SEVIGNE-Lettres-de-Madame-de-Sevigne-livres-rares-edition-originale-livres-anciens SEVIGNE-Lettres-de-Madame-de-Sevigne-livres-rares-edition-originale-livres-anciens SEVIGNE-Lettres-de-Madame-de-Sevigne-livres-rares-edition-originale-livres-anciens
SEVIGNE-Lettres-de-Madame-de-Sevigne-livres-rares-edition-originale-livres-anciens SEVIGNE-Lettres-de-Madame-de-Sevigne-livres-rares-edition-originale-livres-anciens SEVIGNE-Lettres-de-Madame-de-Sevigne-livres-rares-edition-originale-livres-anciens
Éblouissant exemplaire de l’édition originale collective au format in-12 des Lettres de Madame de Sévigné ayant fait l’objet d’une exposition à Bruxelles il y a 17 ans.





down
Littérature / Reliures / Les incontournables

SEVIGNE, Madame de.

Lettres de Madame de Sévigné, de sa famille et de ses amis. Avec trois portraits et trois fac-simile.


Paris, J.J. Blaise, Libraire de S.A.S. Madame la Duchesse d’Orléans, 1818 - 12 volumes.

- Mémoires de M. de Coulanges, suivis de Lettres inédites de Madame de Sévigné, de son fils, de l’abbé de Coulanges, d’Arnauld-d’Andilly, d’Arnauld de Pomponne, de Jean de La Fontaine…

Paris, J.J. Blaise, Libraire de S.A.S. Madame la Duchesse d’Orléans, 1820 - 1 volume.

Soit 13 volumes in-12, maroquin bleu nuit à grain long, roulette à fond perlé sertie de filets droits autour des plats, dos lisses ornés d’un décor doré à fond criblé, damiers dorés en pied, chaînette intérieure dorée, doublures et gardes de tabis parme, tranches dorées. Riche reliure de l’époque signée Lefebvre.

162 x 98 mm.

Précieuse édition collective originale de format in-12 des « Lettres de Madame de Sévigné ».

Première édition critique des Lettres de Madame de Sévigné, établie par Louis-Jean-Nicolas Monmerqué (1780-1860).

Parues en 1818, en 10 volumes in-8, chez J.J. Blaise, celui-ci en donna la même année cette édition en 12 volumes in-12.

Les Mémoires de M. de Coulanges parurent simultanément en 1820 dans les deux formats.

Tchemerzine loue grandement la première édition critique de Monmerqué imprimée en 1818.

« Les éditions les plus complètes et les meilleures de Mme de Sévigné sont les éditions du XIXe siècle. La première édition critique est celle de Monmerqué [Paris, Impr. De P. Didot l’aîné : J.J. Blaise, 1818-1819, 10 vol. in-8] ; elle contient près de cent lettres inédites et plus de trois cents fragments également inédits. » (Tchemerzine, V, 829).

« L’édition Monmerqué de 1818 est la meilleure que l’on eût jusqu’alors de cette immortelle correspondance (elle est ornée ici de 4 portraits, 6 fac-similé et une planche de monnaie).

Il est convenable de réunir à cette édition le volume intitulé : Mémoires de M. De Coulanges ; suivis de Lettres inédites de Mme de Sévigné, de son fils, de l’abbé de Coulanges… Paris, Blaise, 1820, in-8 ». Brunet.

Ces deux volumes sont ici réunis.

« M. de Monmerqué a fait jouir le public du véritable texte de madame de Sévigné, par une édition augmentée de quatre-vingt-quatorze Lettres inédites, de deux cent quarante-six Lettres auxquelles il a restitué des passages également inédits, et de deux cent cinquante-six Lettres, ou qui n’avaient pas été réunies à la collection, ou dans lesquelles il a été rétabli des passages imprimés en 1726, en 1734, mais retranchés ensuite par des considérations qui n’existent plus.

En conférant les diverses éditions originales, en méditant les mémoires du temps, il a rétabli une foule de passages omis ou altérés, et il a résolu des difficultés sans nombre. Les avantages d'un travail aussi précieux sont développés par l’éditeur dans une Notice bibliographique ; et M. de Saint-Surin y a joint une Notice fort étendue sur madame de Sévigné, sur sa famille et ses amis.

Cette édition est le résultat de tant de recherches, qu’on peut la considérer comme la source où puisent avec plus ou moins de liberté tous ceux qui réimpriment les Lettres de notre inimitable épistoliaire ». Le dernier volume est terminé par une table analytique et alphabétique.

Quelques exemplaires de luxe furent imprimés sur papier vélin.

Magnifique exemplaire, assurément l’un des plus beaux connus, revêtu d’éblouissantes reliures en maroquin de l’époque signées de Lefebvre, bien complet des Mémoires de Coulanges.

Neveu par alliance de Jean-Claude Bozérian, Lefebvre travailla un temps avec son oncle, avant de reprendre son atelier lorsque celui-ci se retira vers 1810. Il exerça jusque vers 1831. Le vocabulaire ornemental utilisé ici est d’un grand raffinement, en particulier le damier doré repris en pied de chaque volume.

Exposition : Culot (P.), Relieurs et reliures décorées en France aux époques Directoire et Empire, Bibliotheca Wittockiana, 16 sept. 2000 - 10 févr. 2001, Bruxelles, n°85, avec reproduction.





SEVIGNE Lettres de Madame de Sévigné livres rares édition originale livres anciens
SEVIGNE-Lettres-de-Madame-de-Sevigne-livres-rares-edition-originale-livres-anciens



  SEVIGNE-Lettres-de-Madame-de-Sevigne-livres-rares-edition-originale-livres-anciens



  SEVIGNE-Lettres-de-Madame-de-Sevigne-livres-rares-edition-originale-livres-anciens



 
ayant fait l’objet d’une exposition à Bruxelles il y a 17 ans.
Prix: 17 500 €

SEVIGNE, Madame de.

Lettres de Madame de Sévigné, de sa famille et de ses amis. Avec trois portraits et trois fac-simile.


Paris, J.J. Blaise, Libraire de S.A.S. Madame la Duchesse d’Orléans, 1818 - 12 volumes.

- Mémoires de M. de Coulanges, suivis de Lettres inédites de Madame de Sévigné, de son fils, de l’abbé de Coulanges, d’Arnauld-d’Andilly, d’Arnauld de Pomponne, de Jean de La Fontaine…

Paris, J.J. Blaise, Libraire de S.A.S. Madame la Duchesse d’Orléans, 1820 - 1 volume.

Soit 13 volumes in-12, maroquin bleu nuit à grain long, roulette à fond perlé sertie de filets droits autour des plats, dos lisses ornés d’un décor doré à fond criblé, damiers dorés en pied, chaînette intérieure dorée, doublures et gardes de tabis parme, tranches dorées. Riche reliure de l’époque signée Lefebvre.

162 x 98 mm.

Précieuse édition collective originale de format in-12 des « Lettres de Madame de Sévigné ».

Première édition critique des Lettres de Madame de Sévigné, établie par Louis-Jean-Nicolas Monmerqué (1780-1860).

Parues en 1818, en 10 volumes in-8, chez J.J. Blaise, celui-ci en donna la même année cette édition en 12 volumes in-12.

Les Mémoires de M. de Coulanges parurent simultanément en 1820 dans les deux formats.

Tchemerzine loue grandement la première édition critique de Monmerqué imprimée en 1818.

« Les éditions les plus complètes et les meilleures de Mme de Sévigné sont les éditions du XIXe siècle. La première édition critique est celle de Monmerqué [Paris, Impr. De P. Didot l’aîné : J.J. Blaise, 1818-1819, 10 vol. in-8] ; elle contient près de cent lettres inédites et plus de trois cents fragments également inédits. » (Tchemerzine, V, 829).

« L’édition Monmerqué de 1818 est la meilleure que l’on eût jusqu’alors de cette immortelle correspondance (elle est ornée ici de 4 portraits, 6 fac-similé et une planche de monnaie).

Il est convenable de réunir à cette édition le volume intitulé : Mémoires de M. De Coulanges ; suivis de Lettres inédites de Mme de Sévigné, de son fils, de l’abbé de Coulanges… Paris, Blaise, 1820, in-8 ». Brunet.

Ces deux volumes sont ici réunis.

« M. de Monmerqué a fait jouir le public du véritable texte de madame de Sévigné, par une édition augmentée de quatre-vingt-quatorze Lettres inédites, de deux cent quarante-six Lettres auxquelles il a restitué des passages également inédits, et de deux cent cinquante-six Lettres, ou qui n’avaient pas été réunies à la collection, ou dans lesquelles il a été rétabli des passages imprimés en 1726, en 1734, mais retranchés ensuite par des considérations qui n’existent plus.

En conférant les diverses éditions originales, en méditant les mémoires du temps, il a rétabli une foule de passages omis ou altérés, et il a résolu des difficultés sans nombre. Les avantages d'un travail aussi précieux sont développés par l’éditeur dans une Notice bibliographique ; et M. de Saint-Surin y a joint une Notice fort étendue sur madame de Sévigné, sur sa famille et ses amis.

Cette édition est le résultat de tant de recherches, qu’on peut la considérer comme la source où puisent avec plus ou moins de liberté tous ceux qui réimpriment les Lettres de notre inimitable épistoliaire ». Le dernier volume est terminé par une table analytique et alphabétique.

Quelques exemplaires de luxe furent imprimés sur papier vélin.

Magnifique exemplaire, assurément l’un des plus beaux connus, revêtu d’éblouissantes reliures en maroquin de l’époque signées de Lefebvre, bien complet des Mémoires de Coulanges.

Neveu par alliance de Jean-Claude Bozérian, Lefebvre travailla un temps avec son oncle, avant de reprendre son atelier lorsque celui-ci se retira vers 1810. Il exerça jusque vers 1831. Le vocabulaire ornemental utilisé ici est d’un grand raffinement, en particulier le damier doré repris en pied de chaque volume.

Exposition : Culot (P.), Relieurs et reliures décorées en France aux époques Directoire et Empire, Bibliotheca Wittockiana, 16 sept. 2000 - 10 févr. 2001, Bruxelles, n°85, avec reproduction.