LIVRE D HEURES AMIENS livres rares edition originale livres anciens camille sourget LIVRE D HEURES AMIENS livres rares edition originale livres anciens camille sourget LIVRE D HEURES AMIENS livres rares edition originale livres anciens camille sourget LIVRE D HEURES AMIENS livres rares edition originale livres anciens camille sourget LIVRE D HEURES AMIENS livres rares edition originale livres anciens camille sourget
LIVRE D HEURES AMIENS livres rares edition originale livres anciens camille sourget LIVRE D HEURES AMIENS livres rares edition originale livres anciens camille sourget LIVRE D HEURES AMIENS livres rares edition originale livres anciens camille sourget LIVRE D HEURES AMIENS livres rares edition originale livres anciens camille sourget LIVRE D HEURES AMIENS livres rares edition originale livres anciens camille sourget
Chatoyant manuscrit enluminé de belle qualité, évocateur de la peinture abbevilloise des années 1480.

Manuscrit enluminé sur peau de vélin orné de 6 miniatures.







down
Livres illustrés / Histoire, religion

LIVRE D'HEURES A L'USAGE D'AMIENS.

France, Abbeville, vers 1480.

In-12 de 82 ff. sur parchemin précédés et suivis d’1 feuillet de garde de parchemin. Complet. 19 longues lignes, f. 14 blanc. Ecriture bâtarde à l’encre brune, texte en latin sur une colonne, réglure à l’encre violette, rubriques en rouge, initiales peintes en alternance rouges ou bleues, grandes initiales peintes argentées ou dorées sur fonds brun rehaussé d’or, 2 miniatures à quart-de-page, sans bordures, 4 grandes miniatures à demi-page avec bordures enluminées. Justification du texte 107 x 73 cm.

Reliure de cuir brun, double encadrement de filets à froid sur les plats avec fleurons d’angle, dos à nerfs orné à froid. Gruel.

180 x 127 mm.



 
Chatoyant manuscrit enluminé de belle qualité, évocateur de la peinture abbevilloise des années 1480.

Texte

F.1 L’an 26 mars 1724 prière (prière rajoutée au XVIIIe siècle).

Ff. 2-13v Calendrier le 22 janvier s. Vinchan dialecte picard, 30 janvier sainte Auldegonde abbesse de Maubeuge, 11aout s. Gérin évêque de Cambrai17 septembre s. Lambert évêque de Liège, 22 septembre s. Meuriche dialecte picard, 31 octobre s. Quentin martyr du Vermandois, 3 novembre s. Hubert évêque de Liège, 1er décembre s. Eloy évêque de Noyon, 14 décembre s. Nicaise évêque de Reims.

Ff. 15-15v Péricope de l’évangile selon saint Jean

Ff. 16-18v Heures de la Croix, lacune de la Crucifixion entre les ff. 14v-15

Ff. 20-22v Heures du Saint-Esprit, lacune de la Pentecôte entre les ff. 18v-19.

Ff. 23-51v Heures de la Vierge

Ff. 52-62 Psaume de la pénitence suivi des litanies avec sainte Ursule vierge de Cologne.

Ff. 62v-77 Office des morts à 3 lectures usage de Tournai, Thérouanne ou Cambrai.

Ff. 77v-82 Suffrage et oraison pour père et mère, pour un homme seul, pour une femme, pour parents et amis, pour tous en général, oraison à sainte Anne Saluta est Maria, devote hymme du benoicte saint Esprit Veni creator, s’ensuilt les VII vers de s. Bernard Illumina oculos meos, suffrages de saint André, doulce orayson à la Vierge Marie Ave regina.

F. 82v Notes effacées prière.

L’ornementation se compose de 6 grandes miniatures enluminées de belle facture. Chacune de ces miniatures est insérée dans une superbe bordure enluminée (décor floral et végétal, bestiaire, décor en trompe l’œil, armoiries peintes dans la bordure inférieure du fo. 23).

Elles présentent toutes les caractéristiques de la peinture abbevilloise des années 1480 :

-F. 15 St-Jean l’Evangéliste sur l’île de Patmos avec son symbole. L’aigle tient l’encrier dans son bec. Cadre à colonnes bleues et mur de briques. Joli paysage.

-F. 23 Annonciation, avec armoiries dans la marge inférieure. L’ange surprend la Vierge dans sa lecture. Voute céleste reposant sur les colonnes du cadre. Vase avec fleurs de lys séparant l’ange Gabriel de la vierge Marie.

-F. 52 David et Bethsabée au bain (repeint au visage de Bethsabée ?). David regarde Bethsabée nue, par la fenêtre. Cadre à colonnes et mur de briques au-dessus.

-F. 62v Résurrection de Lazare dans un cimetière. Cadre à colonnes et mur de briques.

-F. 79 Sainte Anne Trinitaire : sainte Anne tient la Vierge à l’Enfant dans ses bras.

-F. 81 Saint André avec sa Croix.

Les bordures d’inspiration ganto-brugeoise sont très soignées et présentent des coqs affrontés au f. 52, des oiseaux et un papillon au f. 14. Ce type de bordures a été importé de Bruges vers 1480-1490 à Amiens par le Maître du livre de prière de Dresde (voir B. Brinckmann, Die flämische Buchmalerei am Ende des Burgunderrechs : der Meister des Dresdener Gebetbuchs und die Miniaturisten seiner Zeit, Turnhout, 1997).

Des centaines d’initiales peintes agrémentent chacune des pages du manuscrit.

Ce charmant manuscrit à l’usage d’Amiens provient de la production abbevilloise des années 1480.

L’Annonciation revient à une autre main aux visages plus doux et plus arrondis. Le reste du manuscrit peut être attribué à une seconde main qui trouve sa place dans l’art picard de la fin du Moyen Age comme l’a décrit Marc Gil dans un article inédit. L’art picard des années 1470-1500 se définit « par le refus de l’illusionnisme flamand pour privilégier des effets avant tout décoratifs, une simplification linéaire des formes et une géométrisation du trait dans un graphisme appuyé » (« Le décor peint de la Chapelle Saint-Eloi (1506) : sa place dans l’art picard de la fin du Moyen Age »). On retrouve ce graphisme appuyé dans le livre d’heures d’Abbeville Bm. Ms. 16.

Il existe une thèse consultable à l’université de Lille de Marie-Laure Legrain (Les manuscrits à peinture en Picardie, autour d’Amiens e d’Abbeville, à la fin du Moyen Age (1480-1520), Lille, 2006).

Quelques noms de peintres actifs dans les années 1460-1480 ont survécu : Jean Hachette, Colart du bois, Jean Lefebvre, Robert de Hesdinoel.

Abbeville abrite les hôtels particuliers de grands seigneurs bourguignons puis français : les seigneurs de Créquy, de Gamaches, de la Gruthuse, de Rubempré, de Monchy, de Rambures, de Melun et de Bonflers. (Marc Gil, « Le contexte de la création à Abbeville et à Amiens (v. 1460-1540) », Saint-Riquier une grande abbaye bénédictine, Paris, 2009, p. 211-234).

Séduisant manuscrit enluminé caractéristique de la peinture abbevilloise des années 1480.

Provenance : f. 3 note manuscrite « Collignon demeurant à la Saline de dieuze en 1800 », armoiries au f. 23 : d’argent à 3 lions de sable, la langue de gueule, ff. 26v-27 « Ce livre appartient a moy François de Fillelay »





LIVRE D’HEURES AMIENS livres rares édition originale livres anciens camille sourget
LIVRE D HEURES AMIENS livres rares edition originale livres anciens camille sourget



  LIVRE D HEURES AMIENS livres rares edition originale livres anciens camille sourget



  LIVRE D HEURES AMIENS livres rares edition originale livres anciens camille sourget



  LIVRE D HEURES AMIENS livres rares edition originale livres anciens camille sourget



  LIVRE D HEURES AMIENS livres rares edition originale livres anciens camille sourget



 

Manuscrit enluminé sur peau de vélin orné de 6 miniatures.


Prix: 65 000 €

LIVRE D'HEURES A L'USAGE D'AMIENS.

France, Abbeville, vers 1480.

In-12 de 82 ff. sur parchemin précédés et suivis d’1 feuillet de garde de parchemin. Complet. 19 longues lignes, f. 14 blanc. Ecriture bâtarde à l’encre brune, texte en latin sur une colonne, réglure à l’encre violette, rubriques en rouge, initiales peintes en alternance rouges ou bleues, grandes initiales peintes argentées ou dorées sur fonds brun rehaussé d’or, 2 miniatures à quart-de-page, sans bordures, 4 grandes miniatures à demi-page avec bordures enluminées. Justification du texte 107 x 73 cm.

Reliure de cuir brun, double encadrement de filets à froid sur les plats avec fleurons d’angle, dos à nerfs orné à froid. Gruel.

180 x 127 mm.

Chatoyant manuscrit enluminé de belle qualité, évocateur de la peinture abbevilloise des années 1480.

Texte

F.1 L’an 26 mars 1724 prière (prière rajoutée au XVIIIe siècle).

Ff. 2-13v Calendrier le 22 janvier s. Vinchan dialecte picard, 30 janvier sainte Auldegonde abbesse de Maubeuge, 11aout s. Gérin évêque de Cambrai17 septembre s. Lambert évêque de Liège, 22 septembre s. Meuriche dialecte picard, 31 octobre s. Quentin martyr du Vermandois, 3 novembre s. Hubert évêque de Liège, 1er décembre s. Eloy évêque de Noyon, 14 décembre s. Nicaise évêque de Reims.

Ff. 15-15v Péricope de l’évangile selon saint Jean

Ff. 16-18v Heures de la Croix, lacune de la Crucifixion entre les ff. 14v-15

Ff. 20-22v Heures du Saint-Esprit, lacune de la Pentecôte entre les ff. 18v-19.

Ff. 23-51v Heures de la Vierge

Ff. 52-62 Psaume de la pénitence suivi des litanies avec sainte Ursule vierge de Cologne.

Ff. 62v-77 Office des morts à 3 lectures usage de Tournai, Thérouanne ou Cambrai.

Ff. 77v-82 Suffrage et oraison pour père et mère, pour un homme seul, pour une femme, pour parents et amis, pour tous en général, oraison à sainte Anne Saluta est Maria, devote hymme du benoicte saint Esprit Veni creator, s’ensuilt les VII vers de s. Bernard Illumina oculos meos, suffrages de saint André, doulce orayson à la Vierge Marie Ave regina.

F. 82v Notes effacées prière.

L’ornementation se compose de 6 grandes miniatures enluminées de belle facture. Chacune de ces miniatures est insérée dans une superbe bordure enluminée (décor floral et végétal, bestiaire, décor en trompe l’œil, armoiries peintes dans la bordure inférieure du fo. 23).

Elles présentent toutes les caractéristiques de la peinture abbevilloise des années 1480 :

-F. 15 St-Jean l’Evangéliste sur l’île de Patmos avec son symbole. L’aigle tient l’encrier dans son bec. Cadre à colonnes bleues et mur de briques. Joli paysage.

-F. 23 Annonciation, avec armoiries dans la marge inférieure. L’ange surprend la Vierge dans sa lecture. Voute céleste reposant sur les colonnes du cadre. Vase avec fleurs de lys séparant l’ange Gabriel de la vierge Marie.

-F. 52 David et Bethsabée au bain (repeint au visage de Bethsabée ?). David regarde Bethsabée nue, par la fenêtre. Cadre à colonnes et mur de briques au-dessus.

-F. 62v Résurrection de Lazare dans un cimetière. Cadre à colonnes et mur de briques.

-F. 79 Sainte Anne Trinitaire : sainte Anne tient la Vierge à l’Enfant dans ses bras.

-F. 81 Saint André avec sa Croix.

Les bordures d’inspiration ganto-brugeoise sont très soignées et présentent des coqs affrontés au f. 52, des oiseaux et un papillon au f. 14. Ce type de bordures a été importé de Bruges vers 1480-1490 à Amiens par le Maître du livre de prière de Dresde (voir B. Brinckmann, Die flämische Buchmalerei am Ende des Burgunderrechs : der Meister des Dresdener Gebetbuchs und die Miniaturisten seiner Zeit, Turnhout, 1997).

Des centaines d’initiales peintes agrémentent chacune des pages du manuscrit.

Ce charmant manuscrit à l’usage d’Amiens provient de la production abbevilloise des années 1480.

L’Annonciation revient à une autre main aux visages plus doux et plus arrondis. Le reste du manuscrit peut être attribué à une seconde main qui trouve sa place dans l’art picard de la fin du Moyen Age comme l’a décrit Marc Gil dans un article inédit. L’art picard des années 1470-1500 se définit « par le refus de l’illusionnisme flamand pour privilégier des effets avant tout décoratifs, une simplification linéaire des formes et une géométrisation du trait dans un graphisme appuyé » (« Le décor peint de la Chapelle Saint-Eloi (1506) : sa place dans l’art picard de la fin du Moyen Age »). On retrouve ce graphisme appuyé dans le livre d’heures d’Abbeville Bm. Ms. 16.

Il existe une thèse consultable à l’université de Lille de Marie-Laure Legrain (Les manuscrits à peinture en Picardie, autour d’Amiens e d’Abbeville, à la fin du Moyen Age (1480-1520), Lille, 2006).

Quelques noms de peintres actifs dans les années 1460-1480 ont survécu : Jean Hachette, Colart du bois, Jean Lefebvre, Robert de Hesdinoel.

Abbeville abrite les hôtels particuliers de grands seigneurs bourguignons puis français : les seigneurs de Créquy, de Gamaches, de la Gruthuse, de Rubempré, de Monchy, de Rambures, de Melun et de Bonflers. (Marc Gil, « Le contexte de la création à Abbeville et à Amiens (v. 1460-1540) », Saint-Riquier une grande abbaye bénédictine, Paris, 2009, p. 211-234).

Séduisant manuscrit enluminé caractéristique de la peinture abbevilloise des années 1480.

Provenance : f. 3 note manuscrite « Collignon demeurant à la Saline de dieuze en 1800 », armoiries au f. 23 : d’argent à 3 lions de sable, la langue de gueule, ff. 26v-27 « Ce livre appartient a moy François de Fillelay »