livres-rares-edition-originale-livres-anciens-GEORGIEVITZ-Barthelemy-De-Turcarum-ritu-et-Ceremoniis-Edition-originale-de-ce-rare- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-GEORGIEVITZ-Barthelemy-De-Turcarum-ritu-et-Ceremoniis-Edition-originale-de-ce-rare-
livres-rares-edition-originale-livres-anciens-GEORGIEVITZ-Barthelemy-De-Turcarum-ritu-et-Ceremoniis-Edition-originale-de-ce-rare- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-GEORGIEVITZ-Barthelemy-De-Turcarum-ritu-et-Ceremoniis-Edition-originale-de-ce-rare-
Les coutumes funéraires des Turcs Edition originale de ce rare opuscule consacré aux coutumes funéraires des Turcs, enrichi d’un très intéressant vocabulaire turc. Bel exemplaire conservé dans son vélin souple de l’époque à recouvrement.





down
Histoire, religion / Voyage, exploration

GEORGIEVITZ, Barthélémy

De Turcarum ritu et Ceremoniis.

Anvers, apud Gregorium Bontium sub scuto Basiliensi, 1544.

In-12 de (1) f.bl., (20) ff. et (1) f.bl. Grande marque de l’auteur gravée sur bois au dernier feuillet. Inscription manuscrite à l’encre de l’époque sur la dernière garde. Relié en plein vélin souple de l’époque à recouvrement, dos lisse avec le titre manuscrit en haut, restes de liens en cuir. Petit manque au bas du plat inférieur. Reliure de l’époque.

153 x 95 mm.

Edition originale de ce rare opuscule consacré aux coutumes funéraires des Turcs. Brunet, II, 1541.

« Barthélémy Georgiewitch, voyageur hongrois, né au commencement du seizième siècle, mort à Rome, en 1560. A peine sorti de l’enfance, il fut enlevé par les Turcs qui avaient envahi son pays en 1528. Vendu ensuite à plusieurs reprises, comme esclave, il fut employé aux plus pénibles travaux. En Roumélie, le jeune Georgiewitch trouva le moyen de s’évader ; mais on le reprit sur les bords de la mer Marmara, et son maître, chez qui on le reconduisit, lui infligea une punition sévère. Enfin, après treize ans de captivité, il parvint à se sauver de nouveau. Cette fois il traversa l’Asie mineure, et alla se réfugier en Palestine, d’où il put regagner l’Europe et sa patrie. On n’a pas d’autres détails sur sa vie, si ce n’est la controverse qu’il eut avec un Turc. Celle-ci fut provoquée à Warasdin, en Hongrie, par un derviche qui manifesta publiquement son désir d’avoir avec les chrétiens une conférence sur les matières religieuses. Aucun ecclésiastique n’osant entrer en lice, Georgiewitch se présenta, seul, engagea contre le musulman une controverse animée, d’où il sortit vainqueur. » (Biographie générale, 20 ; 138).

« Among the most important sources of Ottoman history are works written in European languages by those who relate their experiences in the Orient. Most of these are by travelers, but perhaps the best informed are the few that are penned by ex-slaves.”

« This first edition of an interesting account of the Turks, after a captivity of thirteen years, was not known to Meuselius. The dedication to Charles V is only found in this first edition.” (Bibliotheca Grenvilliana, 271).

Le présent traité contient un intéressant vocabulaire turc en 9 pages.

Cette relation est succincte et exacte. Un vocabulaire de mots turks expliqués par le latin, y précède un dialogue dans les mêmes langues ; il est suivi de règles grammaticales et des noms de nombre de la langue turke ». (Biographie universelle, 164).

Le présent traité est orné à la dernière page de la grande marque de l’auteur gravée sur bois.

Bel exemplaire conservé dans sa pure reliure de l’époque en vélin souple à recouvrement.

Aucun exemplaire de cette rare originale n’est répertorié dans ABPC depuis 1975.





livres rares édition originale livres anciens GEORGIEVITZ, Barthélémy De Turcarum ritu et Ceremoniis. ... Edition originale de ce rare ...
livres-rares-edition-originale-livres-anciens-GEORGIEVITZ-Barthelemy-De-Turcarum-ritu-et-Ceremoniis-Edition-originale-de-ce-rare-



  livres-rares-edition-originale-livres-anciens-GEORGIEVITZ-Barthelemy-De-Turcarum-ritu-et-Ceremoniis-Edition-originale-de-ce-rare-



 
Edition originale de ce rare opuscule consacré aux coutumes funéraires des Turcs, enrichi d’un très intéressant vocabulaire turc. Bel exemplaire conservé dans son vélin souple de l’époque à recouvrement.
Prix: 11 000 €

GEORGIEVITZ, Barthélémy

De Turcarum ritu et Ceremoniis.

Anvers, apud Gregorium Bontium sub scuto Basiliensi, 1544.

In-12 de (1) f.bl., (20) ff. et (1) f.bl. Grande marque de l’auteur gravée sur bois au dernier feuillet. Inscription manuscrite à l’encre de l’époque sur la dernière garde. Relié en plein vélin souple de l’époque à recouvrement, dos lisse avec le titre manuscrit en haut, restes de liens en cuir. Petit manque au bas du plat inférieur. Reliure de l’époque.

153 x 95 mm.

Edition originale de ce rare opuscule consacré aux coutumes funéraires des Turcs. Brunet, II, 1541.

« Barthélémy Georgiewitch, voyageur hongrois, né au commencement du seizième siècle, mort à Rome, en 1560. A peine sorti de l’enfance, il fut enlevé par les Turcs qui avaient envahi son pays en 1528. Vendu ensuite à plusieurs reprises, comme esclave, il fut employé aux plus pénibles travaux. En Roumélie, le jeune Georgiewitch trouva le moyen de s’évader ; mais on le reprit sur les bords de la mer Marmara, et son maître, chez qui on le reconduisit, lui infligea une punition sévère. Enfin, après treize ans de captivité, il parvint à se sauver de nouveau. Cette fois il traversa l’Asie mineure, et alla se réfugier en Palestine, d’où il put regagner l’Europe et sa patrie. On n’a pas d’autres détails sur sa vie, si ce n’est la controverse qu’il eut avec un Turc. Celle-ci fut provoquée à Warasdin, en Hongrie, par un derviche qui manifesta publiquement son désir d’avoir avec les chrétiens une conférence sur les matières religieuses. Aucun ecclésiastique n’osant entrer en lice, Georgiewitch se présenta, seul, engagea contre le musulman une controverse animée, d’où il sortit vainqueur. » (Biographie générale, 20 ; 138).

« Among the most important sources of Ottoman history are works written in European languages by those who relate their experiences in the Orient. Most of these are by travelers, but perhaps the best informed are the few that are penned by ex-slaves.”

« This first edition of an interesting account of the Turks, after a captivity of thirteen years, was not known to Meuselius. The dedication to Charles V is only found in this first edition.” (Bibliotheca Grenvilliana, 271).

Le présent traité contient un intéressant vocabulaire turc en 9 pages.

Cette relation est succincte et exacte. Un vocabulaire de mots turks expliqués par le latin, y précède un dialogue dans les mêmes langues ; il est suivi de règles grammaticales et des noms de nombre de la langue turke ». (Biographie universelle, 164).

Le présent traité est orné à la dernière page de la grande marque de l’auteur gravée sur bois.

Bel exemplaire conservé dans sa pure reliure de l’époque en vélin souple à recouvrement.

Aucun exemplaire de cette rare originale n’est répertorié dans ABPC depuis 1975.