MOLIERE J B Poquelin Les Femmes Scavantes Comedie Rare exemplaire conserve dans sa MOLIERE J B Poquelin Les Femmes Scavantes Comedie Rare exemplaire conserve dans sa MOLIERE J B Poquelin Les Femmes Scavantes Comedie Rare exemplaire conserve dans sa MOLIERE J B Poquelin Les Femmes Scavantes Comedie Rare exemplaire conserve dans sa
MOLIERE J B Poquelin Les Femmes Scavantes Comedie Rare exemplaire conserve dans sa MOLIERE J B Poquelin Les Femmes Scavantes Comedie Rare exemplaire conserve dans sa MOLIERE J B Poquelin Les Femmes Scavantes Comedie Rare exemplaire conserve dans sa MOLIERE J B Poquelin Les Femmes Scavantes Comedie Rare exemplaire conserve dans sa
Précieuse édition originale des « Femmes Savantes ».

Rare exemplaire conservé dans sa reliure ancienne, immense de marges, le plus grand connu.







down
Littérature

MOLIERE, J.-B. Poquelin.

Les Femmes Sçavantes. Comédie.

Paris, chez Pierre Promé, sur le Quay des Grands Augustins, à la Charité, 1673.

Petit in-8 de (2) ff. pour le titre, le privilège et la liste des acteurs, 92 pp.

[Relié avec] : - Chamfort. La Jeune indienne, comédie en un acte et en vers, Représentée pour la première fois par les Comédiens François Ordinaires du Roi, le 30 Avril 1764.

Amsterdam, A. Hupkes, 1764.

Petit in-8 de 36 pp.

[Et] : - Diderot. Le Père de famille, comédie en cinq actes et en prose.

Liège, D. de Boubers, 1769.

109 pp.

- Molière. Sganarelle ou le cocu imaginaire. Comédie. Représentée pour la première fois sur le Théâtre du Petit Bourbon, le 28 jour de May 1660. Par la Troupe de Monsieur Frere Unique du Roy.

1 frontispice, pp. 265 à 304, (2) ff.

- Molière. Les Facheux.

1 frontispice, (1) f., pp. 73 à 128.

- Boursault. Esope à la cour, comédie héroique.

Paris, Pierre Ribou, s.d.

(4) ff., 86 pp.

Relié en plein veau marbré de l’époque, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin rouge, tranches rouges. Reliure du XVIIIe siècle.

154 x 88 mm.

Édition originale de deuxième tirage de la dernière pièce parue du vivant de l’auteur. On ne connaît que 5 exemplaires du premier tirage, avec le titre à la date de 1672.

« Cette comédie ayant été imprimée vers la fin de l’année, comme le prouve la mention portée au bas du Privilège : ‘Achevé d’imprimer le 10 Décembre 1672’, il est probable que le tirage aura été commencé avec le titre portant l’indication de l’année 1672 et interrompu ensuite pour changer cette date et par cela même rajeunir la pièce » (Monsieur le Baron de Ruble, Livres rares et précieux, 384).

Tchemerzine, IV, p. 799 ; Guibert, pp. 347-352 ; Le Petit, p. 309.

Cette œuvre, parue sans dédicace et sans préface, est la dernière pièce publiée par Molière ; elle parut un mois avant sa mort. Cette édition avait été imprimée à ses frais et sous ses yeux, avec son orthographe.

Cette comédie en cinq actes et en vers fut représentée pour la première fois le 11 mars 1672 au théâtre du Palais Royal à Paris, et non pas à Versailles devant le roi. Le succès fut vif et ne se démentit pas au cours des 215 représentations que cette pièce connut sous le règne de Louis XIV.

De nombreux bibliographes ont souligné l’élégance et la perfection de cette édition réalisée par Pierre Promé.

« Remarquons en passant que l’édition de Pierre Promé a été particulièrement soignée et dépasse sensiblement en perfection les éditions de Jean Ribou ». (Guibert).

« Les ‘Femmes Savantes’ restent une des meilleures pièces de Molière. Il sut mettre en lumière avec un bonheur égal à celui de l’Ecole des Femmes le ridicule de ces poètes de dernier ordre devant lesquels les femmes bourrées d’un faux savoir et d’une immense crédulité se pâment d’admiration. Sur le plan purement littéraire cette pièce est une des plus parfaite. La tradition veut que Boileau l’ait lue et y ait apporté quelques modifications. Bien que Molière, poète par tempérament, mais comédien par goût ait écrit davantage en comédien qu’en poète, il faut reconnaître que les ‘Femmes Savantes’ confirment ses qualités d’écrivain et prouvent que Molière était vraiment à l’époque de sa rédaction en pleine possession de son génie ». (Guibert).

Cette édition originale a toujours été fort appréciée pour la perfection littéraire et le charme de son texte, ainsi que pour les circonstances de sa parution, quelques semaines avant la mort de l’auteur.

Précieux exemplaire, le plus grand connu (hauteur : 154 mm) conservé dans sa reliure du début du XVIIIe siècle.

Provenance : l’exemplaire de A. J. Guibert, bibliographe des Œuvres de Molière publiées au XVIIe siècle, Paris, Editions du C.N.R.S., 1961, I, p. 351, n°1.

Il est suivi de La Jeune indienne de M. de Chamfort (1764), du Père de famille de Diderot (1769), de Sganarelle de Molière (tiré des Œuvres complètes, T. 1, 1682), des Facheux de Molière, d’Esope à la cour de Boursault.





MOLIERE, J.-B. Poquelin. Les Femmes Sçavantes. Comédie. Rare exemplaire conservé dans sa ...
MOLIERE J B Poquelin Les Femmes Scavantes Comedie Rare exemplaire conserve dans sa



  MOLIERE J B Poquelin Les Femmes Scavantes Comedie Rare exemplaire conserve dans sa



  MOLIERE J B Poquelin Les Femmes Scavantes Comedie Rare exemplaire conserve dans sa



  MOLIERE J B Poquelin Les Femmes Scavantes Comedie Rare exemplaire conserve dans sa



 

Rare exemplaire conservé dans sa reliure ancienne, immense de marges, le plus grand connu.


Prix: 13 500 €

MOLIERE, J.-B. Poquelin.

Les Femmes Sçavantes. Comédie.

Paris, chez Pierre Promé, sur le Quay des Grands Augustins, à la Charité, 1673.

Petit in-8 de (2) ff. pour le titre, le privilège et la liste des acteurs, 92 pp.

[Relié avec] : - Chamfort. La Jeune indienne, comédie en un acte et en vers, Représentée pour la première fois par les Comédiens François Ordinaires du Roi, le 30 Avril 1764.

Amsterdam, A. Hupkes, 1764.

Petit in-8 de 36 pp.

[Et] : - Diderot. Le Père de famille, comédie en cinq actes et en prose.

Liège, D. de Boubers, 1769.

109 pp.

- Molière. Sganarelle ou le cocu imaginaire. Comédie. Représentée pour la première fois sur le Théâtre du Petit Bourbon, le 28 jour de May 1660. Par la Troupe de Monsieur Frere Unique du Roy.

1 frontispice, pp. 265 à 304, (2) ff.

- Molière. Les Facheux.

1 frontispice, (1) f., pp. 73 à 128.

- Boursault. Esope à la cour, comédie héroique.

Paris, Pierre Ribou, s.d.

(4) ff., 86 pp.

Relié en plein veau marbré de l’époque, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin rouge, tranches rouges. Reliure du XVIIIe siècle.

154 x 88 mm.

Édition originale de deuxième tirage de la dernière pièce parue du vivant de l’auteur. On ne connaît que 5 exemplaires du premier tirage, avec le titre à la date de 1672.

« Cette comédie ayant été imprimée vers la fin de l’année, comme le prouve la mention portée au bas du Privilège : ‘Achevé d’imprimer le 10 Décembre 1672’, il est probable que le tirage aura été commencé avec le titre portant l’indication de l’année 1672 et interrompu ensuite pour changer cette date et par cela même rajeunir la pièce » (Monsieur le Baron de Ruble, Livres rares et précieux, 384).

Tchemerzine, IV, p. 799 ; Guibert, pp. 347-352 ; Le Petit, p. 309.

Cette œuvre, parue sans dédicace et sans préface, est la dernière pièce publiée par Molière ; elle parut un mois avant sa mort. Cette édition avait été imprimée à ses frais et sous ses yeux, avec son orthographe.

Cette comédie en cinq actes et en vers fut représentée pour la première fois le 11 mars 1672 au théâtre du Palais Royal à Paris, et non pas à Versailles devant le roi. Le succès fut vif et ne se démentit pas au cours des 215 représentations que cette pièce connut sous le règne de Louis XIV.

De nombreux bibliographes ont souligné l’élégance et la perfection de cette édition réalisée par Pierre Promé.

« Remarquons en passant que l’édition de Pierre Promé a été particulièrement soignée et dépasse sensiblement en perfection les éditions de Jean Ribou ». (Guibert).

« Les ‘Femmes Savantes’ restent une des meilleures pièces de Molière. Il sut mettre en lumière avec un bonheur égal à celui de l’Ecole des Femmes le ridicule de ces poètes de dernier ordre devant lesquels les femmes bourrées d’un faux savoir et d’une immense crédulité se pâment d’admiration. Sur le plan purement littéraire cette pièce est une des plus parfaite. La tradition veut que Boileau l’ait lue et y ait apporté quelques modifications. Bien que Molière, poète par tempérament, mais comédien par goût ait écrit davantage en comédien qu’en poète, il faut reconnaître que les ‘Femmes Savantes’ confirment ses qualités d’écrivain et prouvent que Molière était vraiment à l’époque de sa rédaction en pleine possession de son génie ». (Guibert).

Cette édition originale a toujours été fort appréciée pour la perfection littéraire et le charme de son texte, ainsi que pour les circonstances de sa parution, quelques semaines avant la mort de l’auteur.

Précieux exemplaire, le plus grand connu (hauteur : 154 mm) conservé dans sa reliure du début du XVIIIe siècle.

Provenance : l’exemplaire de A. J. Guibert, bibliographe des Œuvres de Molière publiées au XVIIe siècle, Paris, Editions du C.N.R.S., 1961, I, p. 351, n°1.

Il est suivi de La Jeune indienne de M. de Chamfort (1764), du Père de famille de Diderot (1769), de Sganarelle de Molière (tiré des Œuvres complètes, T. 1, 1682), des Facheux de Molière, d’Esope à la cour de Boursault.