KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens
KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens
Edition originale définitive, très recherchée, des Constructions, plans et décorations des Jardins de France, d’Angleterre et d’Allemagne

ornée de 194 estampes à pleine page ; le texte étant imprimé sur chaque page en trois langues : française, anglais et allemand.







down
Livres illustrés / Art et architecture / Autres

KRAFFT, Jean-Charles.

Constructions, plans et décorations des Jardins de France, d’Angleterre et d’Allemagne. Recueil contenant des Plans de Jardins connus, extrêmement pittoresques, des projets non moins satisfaisans, des élévations de fabriques de tout genre d’architecture, égyptienne, chinoise, arabe, turque, gothique, grecque, romaine et française, des ornements analogues et des détails essentiels pour l’exécution, avec texte explicatif en trois langues. Composé de 96 planches.

Paris, Bance Ainé, 1831.

2 volumes grand in-4 oblong de : I/ 1 frontispice, 56 pp. de texte, 96 planches à pleine page numérotées; II/ 1 frontispice gravé, 70 pp. de texte, 96 planches à pleine page numérotées. Exemplaire très frais, conservé à toutes marges dans son cartonnage de l’époque. Reliure de l’époque avec quelques traces d’usures.

265 x 360 mm.

L’édition de référence, la seconde originale, ornée de 194 planches de jardins de France, d’Angleterre et d’Allemagne, soit le double du nombre de planches contenues dans la première édition imprimée à Paris en 1809-1810 qui n’était ornée que d’un frontispice et 96 estampes.

Le texte descriptif est imprimé sur chaque page en trois langues : français, anglais et allemand.

Ce célèbre recueil de Krafft contribua à répandre des formes d’édifices faciles à multiplier et dont les combinaisons obéissent aux lois géométriques. Il préfigure ainsi le système du leitmotiv calculé et combiné, repris dans les années 1930 par les architectes du Bauhaus.

Jean Charles Krafft fut architecte à la fin du XVIIIe et au début du XIXe. On ne lui connaît aucune réalisation d'immeuble, mais seulement la production d'ouvrages décrivant principalement les plus belles maisons, les plus beaux jardins, ainsi qu’un Traité d'architecture. Ses ouvrages sont illustrés de planches gravées sur cuivre dont il fut le réalisateur. Il travailla parfois en association avec Charles Ransonnette, graveur et dessinateur. Il fut naturalisé français.

Dans Recueil d'architecture civile, contenant les plans coupes et élévations des châteaux, maisons de campagne, et habitations rurales, jardins anglais, temples, chaumières, kiosques, ponts, etc. situés aux environs de Paris, Jean Charles Krafft et Charles Ransonnette exécutent un ensemble de planches gravées montrant les intérieurs et les extérieurs de plusieurs châteaux, villas champêtres, et édifices embellissant des jardins, situés aux environs de Paris. Un grand nombre de constructions décrites et dessinées par Jean-Charles Krafft avaient été conçues par des architectes contemporains réputés inspirés de styles variés tels que celles initiées par Claude Nicolas Ledoux, Julien-David LeRoy, et François-Joseph Belanger.

Ces ouvrages intéressent particulièrement l'historien de l'art architectural et l’art des jardins, l’amoureux du vieux Paris, curieux de connaître ce que fut le décor dans lequel ont vécu les familles aisées dans le premier tiers du XIXe siècle et plus particulièrement au cours de la première décennie de ce siècle.

La préface de cette édition originale collective nous révèle l’objectif poursuivi par Krafft :

« La composition des Jardins pittoresques exige au moins la connaissance des constructions primitives et du décor, puisque leur embellissement tient en partie à l’érection de petits monumens allégoriques dont toute la richesse n’appartient souvent qu’à leur forme étrangère ou à leur décoration ; ces jardins ne pouvaient donc rester plus longtemps confiés à de simples jardiniers, ils étaient une attribution des artistes, peintres et architectes : c’est à ces derniers surtout qu’il appartenait de perfectionner ce genre de jardins. Combien parmi eux ont déjà prouvé la vérité de cette assertion ! Qui peut voir sans plaisir les beaux jardins de Bagatelle, de Neuilly, de Trianon, de Mousseaux, de la Malmaison, de Ponchatrain ? Qui peut, après les avoir parcouru, ne pas reconnaître le vrai mérite de leurs compositeurs.

Si les artistes en France sont les créateurs des beaux jardins pittoresques, les artistes étrangers ont après eux fait preuve de goût et de connaissances dans le même genre.

Un recueil renfermant ce qu’il y a de mieux dans les jardins qui entourent la capitale, et même dans les plus remarquables des pays étrangers, pourroit-il n’être pas favorablement accueilli des artistes et des amateurs, n’être pas considéré par eux comme très utile aux progrès de cet art en France, et propre à détruire les funestes influences des anciennes idées à cet égard ?

L’ouvrage que nous leur offrons et dans lequel nous ne faisons rien entrer de médiocre, d’inutile ni de répété de ce qui se trouve dans les anciennes collections allemandes et anglaises, ajoutera à l’avantage de faire connaître le vrai talent de beaucoup d’artistes trop modestes, celui de ne présenter que des compositions parfaitement étudiées et presque toutes conformes à nos usages, à nos procédés de construction et à nos principes de décors.

Cet ouvrage sera composé de 12 livraisons renfermant chacune deux feuilles d’explication, et huit planches gravées au trait, de format in-4. »

Précieux exemplaire complet de toutes ses planches, à grandes marges car non rogné, conservé dans son cartonnage de l’époque.





KRAFFT Constructions 1831 livres rares édition originale livres anciens
KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens



  KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens



  KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens



  KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens



  KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens



  KRAFFT-Constructions-1831-livres-rares-edition-originale-livres-anciens



 

ornée de 194 estampes à pleine page ; le texte étant imprimé sur chaque page en trois langues : française, anglais et allemand.


Prix: 8 500 €

KRAFFT, Jean-Charles.

Constructions, plans et décorations des Jardins de France, d’Angleterre et d’Allemagne. Recueil contenant des Plans de Jardins connus, extrêmement pittoresques, des projets non moins satisfaisans, des élévations de fabriques de tout genre d’architecture, égyptienne, chinoise, arabe, turque, gothique, grecque, romaine et française, des ornements analogues et des détails essentiels pour l’exécution, avec texte explicatif en trois langues. Composé de 96 planches.

Paris, Bance Ainé, 1831.

2 volumes grand in-4 oblong de : I/ 1 frontispice, 56 pp. de texte, 96 planches à pleine page numérotées; II/ 1 frontispice gravé, 70 pp. de texte, 96 planches à pleine page numérotées. Exemplaire très frais, conservé à toutes marges dans son cartonnage de l’époque. Reliure de l’époque avec quelques traces d’usures.

265 x 360 mm.

L’édition de référence, la seconde originale, ornée de 194 planches de jardins de France, d’Angleterre et d’Allemagne, soit le double du nombre de planches contenues dans la première édition imprimée à Paris en 1809-1810 qui n’était ornée que d’un frontispice et 96 estampes.

Le texte descriptif est imprimé sur chaque page en trois langues : français, anglais et allemand.

Ce célèbre recueil de Krafft contribua à répandre des formes d’édifices faciles à multiplier et dont les combinaisons obéissent aux lois géométriques. Il préfigure ainsi le système du leitmotiv calculé et combiné, repris dans les années 1930 par les architectes du Bauhaus.

Jean Charles Krafft fut architecte à la fin du XVIIIe et au début du XIXe. On ne lui connaît aucune réalisation d'immeuble, mais seulement la production d'ouvrages décrivant principalement les plus belles maisons, les plus beaux jardins, ainsi qu’un Traité d'architecture. Ses ouvrages sont illustrés de planches gravées sur cuivre dont il fut le réalisateur. Il travailla parfois en association avec Charles Ransonnette, graveur et dessinateur. Il fut naturalisé français.

Dans Recueil d'architecture civile, contenant les plans coupes et élévations des châteaux, maisons de campagne, et habitations rurales, jardins anglais, temples, chaumières, kiosques, ponts, etc. situés aux environs de Paris, Jean Charles Krafft et Charles Ransonnette exécutent un ensemble de planches gravées montrant les intérieurs et les extérieurs de plusieurs châteaux, villas champêtres, et édifices embellissant des jardins, situés aux environs de Paris. Un grand nombre de constructions décrites et dessinées par Jean-Charles Krafft avaient été conçues par des architectes contemporains réputés inspirés de styles variés tels que celles initiées par Claude Nicolas Ledoux, Julien-David LeRoy, et François-Joseph Belanger.

Ces ouvrages intéressent particulièrement l'historien de l'art architectural et l’art des jardins, l’amoureux du vieux Paris, curieux de connaître ce que fut le décor dans lequel ont vécu les familles aisées dans le premier tiers du XIXe siècle et plus particulièrement au cours de la première décennie de ce siècle.

La préface de cette édition originale collective nous révèle l’objectif poursuivi par Krafft :

« La composition des Jardins pittoresques exige au moins la connaissance des constructions primitives et du décor, puisque leur embellissement tient en partie à l’érection de petits monumens allégoriques dont toute la richesse n’appartient souvent qu’à leur forme étrangère ou à leur décoration ; ces jardins ne pouvaient donc rester plus longtemps confiés à de simples jardiniers, ils étaient une attribution des artistes, peintres et architectes : c’est à ces derniers surtout qu’il appartenait de perfectionner ce genre de jardins. Combien parmi eux ont déjà prouvé la vérité de cette assertion ! Qui peut voir sans plaisir les beaux jardins de Bagatelle, de Neuilly, de Trianon, de Mousseaux, de la Malmaison, de Ponchatrain ? Qui peut, après les avoir parcouru, ne pas reconnaître le vrai mérite de leurs compositeurs.

Si les artistes en France sont les créateurs des beaux jardins pittoresques, les artistes étrangers ont après eux fait preuve de goût et de connaissances dans le même genre.

Un recueil renfermant ce qu’il y a de mieux dans les jardins qui entourent la capitale, et même dans les plus remarquables des pays étrangers, pourroit-il n’être pas favorablement accueilli des artistes et des amateurs, n’être pas considéré par eux comme très utile aux progrès de cet art en France, et propre à détruire les funestes influences des anciennes idées à cet égard ?

L’ouvrage que nous leur offrons et dans lequel nous ne faisons rien entrer de médiocre, d’inutile ni de répété de ce qui se trouve dans les anciennes collections allemandes et anglaises, ajoutera à l’avantage de faire connaître le vrai talent de beaucoup d’artistes trop modestes, celui de ne présenter que des compositions parfaitement étudiées et presque toutes conformes à nos usages, à nos procédés de construction et à nos principes de décors.

Cet ouvrage sera composé de 12 livraisons renfermant chacune deux feuilles d’explication, et huit planches gravées au trait, de format in-4. »

Précieux exemplaire complet de toutes ses planches, à grandes marges car non rogné, conservé dans son cartonnage de l’époque.