NIDER Johannes Praeceptorium divinae legis  Edition princeps complete du dernier NIDER Johannes Praeceptorium divinae legis  Edition princeps complete du dernier NIDER Johannes Praeceptorium divinae legis  Edition princeps complete du dernier
NIDER Johannes Praeceptorium divinae legis  Edition princeps complete du dernier NIDER Johannes Praeceptorium divinae legis  Edition princeps complete du dernier NIDER Johannes Praeceptorium divinae legis  Edition princeps complete du dernier
Exemplaire remarquable de cette édition princeps (pas après 1472) de J. Nider imprimée à Cologne par Ulrich Zell.

Edition princeps, complète du dernier feuillet blanc.







down
Reliures / Histoire, religion

NIDER, Johannes.

Praeceptorium divinae legis.

[Cologne, Ulrich Zell, n.d. (pas après 1472)].

Ia (Table) : [A] Borsus cause q sint. v. … 29a. Incipit prologus ī expositionē decalogi scŏm fratrē Iohānē Nider. sacre theologie professorem ordinis predicatoч. 329a Colophon : Explicit preceptoriū diuine legis frīs Iohānis. Nyder sacre theologie professoris eximij ordinis predicatoч. conuentualis Nurēbergensis.

In-folio [*10, a10, b8, c-p10, q12, r-y10, A-K10] (330) ff., le dernier blanc. Caractères gothiques. Type 2-BMC 115. 2 colonnes. 37 lignes. Petite déchirure dans la marge du coin sup. du f. 27, sans atteinte au texte, trace de mouillure dans la marge sup. du f. 212 à la fin et dans la marge en gouttière sur les 30 derniers ff.

Plein veau brun, plats ornés d’un décor losangé formé de triple filet à froid, attaches et fermoirs de cuir et laiton préservés, dos à cinq gros nerfs préservé (cas rarissime) avec d’infimes restaurations, gardes de peau de vélin. Reliure strictement d’époque admirablement conservée.

297 x 215 mm.



 

Edition princeps, complète du dernier feuillet blanc.

Première édition imprimée de ce recueil de commentaires sur les dix commandements dont on ne connaît pas précisément la date de publication. On sait qu'il n’a pas été publié après 1472 grâce à un exemplaire conservé à la Bibliothèque Nationale de France qui porte une date de rubrication du 20 août 1472.

Ce très bel exemplaire est orné de 11 magnifiques lettrines peintes et ornementées en rouge, bleu et parme, avec prolongements filiformes. L’ouvrage est entièrement rubriqué (d’une très belle calligraphie).

Nous trouverons, dépassant des marges, dix pattes ou petits nœuds de cuir fixés sous papier pour signaler des passages importants du texte et en faciliter l’accès.

Professeur à Vienne, Jean Nider (1380‑1438) se distingua comme prédicateur et ardent inquisiteur. En 1431 il fut appelé comme représentant au concile général de Constance, puis de Bâle.

Jean Nider se signale par la suite pour son engagement en faveur de la réforme des couvents dominicains. Il devient ainsi prieur de Nuremberg puis de Bâle. Il participe par ses écrits à la polémique, anti-hussite, et il est délégué dans plusieurs ambassades du concile de Bâle auprès des hérétiques de Bohême, en 1431-1432 puis en 1434.

Il est resté célèbre dans les annales de la cruauté exercée en Bohême à l’encontre des Hussites. N’ayant pas réussi lors d’une première mission à ramener les disciples de Jean Huss sur le droit chemin, il devint un des chefs de la terrible croisade qui mit la Bohême à feu et à sang et qui remplaça les moyens de persuasion par des bûchers.

Auteur de plusieurs écrits, l’un de ses plus célèbres demeure le Formicarius. C’est un des textes fondateurs de la démonologie de la Renaissance qui fut abondamment utilisé par les successeurs de Nider comme Del Rio pour son célèbre Malleus Maleficarum. Pour la rédaction de ce volume, Jean Nider réunit des témoignages divers comme ceux du châtelain de Blankenburg, de Peter Van Greyerz, juge inquisiteur d’Évian et réformateur du couvent de Lyon, lesquels avaient présidé des tribunaux où l’on jugeait des procès en sorcellerie. Nider écrivit que les sorcières faisaient cuire puis mangeaient des enfants, y compris les leurs, invoquaient les démons, salissaient la vraie Croix et confectionnaient des potions avec les enfants assassinés.

En croisade contre le vice.

« Dans cet ouvrage de commentaires sur les dix commandements, « Praeceptorium divinae legis, sive Exposition Decalogi », le sixième est celui que l’on a le plus grand plaisir à transgresser puisque c’est justement le plaisir, la volupté, le sexe et la gourmandise qu’il prétend réglementer. Dans le large éventail de la luxure, notre dominicain fustige tout particulièrement tous les plaisirs de « gueule ». Il y détaille longuement les péchés de gourmandise, gloutonnerie, ivrognerie » (Oberlé).

Il cite en exemple les Sarrazins qui ne boivent jamais de vin, prétend que Charlemagne ne prenait du vin que trois fois par mois, et relate une anecdote sur un des anciens Louis, roi de France, qui possédait une précieuse coupe à l’intérieur de laquelle il avait fait graver un signe. Son échanson ne devait pas verser de vin qui dépassât cette marque au-dessus de laquelle il complétait avec de l’eau. Le vin est responsable de tous les autres péchés car il induit à la luxure, au blasphème, à la colère. Il fait dire des bêtises, obscurcit les cervelles et éloigne l’homme de Dieu.

Nider en veut beaucoup à notre « Bacchus de l’Ancien Testament », l’aimable père Noé qui, sur le mont Ararat, à peine débarqué de l’arche, découvrit la vigne, fabriqua du vin et s’enivra sous sa tente. Quatre chapitres entiers sont consacrés à la gourmandise, au jeûne et à l'abstinence.

Ce texte est célèbre dans l’histoire de la bibliophilie européenne car Brunet nous rappelle que l’édition imprimée à Cologne en 1472 par Joh. Koelhof de Lubick est « le plus ancien livre connu imprimé avec des signatures ». Michaud reprend cette assertion :

« Praeceptorium, seu De decem praeceptis tractatus, Cologne, 1472, in-folio.

Edition très recherchée, parce que c’est le plus ancien livre avec date qui ait des signatures. »

Spécificités de l’exemplaire :

- Fait rare : L’exemplaire est complet de ses 330 feuillets : (les exemplaires consultés ne possèdent que 329 feuillets, y compris les 4 exemplaires du British Museum).

- Immense de marges : 297 x 215 mm contre 281 x 202 mm ; 287 x 205 mm ; 289 x 215 mm et 293 x 213 mm pour les quatre exemplaires du British Museum.

- L’exemplaire est conservé dans sa reliure de l’époque avec le dos conservé qui n’a fait l’objet que d’infimes restaurations. Ce livre imprimé il y a plus de 543 ans, maintes fois lu et feuilleté, n’a en effet que très rarement conservé son très épais dos d’origine.

- Autre fait rare, subsistent, dépassant des marges, la totalité des dix pattes ou petits nœuds de cuir fixes sous papier pour signaler des passages importants du texte et en faciliter l’accès.

Précieux et magnifique exemplaire en reliure du temps. Le papier très épais, de très grande qualité, est d’une blancheur éclatante.

Hain-Copinger, 11780 ; Pellechet, 8534 ; Polain, 2869 ; Biblioth. Polonaises, 3985; BM Cat., I, 194; Cat. Incun. B.n.F., II N-124; Oberlé, 1012 ; Voullième 856.





NIDER, Johannes. Praeceptorium divinae legis. Edition princeps, complète du dernier ...
NIDER Johannes Praeceptorium divinae legis  Edition princeps complete du dernier



  NIDER Johannes Praeceptorium divinae legis  Edition princeps complete du dernier



  NIDER Johannes Praeceptorium divinae legis  Edition princeps complete du dernier



 

Edition princeps, complète du dernier feuillet blanc.


Prix: 49 000 €

NIDER, Johannes.

Praeceptorium divinae legis.

[Cologne, Ulrich Zell, n.d. (pas après 1472)].

Ia (Table) : [A] Borsus cause q sint. v. … 29a. Incipit prologus ī expositionē decalogi scŏm fratrē Iohānē Nider. sacre theologie professorem ordinis predicatoч. 329a Colophon : Explicit preceptoriū diuine legis frīs Iohānis. Nyder sacre theologie professoris eximij ordinis predicatoч. conuentualis Nurēbergensis.

In-folio [*10, a10, b8, c-p10, q12, r-y10, A-K10] (330) ff., le dernier blanc. Caractères gothiques. Type 2-BMC 115. 2 colonnes. 37 lignes. Petite déchirure dans la marge du coin sup. du f. 27, sans atteinte au texte, trace de mouillure dans la marge sup. du f. 212 à la fin et dans la marge en gouttière sur les 30 derniers ff.

Plein veau brun, plats ornés d’un décor losangé formé de triple filet à froid, attaches et fermoirs de cuir et laiton préservés, dos à cinq gros nerfs préservé (cas rarissime) avec d’infimes restaurations, gardes de peau de vélin. Reliure strictement d’époque admirablement conservée.

297 x 215 mm.

Edition princeps, complète du dernier feuillet blanc.

Première édition imprimée de ce recueil de commentaires sur les dix commandements dont on ne connaît pas précisément la date de publication. On sait qu'il n’a pas été publié après 1472 grâce à un exemplaire conservé à la Bibliothèque Nationale de France qui porte une date de rubrication du 20 août 1472.

Ce très bel exemplaire est orné de 11 magnifiques lettrines peintes et ornementées en rouge, bleu et parme, avec prolongements filiformes. L’ouvrage est entièrement rubriqué (d’une très belle calligraphie).

Nous trouverons, dépassant des marges, dix pattes ou petits nœuds de cuir fixés sous papier pour signaler des passages importants du texte et en faciliter l’accès.

Professeur à Vienne, Jean Nider (1380‑1438) se distingua comme prédicateur et ardent inquisiteur. En 1431 il fut appelé comme représentant au concile général de Constance, puis de Bâle.

Jean Nider se signale par la suite pour son engagement en faveur de la réforme des couvents dominicains. Il devient ainsi prieur de Nuremberg puis de Bâle. Il participe par ses écrits à la polémique, anti-hussite, et il est délégué dans plusieurs ambassades du concile de Bâle auprès des hérétiques de Bohême, en 1431-1432 puis en 1434.

Il est resté célèbre dans les annales de la cruauté exercée en Bohême à l’encontre des Hussites. N’ayant pas réussi lors d’une première mission à ramener les disciples de Jean Huss sur le droit chemin, il devint un des chefs de la terrible croisade qui mit la Bohême à feu et à sang et qui remplaça les moyens de persuasion par des bûchers.

Auteur de plusieurs écrits, l’un de ses plus célèbres demeure le Formicarius. C’est un des textes fondateurs de la démonologie de la Renaissance qui fut abondamment utilisé par les successeurs de Nider comme Del Rio pour son célèbre Malleus Maleficarum. Pour la rédaction de ce volume, Jean Nider réunit des témoignages divers comme ceux du châtelain de Blankenburg, de Peter Van Greyerz, juge inquisiteur d’Évian et réformateur du couvent de Lyon, lesquels avaient présidé des tribunaux où l’on jugeait des procès en sorcellerie. Nider écrivit que les sorcières faisaient cuire puis mangeaient des enfants, y compris les leurs, invoquaient les démons, salissaient la vraie Croix et confectionnaient des potions avec les enfants assassinés.

En croisade contre le vice.

« Dans cet ouvrage de commentaires sur les dix commandements, « Praeceptorium divinae legis, sive Exposition Decalogi », le sixième est celui que l’on a le plus grand plaisir à transgresser puisque c’est justement le plaisir, la volupté, le sexe et la gourmandise qu’il prétend réglementer. Dans le large éventail de la luxure, notre dominicain fustige tout particulièrement tous les plaisirs de « gueule ». Il y détaille longuement les péchés de gourmandise, gloutonnerie, ivrognerie » (Oberlé).

Il cite en exemple les Sarrazins qui ne boivent jamais de vin, prétend que Charlemagne ne prenait du vin que trois fois par mois, et relate une anecdote sur un des anciens Louis, roi de France, qui possédait une précieuse coupe à l’intérieur de laquelle il avait fait graver un signe. Son échanson ne devait pas verser de vin qui dépassât cette marque au-dessus de laquelle il complétait avec de l’eau. Le vin est responsable de tous les autres péchés car il induit à la luxure, au blasphème, à la colère. Il fait dire des bêtises, obscurcit les cervelles et éloigne l’homme de Dieu.

Nider en veut beaucoup à notre « Bacchus de l’Ancien Testament », l’aimable père Noé qui, sur le mont Ararat, à peine débarqué de l’arche, découvrit la vigne, fabriqua du vin et s’enivra sous sa tente. Quatre chapitres entiers sont consacrés à la gourmandise, au jeûne et à l'abstinence.

Ce texte est célèbre dans l’histoire de la bibliophilie européenne car Brunet nous rappelle que l’édition imprimée à Cologne en 1472 par Joh. Koelhof de Lubick est « le plus ancien livre connu imprimé avec des signatures ». Michaud reprend cette assertion :

« Praeceptorium, seu De decem praeceptis tractatus, Cologne, 1472, in-folio.

Edition très recherchée, parce que c’est le plus ancien livre avec date qui ait des signatures. »

Spécificités de l’exemplaire :

- Fait rare : L’exemplaire est complet de ses 330 feuillets : (les exemplaires consultés ne possèdent que 329 feuillets, y compris les 4 exemplaires du British Museum).

- Immense de marges : 297 x 215 mm contre 281 x 202 mm ; 287 x 205 mm ; 289 x 215 mm et 293 x 213 mm pour les quatre exemplaires du British Museum.

- L’exemplaire est conservé dans sa reliure de l’époque avec le dos conservé qui n’a fait l’objet que d’infimes restaurations. Ce livre imprimé il y a plus de 543 ans, maintes fois lu et feuilleté, n’a en effet que très rarement conservé son très épais dos d’origine.

- Autre fait rare, subsistent, dépassant des marges, la totalité des dix pattes ou petits nœuds de cuir fixes sous papier pour signaler des passages importants du texte et en faciliter l’accès.

Précieux et magnifique exemplaire en reliure du temps. Le papier très épais, de très grande qualité, est d’une blancheur éclatante.

Hain-Copinger, 11780 ; Pellechet, 8534 ; Polain, 2869 ; Biblioth. Polonaises, 3985; BM Cat., I, 194; Cat. Incun. B.n.F., II N-124; Oberlé, 1012 ; Voullième 856.