MANUSCRIT Cayer de canonage livres rares edition originale livres anciens camille sourget  MANUSCRIT Cayer de canonage livres rares edition originale livres anciens camille sourget
 MANUSCRIT Cayer de canonage livres rares edition originale livres anciens camille sourget  MANUSCRIT Cayer de canonage livres rares edition originale livres anciens camille sourget
Passionnant manuscrit historique témoignant de l’activité d’un aide-canonnier tropézien embarqué sur un navire de guerre à la fin du XVIIIe siècle.

Précieux et séduisant manuscrit historique témoignant des guerres maritimes qui opposèrent la France à l’Angleterre au XVIIIe siècle et plus généralement de l’histoire de la marine française sous Louis XVI.







down
Voyage, exploration

[MANUSCRIT].

Cayer de canonage du Sieur Jean-François Marie Icard de Saint-Tropez, aide-canonié, fait à bord du vaisseau Le Lion, commandé par Monsieur de Mézières, le 19 du mois de mars 1781.

S.l.n.d. [Saint-Tropez et Toulon, 1781-1783].

In-4 de 81 feuillets manuscrits à l’encre brune décorés d’un encadrement vert à l’aquarelle, dont 25 feuillets ornés d’aquarelles à pleine page, nombreuses aquarelles dans le texte. Complet. Vélin de l’époque restauré.

245 x 190 mm.

Passionnant manuscrit historique témoignant de l’activité d’un aide-canonnier français embarqué sur un vaisseau de guerre à la fin du XVIIIe siècle.

Ce manuscrit de 81 feuillets fut composé par le Sieur Jean-François Icard de Saint-Tropez, qui était aide-canonnier sur le vaisseau Le Lion entre 1781 et 1783.

Histoire du vaisseau Le Lion :

Le Lion était un vaisseau de ligne à deux ponts portant 64 canons construit sur les plans de Pierre-Blaise Coulomb à Toulon en 1749-51, et lancé en 1751. Il fut mis en chantier pendant la vague de construction qui sépare la fin de guerre de Succession d'Autriche (1748) du début de la guerre de Sept Ans (1755). Il participa à la guerre de Sept Ans puis à la guerre d'Indépendance américaine.

Le Lion était un bâtiment moyennement artillé mis sur cale selon les normes définies dans les années 1730-1740 par les constructeurs français pour obtenir un bon rapport coût/manœuvrabilité/armement afin de pouvoir tenir tête à la marine anglaise qui disposait de beaucoup plus de navires.

Sa coque était en chêne, son gréement en pin, ses voiles et cordages en chanvre. Il était moins puissant que les vaisseaux de 74 canons car outre qu'il emportait moins d'artillerie, celle-ci était aussi pour partie de plus faible calibre, soit :

26 canons de 24 livres sur sa première batterie percée à treize sabords, 28 canons de 12 sur sa deuxième batterie percée à quatorze, 10 canons de 6 sur ses gaillards.

Pour nourrir les centaines d’hommes qui composaient son équipage, c’était aussi un gros transporteur qui devait avoir pour deux à trois mois d'autonomie en eau douce et cinq à six mois pour la nourriture. C'est ainsi qu'il embarquait des dizaines de tonnes d’eau, de vin, d’huile, de vinaigre, de farine, de biscuit, de viande et de poisson salé, de fruits et de légumes secs, de condiments, de fromage, et même du bétail sur pied destiné à être abattu au fur et à mesure de la campagne.

Le Lion fit sa première croisière en se rendant à Isle Royale en 1751. En mai 1756, au début de la guerre de Sept Ans, le vaisseau faisait partie des 12 vaisseaux de l'escadre de La Galissonière chargée de couvrir le débarquement sur Minorque. Il prit part, sur l’arrière-garde, à la bataille qui s'ensuivit avec la flotte anglaise venue secourir l'île.

En 1759, il quitta Toulon dans l'escadre de 12 vaisseaux de La Clue chargée de rejoindre Brest pour couvrir une tentative de débarquement en Angleterre. Mais celle-ci fut repérée au large de Gibraltar par les forces anglaises. Lors de la poursuite le long des côtes espagnoles, la flotte de La Clue se disloqua de nuit à la suite de signaux mal interprétés. Le Lion se réfugia le 19 août à Cadix avec plusieurs autres navires ce qui lui permit d'échapper à la capture ou à la destruction à la défaite qui s'ensuivit dans les eaux portugaises. Il ne put gagner Toulon qu'en janvier 1760.

Les chapitres abordés par l’aide canonnier portent les titres suivants : Proportions des canons de 36, 24, 18, 12, 8, 6, 4 fait par Pichary ; Règle de circonférence diamètre épaisseur de métal pour les canons de fonte avec leurs proportions ; Preuve de la règle de circonférence par la règle de Trois ; Ustensiles pour les canons ; Tables des pièces de cordage qu’il faut pour garnir les canons de Palans ; Table des quantités de brosses de cordage jusqu’à 32 à 1 par canon ; Traité de l’artillerie de marine pour l’instruction des apprentis canonniers de la compagnie du port de Toulon ; Proportions des affûts de fonte et de fer des canons ; Table cubique ; Table pour trouver les charges de poudre pour l’épreuve Salut et combat ; Proportions des canons de fonte à la façon de Toulon en pied, pouce, lignes et points ; Composition de la poudre fine ; Table des boulets de canon ; Proportions des mortiers fait par Pichary en 1728 de 12 pouces ; Manière de monter un canon en batterie ; Manière de trouver les portées des canons de but en blanc ; Manière de bien amarer les canons dans un mauvais temps ; Quand on dit chacun à son poste ; Le Devoir du canonnier…

L’ouvrage contient en outre un très beau poème en 18 pages et 110 quatrains intitulé « Tableau de la mer » occupant la fin du volume.

Ce très beau manuscrit est agrémenté de nombreux croquis et dessins aquarellés assez naïfs dont 25 à pleine page. Ils représentent le vaisseau Le Lion, Sainte-Barbe, un port, des blasons armoriés, des canons ou des bombes, etc.

Certains dessins ont été modifiés postérieurement, la couronne royale ayant été surchargée d’un bonnet de la liberté, les fleurs-de-lys par des cercles et un drapeau ayant été modifié en tricolore.

Précieux et séduisant manuscrit historique témoignant des guerres maritimes qui opposèrent la France à l’Angleterre au XVIIIe siècle et plus généralement de l’histoire de la marine française sous Louis XVI.

Ce livre a figuré à l’Exposition « Vieille Marine » organisée par le Musée de la Marine en juin 1947, sous le lot n°335.





[MANUSCRIT] Cayer de canonage livres rares édition originale livres anciens camille sourget
 MANUSCRIT Cayer de canonage livres rares edition originale livres anciens camille sourget



   MANUSCRIT Cayer de canonage livres rares edition originale livres anciens camille sourget



 

Précieux et séduisant manuscrit historique témoignant des guerres maritimes qui opposèrent la France à l’Angleterre au XVIIIe siècle et plus généralement de l’histoire de la marine française sous Louis XVI.


Prix: 15 000 €

[MANUSCRIT].

Cayer de canonage du Sieur Jean-François Marie Icard de Saint-Tropez, aide-canonié, fait à bord du vaisseau Le Lion, commandé par Monsieur de Mézières, le 19 du mois de mars 1781.

S.l.n.d. [Saint-Tropez et Toulon, 1781-1783].

In-4 de 81 feuillets manuscrits à l’encre brune décorés d’un encadrement vert à l’aquarelle, dont 25 feuillets ornés d’aquarelles à pleine page, nombreuses aquarelles dans le texte. Complet. Vélin de l’époque restauré.

245 x 190 mm.

Passionnant manuscrit historique témoignant de l’activité d’un aide-canonnier français embarqué sur un vaisseau de guerre à la fin du XVIIIe siècle.

Ce manuscrit de 81 feuillets fut composé par le Sieur Jean-François Icard de Saint-Tropez, qui était aide-canonnier sur le vaisseau Le Lion entre 1781 et 1783.

Histoire du vaisseau Le Lion :

Le Lion était un vaisseau de ligne à deux ponts portant 64 canons construit sur les plans de Pierre-Blaise Coulomb à Toulon en 1749-51, et lancé en 1751. Il fut mis en chantier pendant la vague de construction qui sépare la fin de guerre de Succession d'Autriche (1748) du début de la guerre de Sept Ans (1755). Il participa à la guerre de Sept Ans puis à la guerre d'Indépendance américaine.

Le Lion était un bâtiment moyennement artillé mis sur cale selon les normes définies dans les années 1730-1740 par les constructeurs français pour obtenir un bon rapport coût/manœuvrabilité/armement afin de pouvoir tenir tête à la marine anglaise qui disposait de beaucoup plus de navires.

Sa coque était en chêne, son gréement en pin, ses voiles et cordages en chanvre. Il était moins puissant que les vaisseaux de 74 canons car outre qu'il emportait moins d'artillerie, celle-ci était aussi pour partie de plus faible calibre, soit :

26 canons de 24 livres sur sa première batterie percée à treize sabords, 28 canons de 12 sur sa deuxième batterie percée à quatorze, 10 canons de 6 sur ses gaillards.

Pour nourrir les centaines d’hommes qui composaient son équipage, c’était aussi un gros transporteur qui devait avoir pour deux à trois mois d'autonomie en eau douce et cinq à six mois pour la nourriture. C'est ainsi qu'il embarquait des dizaines de tonnes d’eau, de vin, d’huile, de vinaigre, de farine, de biscuit, de viande et de poisson salé, de fruits et de légumes secs, de condiments, de fromage, et même du bétail sur pied destiné à être abattu au fur et à mesure de la campagne.

Le Lion fit sa première croisière en se rendant à Isle Royale en 1751. En mai 1756, au début de la guerre de Sept Ans, le vaisseau faisait partie des 12 vaisseaux de l'escadre de La Galissonière chargée de couvrir le débarquement sur Minorque. Il prit part, sur l’arrière-garde, à la bataille qui s'ensuivit avec la flotte anglaise venue secourir l'île.

En 1759, il quitta Toulon dans l'escadre de 12 vaisseaux de La Clue chargée de rejoindre Brest pour couvrir une tentative de débarquement en Angleterre. Mais celle-ci fut repérée au large de Gibraltar par les forces anglaises. Lors de la poursuite le long des côtes espagnoles, la flotte de La Clue se disloqua de nuit à la suite de signaux mal interprétés. Le Lion se réfugia le 19 août à Cadix avec plusieurs autres navires ce qui lui permit d'échapper à la capture ou à la destruction à la défaite qui s'ensuivit dans les eaux portugaises. Il ne put gagner Toulon qu'en janvier 1760.

Les chapitres abordés par l’aide canonnier portent les titres suivants : Proportions des canons de 36, 24, 18, 12, 8, 6, 4 fait par Pichary ; Règle de circonférence diamètre épaisseur de métal pour les canons de fonte avec leurs proportions ; Preuve de la règle de circonférence par la règle de Trois ; Ustensiles pour les canons ; Tables des pièces de cordage qu’il faut pour garnir les canons de Palans ; Table des quantités de brosses de cordage jusqu’à 32 à 1 par canon ; Traité de l’artillerie de marine pour l’instruction des apprentis canonniers de la compagnie du port de Toulon ; Proportions des affûts de fonte et de fer des canons ; Table cubique ; Table pour trouver les charges de poudre pour l’épreuve Salut et combat ; Proportions des canons de fonte à la façon de Toulon en pied, pouce, lignes et points ; Composition de la poudre fine ; Table des boulets de canon ; Proportions des mortiers fait par Pichary en 1728 de 12 pouces ; Manière de monter un canon en batterie ; Manière de trouver les portées des canons de but en blanc ; Manière de bien amarer les canons dans un mauvais temps ; Quand on dit chacun à son poste ; Le Devoir du canonnier…

L’ouvrage contient en outre un très beau poème en 18 pages et 110 quatrains intitulé « Tableau de la mer » occupant la fin du volume.

Ce très beau manuscrit est agrémenté de nombreux croquis et dessins aquarellés assez naïfs dont 25 à pleine page. Ils représentent le vaisseau Le Lion, Sainte-Barbe, un port, des blasons armoriés, des canons ou des bombes, etc.

Certains dessins ont été modifiés postérieurement, la couronne royale ayant été surchargée d’un bonnet de la liberté, les fleurs-de-lys par des cercles et un drapeau ayant été modifié en tricolore.

Précieux et séduisant manuscrit historique témoignant des guerres maritimes qui opposèrent la France à l’Angleterre au XVIIIe siècle et plus généralement de l’histoire de la marine française sous Louis XVI.

Ce livre a figuré à l’Exposition « Vieille Marine » organisée par le Musée de la Marine en juin 1947, sous le lot n°335.