livres rares edition originale livres anciens VIETE Francois Principes de cosmographie Tires d un  T... livres rares edition originale livres anciens VIETE Francois Principes de cosmographie Tires d un  T...
livres rares edition originale livres anciens VIETE Francois Principes de cosmographie Tires d un  T... livres rares edition originale livres anciens VIETE Francois Principes de cosmographie Tires d un  T...
Rare ouvrage d'astronomie par le plus grand mathématicien du XVIe siècle Très rare ouvrage d’astronomie rédigé au XVIe siècle par François Viète, le précurseur de l’algèbre et le tuteur de Catherine de Parthenay. Exemplaire très pur dans son vélin souple de l’époque.





down
Science, médecine

VIETE, François

Principes de cosmographie. Tirés d’un manuscrit de Viette, & traduits en François. Corrigées & augmentées.

Rouen, Jean Behourt, 1647.

In-12 de (8) pp., 172. Relié en plein vélin souple de l’époque, dos lisse, petits calculs manuscrits anciennement annotés à la plume sur les plats. Pâle mouillure dans l’angle inférieur.

146 x 77 mm.

Troisième édition de ce très rare ouvrage d’astronomie rédigé au XVI siècle pour Catherine de Parthenay. DSB 14, pp. 18-25.

François Viète (1540-1603) suit des études de droit à l’université de Poitiers, où il obtient son diplôme en 1560. Quelques années plus tard, il décide de quitter le barreau pour devenir le tuteur de Catherine de Parthenay. C’est l’époque où il s’intéresse particulièrement à l’astronomie, et où il rédige son premier ouvrage scientifique, qu’il donne en lecture à son élève. Les Principes de Cosmographie sont la seule de ces lectures à avoir survécu, dans une traduction française, et ils furent publiés pour la première fois en 1637.

Catherine de Parthenay est l'héritière de la puissante famille huguenote poitevine, les Parthenay-Lévêque. Elle s'intéresse à l'astrologie et à l'astronomie et lorsqu'elle a onze ans, sa mère lui donne pour précepteur François Viète, un des plus grands mathématiciens de son temps. Celui-ci reste son conseiller et ami toute sa vie. Érudite, poétesse et dramaturge, mécène, elle s'intéressa également aux mathématiques.

« François Viète, the greatest French mathematician of the sixteenth century, was by profession a lawyer from Brittany who spent his life in the public service, ultimately becoming a member of the King’s privy council […]. By his brilliant researches in mathematics Viete became a key figure in its development and his influence can be seen on Descartes, on Harriot, and even on Newton and Leibniz. All his books were published privately at his own expense for distribution to his friends and are therefore notably rare”. (P.M.M., 103).

Le présent ouvrage est divisé en trois parties : le Traicté de la sphère des pp. 1 à 24, illustré de 2 figures dans le texte, les Elemens de géographie des pp. 25 à 144, où Viète décrit les pays du monde et Elemens d’astronomie, des pp. 145 à 172, où il traite des étoiles et des planètes. Viète se finançait lui-même et il ne faisait imprimer ses écrits qu’à un très petit nombre d’exemplaires qu’il distribuait à ses amis. Cela explique la rareté de ses écrits.

Il est considéré comme le principal précurseur de l’algèbre. Il est le premier à avoir représenté les paramètres d’une équation par des lettres. Ses travaux ont influencé Descartes, Harriot, mais aussi Newton et Leibniz.

« Tel est l’homme illustre à qui l’algèbre doit une complète révolution […]. Ce fut Viète qui créa cette science des symboles et apprit à les soumettre à toutes les opérations que l’on était accoutumé d’exécuter sur des nombres. C’est cette idée féconde qui a fait de l’algèbre un instrument universel des mathématiques […]. Il établit des règles pour calculer approximativement les racines des équations numériques : ces règles sont certainement moins expéditives que celles de Newton et de Lagrange ; mais il n’est pas moins vrai que Viète a ouvert la carrière. […] Il suffit à sa gloire d’être regardé comme le fondateur de l’algèbre ». (Biographie générale, 45, 135-137).

OCLC répertorie 2 exemplaires de l’édition originale de 1637, 5 exemplaires de l’édition de 1643 et 1 seul de la présente édition, conservé à la Burndy Library. De la même manière, la B.n.F. est la seule bibliothèque française à posséder cette édition de 1647, alors que les éditions précédentes sont répertoriées dans 5 institutions. Aucun exemplaire n’est répertorié dans ABPC. Exemplaire très pur de cet ouvrage d’astronomie rare et recherché, conservé dans son vélin souple de l’époque.





livres rares édition originale livres anciens VIETE, François Principes de cosmographie. Tirés d’un ... Très rare ouvrage d’astronomie rédigé ...
livres rares edition originale livres anciens VIETE Francois Principes de cosmographie Tires d un  T...



  livres rares edition originale livres anciens VIETE Francois Principes de cosmographie Tires d un  T...



 
Très rare ouvrage d’astronomie rédigé au XVIe siècle par François Viète, le précurseur de l’algèbre et le tuteur de Catherine de Parthenay. Exemplaire très pur dans son vélin souple de l’époque.
Prix: 12 000 €

VIETE, François

Principes de cosmographie. Tirés d’un manuscrit de Viette, & traduits en François. Corrigées & augmentées.

Rouen, Jean Behourt, 1647.

In-12 de (8) pp., 172. Relié en plein vélin souple de l’époque, dos lisse, petits calculs manuscrits anciennement annotés à la plume sur les plats. Pâle mouillure dans l’angle inférieur.

146 x 77 mm.

Troisième édition de ce très rare ouvrage d’astronomie rédigé au XVI siècle pour Catherine de Parthenay. DSB 14, pp. 18-25.

François Viète (1540-1603) suit des études de droit à l’université de Poitiers, où il obtient son diplôme en 1560. Quelques années plus tard, il décide de quitter le barreau pour devenir le tuteur de Catherine de Parthenay. C’est l’époque où il s’intéresse particulièrement à l’astronomie, et où il rédige son premier ouvrage scientifique, qu’il donne en lecture à son élève. Les Principes de Cosmographie sont la seule de ces lectures à avoir survécu, dans une traduction française, et ils furent publiés pour la première fois en 1637.

Catherine de Parthenay est l'héritière de la puissante famille huguenote poitevine, les Parthenay-Lévêque. Elle s'intéresse à l'astrologie et à l'astronomie et lorsqu'elle a onze ans, sa mère lui donne pour précepteur François Viète, un des plus grands mathématiciens de son temps. Celui-ci reste son conseiller et ami toute sa vie. Érudite, poétesse et dramaturge, mécène, elle s'intéressa également aux mathématiques.

« François Viète, the greatest French mathematician of the sixteenth century, was by profession a lawyer from Brittany who spent his life in the public service, ultimately becoming a member of the King’s privy council […]. By his brilliant researches in mathematics Viete became a key figure in its development and his influence can be seen on Descartes, on Harriot, and even on Newton and Leibniz. All his books were published privately at his own expense for distribution to his friends and are therefore notably rare”. (P.M.M., 103).

Le présent ouvrage est divisé en trois parties : le Traicté de la sphère des pp. 1 à 24, illustré de 2 figures dans le texte, les Elemens de géographie des pp. 25 à 144, où Viète décrit les pays du monde et Elemens d’astronomie, des pp. 145 à 172, où il traite des étoiles et des planètes. Viète se finançait lui-même et il ne faisait imprimer ses écrits qu’à un très petit nombre d’exemplaires qu’il distribuait à ses amis. Cela explique la rareté de ses écrits.

Il est considéré comme le principal précurseur de l’algèbre. Il est le premier à avoir représenté les paramètres d’une équation par des lettres. Ses travaux ont influencé Descartes, Harriot, mais aussi Newton et Leibniz.

« Tel est l’homme illustre à qui l’algèbre doit une complète révolution […]. Ce fut Viète qui créa cette science des symboles et apprit à les soumettre à toutes les opérations que l’on était accoutumé d’exécuter sur des nombres. C’est cette idée féconde qui a fait de l’algèbre un instrument universel des mathématiques […]. Il établit des règles pour calculer approximativement les racines des équations numériques : ces règles sont certainement moins expéditives que celles de Newton et de Lagrange ; mais il n’est pas moins vrai que Viète a ouvert la carrière. […] Il suffit à sa gloire d’être regardé comme le fondateur de l’algèbre ». (Biographie générale, 45, 135-137).

OCLC répertorie 2 exemplaires de l’édition originale de 1637, 5 exemplaires de l’édition de 1643 et 1 seul de la présente édition, conservé à la Burndy Library. De la même manière, la B.n.F. est la seule bibliothèque française à posséder cette édition de 1647, alors que les éditions précédentes sont répertoriées dans 5 institutions. Aucun exemplaire n’est répertorié dans ABPC. Exemplaire très pur de cet ouvrage d’astronomie rare et recherché, conservé dans son vélin souple de l’époque.