CATON Ethica cum comment livres rares edition originale livres anciens camille sourget CATON Ethica cum comment livres rares edition originale livres anciens camille sourget
CATON Ethica cum comment livres rares edition originale livres anciens camille sourget CATON Ethica cum comment livres rares edition originale livres anciens camille sourget
Cette édition princeps « rare » (Brunet), de grande réputation au Moyen-Age, a atteint des prix considérables en vente publique, supérieurs à la fameuse originale des Précieuses ridicules.

Achevé d’imprimer le 2 novembre 1475.







down
Reliures / Histoire, religion

CATO, Valerius.

Ethica, cum comment. amplissimis Philippi Bergomensis.

[Auguste Vindelicorum, Ant. Sorg], 1475.

In-folio gothique de (1) f.bl., 484 feuillets à 40 lignes par page, ainsi complet, mention manuscrite en bas du titre, qq. mouillures sans gravité, annotations marginales, signets de l’époque.

Reliure monastique en veau brun estampé à froid sur ais de bois, dos refait, plats très ornés, écoinçons d’angle et cabochon central en métal, titre de l’œuvre calligraphié d’une main monastique sur le plat supérieur. Reliure réalisée vers 1475.

301 x 212 mm.

Edition princeps rare imprimée par Anton Sorg en novembre 1475.

ISTC ic00292000 ; BMC II 342 ; BSB-Ink D-189 ; Goff C292 ; GW 6277 ; HC 4711 ; IGI 2601.

« Edition rare décrite par Panzer, tome 1. p. 106, et par Hain ; elle a été vendue 9 livres 19 sh. 6 d. Bibliothèque d’Alchorne, en 1813 ; 20 et 48 flor. Butsch » (Brunet I-1666).

Cette édition princeps a atteint des prix considérables signalés par Brunet : 9 livres 19 sh soit 200 f or en 1813, prix supérieur à l’édition originale des Précieuses ridicules.

« Première édition, très rare ; les caractères sont ceux employés par Ant. Sorg, célèbre imprimeur d’Augsbourg. Elle est imprimée à longues lignes, et sans chiffres, signatures et réclames. Ces distiques moraux sont attribués à Caton le censeur, mort l’an 148 avant Jésus-Christ ». (M ; de la Serna, Dictionnaire bibliographique du quinzième siècle, 399)

First edition of Philippus de Bergamo’s treatise, the Speculum regiminis. Rather than a commentary on the Disticha Catonis, this text is an original work” (ISTC), and comprises the majority of the volume, commencing on folio 91. It was printed by Anton Sorg in the first year of his independent activity, with type acquired from the press at the monastery of St Ulrich and Afra”.

L’œuvre de Cato eut une grande réputation au Moyen Age et fut traduite dans de nombreuses langues. Chaucer y fait de nombreuses références.

La versification et la métrique sont d’excellente qualité.

Jacques-Philippe Bergame, chroniqueur italien, né à Soldio en 1434, mort en 1520, appartenait à la famille des Foresti et entra dans l’ordre des ermites de Saint-Augustin. Ses écrits ou commentaires sont toujours recherchés des lettrés.

Précieux exemplaire conservé dans sa rare et belle reliure de l’époque portant dans un cadre en laiton le titre de l’ouvrage dans une écriture monastique sur le plat supérieur - dos refait comme presque toujours pour un volume aussi épais - enrichi de cette inscription monastique sur le premier feuillet : « Iste liber est monasterii Stti Egidii in Nuremburg ordinis sti Benedicti » et de nombreuses annotations marginales.

Autre fait rare, subsistent, dépassant des pages, la totalité des dix pattes ou petits signets de cuir fixés sous papier pour signaler des passages importants du texte et en faciliter l’accès.





CATON Ethica cum comment livres rares édition originale livres anciens camille sourget
CATON Ethica cum comment livres rares edition originale livres anciens camille sourget



  CATON Ethica cum comment livres rares edition originale livres anciens camille sourget



 

Achevé d’imprimer le 2 novembre 1475.


Prix: 25 000 €

CATO, Valerius.

Ethica, cum comment. amplissimis Philippi Bergomensis.

[Auguste Vindelicorum, Ant. Sorg], 1475.

In-folio gothique de (1) f.bl., 484 feuillets à 40 lignes par page, ainsi complet, mention manuscrite en bas du titre, qq. mouillures sans gravité, annotations marginales, signets de l’époque.

Reliure monastique en veau brun estampé à froid sur ais de bois, dos refait, plats très ornés, écoinçons d’angle et cabochon central en métal, titre de l’œuvre calligraphié d’une main monastique sur le plat supérieur. Reliure réalisée vers 1475.

301 x 212 mm.

Edition princeps rare imprimée par Anton Sorg en novembre 1475.

ISTC ic00292000 ; BMC II 342 ; BSB-Ink D-189 ; Goff C292 ; GW 6277 ; HC 4711 ; IGI 2601.

« Edition rare décrite par Panzer, tome 1. p. 106, et par Hain ; elle a été vendue 9 livres 19 sh. 6 d. Bibliothèque d’Alchorne, en 1813 ; 20 et 48 flor. Butsch » (Brunet I-1666).

Cette édition princeps a atteint des prix considérables signalés par Brunet : 9 livres 19 sh soit 200 f or en 1813, prix supérieur à l’édition originale des Précieuses ridicules.

« Première édition, très rare ; les caractères sont ceux employés par Ant. Sorg, célèbre imprimeur d’Augsbourg. Elle est imprimée à longues lignes, et sans chiffres, signatures et réclames. Ces distiques moraux sont attribués à Caton le censeur, mort l’an 148 avant Jésus-Christ ». (M ; de la Serna, Dictionnaire bibliographique du quinzième siècle, 399)

First edition of Philippus de Bergamo’s treatise, the Speculum regiminis. Rather than a commentary on the Disticha Catonis, this text is an original work” (ISTC), and comprises the majority of the volume, commencing on folio 91. It was printed by Anton Sorg in the first year of his independent activity, with type acquired from the press at the monastery of St Ulrich and Afra”.

L’œuvre de Cato eut une grande réputation au Moyen Age et fut traduite dans de nombreuses langues. Chaucer y fait de nombreuses références.

La versification et la métrique sont d’excellente qualité.

Jacques-Philippe Bergame, chroniqueur italien, né à Soldio en 1434, mort en 1520, appartenait à la famille des Foresti et entra dans l’ordre des ermites de Saint-Augustin. Ses écrits ou commentaires sont toujours recherchés des lettrés.

Précieux exemplaire conservé dans sa rare et belle reliure de l’époque portant dans un cadre en laiton le titre de l’ouvrage dans une écriture monastique sur le plat supérieur - dos refait comme presque toujours pour un volume aussi épais - enrichi de cette inscription monastique sur le premier feuillet : « Iste liber est monasterii Stti Egidii in Nuremburg ordinis sti Benedicti » et de nombreuses annotations marginales.

Autre fait rare, subsistent, dépassant des pages, la totalité des dix pattes ou petits signets de cuir fixés sous papier pour signaler des passages importants du texte et en faciliter l’accès.