FRANCOIS-MARIE-R-Pere-Jean-Nouvelle-decouverte-sur-la-lumiere-livres-rares-edition-originale-livres-anciens FRANCOIS-MARIE-R-Pere-Jean-Nouvelle-decouverte-sur-la-lumiere-livres-rares-edition-originale-livres-anciens
FRANCOIS-MARIE-R-Pere-Jean-Nouvelle-decouverte-sur-la-lumiere-livres-rares-edition-originale-livres-anciens FRANCOIS-MARIE-R-Pere-Jean-Nouvelle-decouverte-sur-la-lumiere-livres-rares-edition-originale-livres-anciens
Édition originale de la plus grande rareté de cet ouvrage scientifique du Père François-Marie dans lequel il propose deux nouveaux moyens de mesurer la lumière.

Aucun autre exemplaire de cette rare originale n’est apparu sur le marché public international depuis 1940.







down
Science, médecine / Histoire des Idées, innovations

FRANÇOIS-MARIE, R. Père Jean.

Nouvelle découverte sur la lumière, Pour la mesurer & en compter les Degrés. Dédiée à Monseigneur le Duc de Chartres.

Paris, Louis Sevestre, 1700.

In-12 de (11) ff., 69 pp., (3) pp. Relié en veau brun moucheté de l’époque, dos à nerfs orné de fleurons dorés, coupes décorées, tranches mouchetées. Coiffes légèrement émoussées. Étui en maroquin brun. Reliure de l’époque.

157 x 90 mm.

Édition originale de la plus grande rareté de cet ouvrage consacré à la photométrie.
Martin, Catalogue de la bibliothèque de feu M. Burette, 5546 ; Monge, Dictionnaire de physique, IV, p. 293.

C’est au XVIIe siècle que les scientifiques européens font les plus grandes avancées en termes d’étude de la lumière.
La photométrie qui apparait à cette époque est dénuée d’instruments de mesures ; elle établira ses bases par comparaison de sources lumineuses.
Puis, « c’est “frappé par l’invention du baromètre, du thermomètre et de l’hygromètre” que F. Marie s’était demandé si, à leur imitation, on ne pourrait trouver un moyen de mesurer la lumière ». (J-E. Morère, p. 339, La photométrie : les sources de l’Essai d’Optique sur la gradation de la lumière de Pierre Bouguer, 1729.)
C’est ainsi qu’il créa le « lucimètre ».

« En 1700 un capucin Jean François-Marie a donné plusieurs manières de réaliser des appareils qu’il appelle lucimètres ou photomètres. Tout ceci n’aboutira à la construction d’un appareillage utilisable que beaucoup plus tard ». Daumas, Les instruments scientifiques, 82.

« Le premier qui ait eu l’idée de mesurer la lumière est un Capucin, le P. François Marie, qui publia en 1700 un petit écrit intitulé : “Nouvelle découverte sur la lumière […]”. Ce bon religieux qui ne parle, au surplus, qu’avec une extrême modestie de ses idées, propose dans cet ouvrage, qu’il appelle ‘Lucimètre’, deux moyens de mesurer la lumière, l’une par l’interposition d’un nombre de verres plans et transparens, propre à intercepter enfin toute la lumière ; l’autre, par le moyen qu’une quantité d’eau propre à produire le même effet ; ou même moyen de réflexions répétées sur des surfaces polies, en assez grand nombre pour affaiblir la lumière par des gradations connues. »
J. E. Montucla, Histoire des mathématiques, III, p. 538.

Bel et précieux exemplaire conservé dans son élégante reliure de l’époque.

Provenance : Macclesfield South Library 184.B.14, 3 premiers ff. estampés à froid avec le blason du Comte de Macclesfield.

Aucun autre exemplaire de cette rare originale n’est apparu sur le marché public international depuis 1940.





FRANÇOIS-MARIE, R. Père Jean. Nouvelle découverte sur la lumière...livres rares édition originale livres anciens
FRANCOIS-MARIE-R-Pere-Jean-Nouvelle-decouverte-sur-la-lumiere-livres-rares-edition-originale-livres-anciens



  FRANCOIS-MARIE-R-Pere-Jean-Nouvelle-decouverte-sur-la-lumiere-livres-rares-edition-originale-livres-anciens



 

Aucun autre exemplaire de cette rare originale n’est apparu sur le marché public international depuis 1940.


Prix: 11 500 €

FRANÇOIS-MARIE, R. Père Jean.

Nouvelle découverte sur la lumière, Pour la mesurer & en compter les Degrés. Dédiée à Monseigneur le Duc de Chartres.

Paris, Louis Sevestre, 1700.

In-12 de (11) ff., 69 pp., (3) pp. Relié en veau brun moucheté de l’époque, dos à nerfs orné de fleurons dorés, coupes décorées, tranches mouchetées. Coiffes légèrement émoussées. Étui en maroquin brun. Reliure de l’époque.

157 x 90 mm.

Édition originale de la plus grande rareté de cet ouvrage consacré à la photométrie.Martin, Catalogue de la bibliothèque de feu M. Burette, 5546 ; Monge, Dictionnaire de physique, IV, p. 293.

C’est au XVIIe siècle que les scientifiques européens font les plus grandes avancées en termes d’étude de la lumière.La photométrie qui apparait à cette époque est dénuée d’instruments de mesures ; elle établira ses bases par comparaison de sources lumineuses.Puis, « c’est “frappé par l’invention du baromètre, du thermomètre et de l’hygromètre” que F. Marie s’était demandé si, à leur imitation, on ne pourrait trouver un moyen de mesurer la lumière ». (J-E. Morère, p. 339, La photométrie : les sources de l’Essai d’Optique sur la gradation de la lumière de Pierre Bouguer, 1729.)C’est ainsi qu’il créa le « lucimètre ».

« En 1700 un capucin Jean François-Marie a donné plusieurs manières de réaliser des appareils qu’il appelle lucimètres ou photomètres. Tout ceci n’aboutira à la construction d’un appareillage utilisable que beaucoup plus tard ». Daumas, Les instruments scientifiques, 82.

« Le premier qui ait eu l’idée de mesurer la lumière est un Capucin, le P. François Marie, qui publia en 1700 un petit écrit intitulé : “Nouvelle découverte sur la lumière […]”. Ce bon religieux qui ne parle, au surplus, qu’avec une extrême modestie de ses idées, propose dans cet ouvrage, qu’il appelle ‘Lucimètre’, deux moyens de mesurer la lumière, l’une par l’interposition d’un nombre de verres plans et transparens, propre à intercepter enfin toute la lumière ; l’autre, par le moyen qu’une quantité d’eau propre à produire le même effet ; ou même moyen de réflexions répétées sur des surfaces polies, en assez grand nombre pour affaiblir la lumière par des gradations connues. »J. E. Montucla, Histoire des mathématiques, III, p. 538.

Bel et précieux exemplaire conservé dans son élégante reliure de l’époque.

Provenance : Macclesfield South Library 184.B.14, 3 premiers ff. estampés à froid avec le blason du Comte de Macclesfield.

Aucun autre exemplaire de cette rare originale n’est apparu sur le marché public international depuis 1940.