MAROT-Clement-Les-OEuvres-livres-rares-edition-originale-livres-anciens MAROT-Clement-Les-OEuvres-livres-rares-edition-originale-livres-anciens
MAROT-Clement-Les-OEuvres-livres-rares-edition-originale-livres-anciens MAROT-Clement-Les-OEuvres-livres-rares-edition-originale-livres-anciens
Importante édition des Œuvres de Clément Marot, en partie originale, la dernière donnée du vivant de l’auteur et publiée par Marot même.

Précieux exemplaire à grandes marges de l’un des principaux livres de langue française du XVIe siècle conservé dans sa reliure parisienne en maroquin rouge doublé de maroquin bleu.







down
Littérature / Reliures

MAROT, Clément.

Les Œuvres de Clément Marot, de Cahors, vallet de chambre du Roy.

A Lyon, à l’enseigne du Rocher, 1544.

In-8 de 479 pp., (17) pp., 264 pp. Plein maroquin rouge, triple filet doré encadrant les plats, dos à nerfs richement orné, double filet doré sur les coupes, doublures de maroquin bleu à dentelle, tranches dorées sur marbrures. Reliure signée Belz-Niedrée.

160 x 104 mm.

L’édition de référence, dite du Rocher, l’une des plus précieuses des Œuvres de Clément Marot.

« Édition du plus grand intérêt, parce qu’étant la dernière donnée du vivant de Marot, et publiée par lui, elle a fixé le texte et le classement adoptés pour les éditions postérieures. Ce classement, dans l’ordre des genres de poésies ou de poèmes, est suivi là pour la première fois. C’est aussi dans cette édition que parait pour la première fois la traduction complète des cinquante psaumes de David, par Clément Marot, dont il n’avait été donné que des fragments dans les éditions précédentes. L’impression du volume est d’ailleurs très soignée.
La marque qu’on voit sur le titre et à la fin est celle de l’imprimeur lyonnais Antoine Constantin. L’édition est connue sous le nom d’édition du Rocher, à cause de cette marque et des mots à l’enseigne du Rocher qu’on lit au-dessous.
Dans son avis au lecteur, l’imprimeur annonce que la nouvelle disposition des œuvres a été faite « soubs la correction et bon jugement toutes fois de l’autheur... » Et il ajoute que plusieurs pièces parues ici étaient inédites.
Dans la seconde partie, la traduction des Psaumes de David est précédée de trois épîtres, l’une « Au Roy très chrestien François premier de ce nom », la seconde « Au Roy encores » et la troisième « Aux dames de France touchant les dicts Pseaumes
». (J. Le Petit).

« Édition remarquable » mentionne Brunet (III, 1455).

Poète officiel adulé par François Ier et Charles Quint, Marot marque par son talent la première époque vraiment remarquable de la poésie française dont l’esprit reparaîtra chez La Fontaine qui ne manquera pas de rendre hommage à « Maître Clément ».
Sa franchise d’esprit et de ton lui vaudront à plusieurs reprises tant l’incarcération que l’exil.
Poète officiel de la cour de 1527 à 1534 Marot travaille à inventer des genres nouveaux. Il est ainsi l’inventeur en France du sonnet, importé d’Italie, à la suite de Pétrarque, ainsi que de l’églogue et de l’élégie, si prisées des poètes latins.
« Dans sa poésie toute personnelle Marot évoque ce que Rabelais exprima avec la prose : de même que sous le rire de Rabelais se lisent les grandes préoccupations de son temps, sous la légèreté apparente de l’œuvre de Marot, se lisent la critique de la justice, le goût de la liberté, la mise en place de nouveaux rapports entre le poète et le roi, la défense d’idées religieuses nouvelles ».

Le succès du poète à son époque fut immense et suscita maintes légendes. Ses textes furent présents dans tous les recueils de l’époque ; sa traduction des Psaumes servit de livre de prières à toute l’église réformée ; mais la légende retient aussi l’image du poète rossant le guet à la façon de Villon.

De sa grand’ amye

Dedans Paris, ville jolie,
Ung jour passant melancolie,
Je prins alliance nouvelle
A la plus gaye damoyselle
Qui soit d’icy en Italie.
D’honnesteté elle est saisie,
Et croy, selon ma fantaisie,
Qu’il n’en est gueres de plus belle
Dedans Paris.
Je ne vous la nommeray mye,
Sinon que c’est ma grand amye ;
Car l’alliance se fet telle
Par un doulx baiser que j’eus d’elle,
Sans penser aulcune infamie.

Précieux exemplaire à grandes marges de l’un des principaux livres de langue française du XVIe siècle conservé dans sa reliure parisienne en maroquin rouge doublé de maroquin bleu.

Provenance : des bibliothèques R. Grandsire et L. Michaud avec ex libris.





MAROT, Clément. Les Œuvres... livres rares édition originale livres anciens
MAROT-Clement-Les-OEuvres-livres-rares-edition-originale-livres-anciens



  MAROT-Clement-Les-OEuvres-livres-rares-edition-originale-livres-anciens



 

Précieux exemplaire à grandes marges de l’un des principaux livres de langue française du XVIe siècle conservé dans sa reliure parisienne en maroquin rouge doublé de maroquin bleu.


Prix: 45 000 €

MAROT, Clément.

Les Œuvres de Clément Marot, de Cahors, vallet de chambre du Roy.

A Lyon, à l’enseigne du Rocher, 1544.

In-8 de 479 pp., (17) pp., 264 pp. Plein maroquin rouge, triple filet doré encadrant les plats, dos à nerfs richement orné, double filet doré sur les coupes, doublures de maroquin bleu à dentelle, tranches dorées sur marbrures. Reliure signée Belz-Niedrée.

160 x 104 mm.

L’édition de référence, dite du Rocher, l’une des plus précieuses des Œuvres de Clément Marot.

« Édition du plus grand intérêt, parce qu’étant la dernière donnée du vivant de Marot, et publiée par lui, elle a fixé le texte et le classement adoptés pour les éditions postérieures. Ce classement, dans l’ordre des genres de poésies ou de poèmes, est suivi là pour la première fois. C’est aussi dans cette édition que parait pour la première fois la traduction complète des cinquante psaumes de David, par Clément Marot, dont il n’avait été donné que des fragments dans les éditions précédentes. L’impression du volume est d’ailleurs très soignée.La marque qu’on voit sur le titre et à la fin est celle de l’imprimeur lyonnais Antoine Constantin. L’édition est connue sous le nom d’édition du Rocher, à cause de cette marque et des mots à l’enseigne du Rocher qu’on lit au-dessous.Dans son avis au lecteur, l’imprimeur annonce que la nouvelle disposition des œuvres a été faite « soubs la correction et bon jugement toutes fois de l’autheur... » Et il ajoute que plusieurs pièces parues ici étaient inédites.Dans la seconde partie, la traduction des Psaumes de David est précédée de trois épîtres, l’une « Au Roy très chrestien François premier de ce nom », la seconde « Au Roy encores » et la troisième « Aux dames de France touchant les dicts Pseaumes ». (J. Le Petit).

« Édition remarquable » mentionne Brunet (III, 1455).

Poète officiel adulé par François Ier et Charles Quint, Marot marque par son talent la première époque vraiment remarquable de la poésie française dont l’esprit reparaîtra chez La Fontaine qui ne manquera pas de rendre hommage à « Maître Clément ».Sa franchise d’esprit et de ton lui vaudront à plusieurs reprises tant l’incarcération que l’exil.Poète officiel de la cour de 1527 à 1534 Marot travaille à inventer des genres nouveaux. Il est ainsi l’inventeur en France du sonnet, importé d’Italie, à la suite de Pétrarque, ainsi que de l’églogue et de l’élégie, si prisées des poètes latins.« Dans sa poésie toute personnelle Marot évoque ce que Rabelais exprima avec la prose : de même que sous le rire de Rabelais se lisent les grandes préoccupations de son temps, sous la légèreté apparente de l’œuvre de Marot, se lisent la critique de la justice, le goût de la liberté, la mise en place de nouveaux rapports entre le poète et le roi, la défense d’idées religieuses nouvelles ».

Le succès du poète à son époque fut immense et suscita maintes légendes. Ses textes furent présents dans tous les recueils de l’époque ; sa traduction des Psaumes servit de livre de prières à toute l’église réformée ; mais la légende retient aussi l’image du poète rossant le guet à la façon de Villon.

De sa grand’ amye

Dedans Paris, ville jolie,Ung jour passant melancolie,Je prins alliance nouvelleA la plus gaye damoyselleQui soit d’icy en Italie.D’honnesteté elle est saisie,Et croy, selon ma fantaisie,Qu’il n’en est gueres de plus belleDedans Paris.Je ne vous la nommeray mye,Sinon que c’est ma grand amye ;Car l’alliance se fet tellePar un doulx baiser que j’eus d’elle,Sans penser aulcune infamie.

Précieux exemplaire à grandes marges de l’un des principaux livres de langue française du XVIe siècle conservé dans sa reliure parisienne en maroquin rouge doublé de maroquin bleu.

Provenance : des bibliothèques R. Grandsire et L. Michaud avec ex libris.