaille illustrant des hommes et des femmes habillés avec les outils de leur profession. Cette suite célèbre créée il y a près de trois siècles, déjà fort rare à l’origine en coloris de l’époque, se raréfia considérablement au cours des siècles suivants devant l’engouement pour cette œuvre d’exception qui rappelait les métiers de Larmessin réalisés peu auparavant. Depuis le XIXe siècle, les amateurs ont dû s’habituer à collectionner ces estampes à l’unité et à les faire encadrer. Même réduites à l’unité, elles tendent à disparaître des marchés. Présenter un tel ensemble de 84 estampes en coloris d’époque et en ce début XXIe siècle est un bonheur bibliophilique.

17,18, 21, 22, 30, 41, 42, 45, 46, 57-59, 61,69, 73,74, 79,80, 101, 102, 137, 138, 157-164, 175, 176, 180-184 u, 187-189, sowie im Album montiert 13, 25, 26, 31-34, 43, 44, 47, 48, 51, 52, 55, 56, 77, 78, 83-88, 97, 98, 109, 110, 123, 124, 129, 130, 141-148, 151, 152, 155, 156 u. 1 unn. Les costumes représentent un Brossetier, une Tourneuse, une Cordonnière, une Faiseuse de peignes, une Relieuse de livres, un Serrurier, l’Horlogère, le Boucher, un Sculpteur, un Cartier, une Vendeuse d’images, un Joaillier, un Faiseur de chandelles, une Lutière, la Femme d’un Tapissier, une Femme de Maçon, un Cartier, etc.

Au XVIIIe siècle est qualifié de baroque un style artistique contraire aux règles classiques et jugé extravagant, voire de mauvais goût. Il faudra attendre la fin de l’emprise du classicisme, en art comme en littérature, pour que « baroque » perde son sens péjoratif et que soit reconnue sa contribution positive et originale dans tous les domaines de l’art, l’architecture, la sculpture, la peinture, ainsi que la musique et la littérature.Dans les arts plastiques, la baroque propose un style à la fois très structuré, qui joue abondamment de la symétrie, et très dynamique : il insère ses formes dans un puissant mouvement de volutes et de spirales : par ses effets dramatiques, sa recherche du spectaculaire, il vise à susciter l’émotion. Les caractéristiques qui le définissent trouvent sinon leur justification du moins nombre d’éléments d’explication dans le contexte politique, culturel et religieux bien particulier qui l’a vu naître. Un contexte historique qui permet également de comprendre comment et où ce style s’est répandu.C’est dans les pays catholiques que l’art baroque s’est le mieux développé, surtout dans les dernières années de la Contre-réforme, aux environs de 1630. Pour s’opposer à la progression du protestantisme, l’Eglise romaine, après le concile de Trente (qui s’achève en 1563) réaffirme ses doctrines traditionnelles et s’engage dans une intense activité missionnaire.

On peut considérer les styles Rococo et Rocaille comme deux manifestations tardives du baroque, mais bien distinctes entre elles et pas forcément concomitantes. Ainsi la rocaille concerne la France et une mode très particulière qui régna surtout dans les arts décoratifs de la première moitié du XVIIIe siècle avec un apogée entre 1720 et 1740 : le rococo constitue l’épanouissement tardif – entre 1720 et 1780 -, principalement en France et en Allemagne, d’un style de construction et de décor qui dérive manifestement du baroque italien, mais reçoit aussi des apports français et notamment rocaille.

Précieux et remarquable ensemble conservé dans son coloris d’atelier.