livres rares edition originale livres anciens BOSSUET Traitez du libre arbitre et de  Editions origi... livres rares edition originale livres anciens BOSSUET Traitez du libre arbitre et de  Editions origi...
livres rares edition originale livres anciens BOSSUET Traitez du libre arbitre et de  Editions origi... livres rares edition originale livres anciens BOSSUET Traitez du libre arbitre et de  Editions origi...
Traités de Bossuet composés pour l'éducation du futur souverain   Editions originales de deux traités majeurs de Bossuet reliées à l’époque en maroquin vert aux armes d’Etienne Dauphin, procureur en l’élection de Mâcon.





down
Reliures / Histoire, religion

BOSSUET

Traitez du libre-arbitre, et de la concupiscence. Ouvrages posthumes.

BOSSUET. Traitez du libre-arbitre, et de la concupiscence. Ouvrages posthumes. Paris, Barthélémy Alix, 1731.

2 parties en 1 volume in-12 de 26 pp., (3) ff. de table, 155 pp., (1) f.bl., (1) f. de titre, 218 pp., (6) ff. Feuillets préliminaires brunis. Relié en plein maroquin vert de l’époque, triple filet doré d’encadrement sur les plats, armes frappées or au centre, pièces d’armes présentes aux angles (dauphin doré), dos à nerfs également orné des mêmes pièces d’armes répétées dans les caissons, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge, filet doré sur les coupes, gardes de papier dominoté, tranches dorées. Reliure de l’époque.

182 x 93 mm.

Edition originale de deux traités majeurs de Bossuet. Bibliothèque de Backer, n°998 ; Bulletin Morgand et Fatout, n°129 ; Rahir, La Bibliothèque de l’amateur, 336 ; Tchemerzine, I, 905 ; Brunet,

Bossuet fut nommé précepteur du Dauphin en 1670 et le Traité du libre-arbitre est l’un des ouvrages composés pour l’éducation du futur souverain.

Le sujet abordé traite dumoyen d’accorder notre Liberté avec la certitude des décrets de Dieu’. La question de savoir s’il existe des choix humains indépendamment de la souveraine grâce de Dieu venait de diviser les catholiques de France en deux camps : les jésuites, soutenus par le haut clergé ainsi que par le Roi, et les jansénistes de Port-Royal, minoritaires mais solidaires autour de brillantes autorités théologiques et intellectuelles telles que Arnault et Pascal. Or les années qui virent Bossuet précepteur du Dauphin coïncident presque exactement avec la Paix de l’Eglise de France (1668-1678). De plus, les jansénistes furent parmi les rares personnes à ne pas entrer en conflit avec Bossuet, même si sa situation à la Cour ne permettait pas à ce dernier d’afficher trop haut l’intérêt qu’il portait à la théologie de Port-Royal. Aussi la richesse du Traité du libre-arbitre réside principalement dans la synthèse fragile mais courageuse (c’est tout de même au futur Roi de France que Bossuet s’adresse), de deux doctrines pourtant farouchement opposées. Ce texte méconnu donne la très juste mesure d’une période de tolérance officielle bientôt vaincue par le raidissement des libertés en matière de religion.

Le Traité de la concupiscence, composé vers 1693, reflète quant à lui l’époque suivante, période trouble où les positions doctrinales sont beaucoup plus rigides et les mœurs beaucoup plus libres. Evêque de Meaux depuis 1681, écouté par la cour qui se déplace de Paris et de Versailles pour ses prêches, docteur incontesté de l’Eglise de France, Bossuet s’en prend ici aux libertins, aux mondains, vitupérant contre le mensonge de leur esprit et la vanité de leur vie. Ce texte devait s’intituler Considérations sur les paroles de Saint Jean : ‘N’aimez pas le monde’ mais le neveu de Bossuet, évêque de Troyes et préfacier de cette édition, a préféré l’autre titre, plus sévère.

Le lien avec Versailles s’est maintenu jusqu’à la fin de la vie de Bossuet. Il occupait une place essentielle au sein de la cour de France, il était conseiller du Roi en ses conseils et conseiller ordinaire en ses conseils d’Etat.

Précieux exemplaire relié en maroquin vert de l’époque aux armes d’Étienne dauphin, procureur en l’élection de Mâcon. « La famille Dauphin, originaire de bourgogne, est très anciennement connue à Mâcon. Antoine Dauphin fut échevin en 1467. Nicolas Dauphin fut procureur du roi en l’élection, en 1483. Cette charge s’est transmise héréditairement dans sa famille jusqu’en 1789. » (A. Arcelin, Indicateur héraldique et généalogique du Maconnais, pp. 135-136). Etienne Dauphin, fils de Claude Dauphin, procureur en l’élection, épousa en 1710 Marguerite Dumont, dont il eut pour fils un autre Claude.

Les éditions originales de Bossuet conservées en maroquin de l’époque armorié ont de tous temps été recherchées des bibliophiles.

 




livres rares édition originale livres anciens BOSSUET Traitez du libre-arbitre, et de ... Editions originales de ...
livres rares edition originale livres anciens BOSSUET Traitez du libre arbitre et de  Editions origi...



  livres rares edition originale livres anciens BOSSUET Traitez du libre arbitre et de  Editions origi...



 
  Editions originales de deux traités majeurs de Bossuet reliées à l’époque en maroquin vert aux armes d’Etienne Dauphin, procureur en l’élection de Mâcon.
Prix: 8 500 €

BOSSUET

Traitez du libre-arbitre, et de la concupiscence. Ouvrages posthumes.

BOSSUET. Traitez du libre-arbitre, et de la concupiscence. Ouvrages posthumes. Paris, Barthélémy Alix, 1731.

2 parties en 1 volume in-12 de 26 pp., (3) ff. de table, 155 pp., (1) f.bl., (1) f. de titre, 218 pp., (6) ff. Feuillets préliminaires brunis. Relié en plein maroquin vert de l’époque, triple filet doré d’encadrement sur les plats, armes frappées or au centre, pièces d’armes présentes aux angles (dauphin doré), dos à nerfs également orné des mêmes pièces d’armes répétées dans les caissons, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge, filet doré sur les coupes, gardes de papier dominoté, tranches dorées. Reliure de l’époque.

182 x 93 mm.

Edition originale de deux traités majeurs de Bossuet. Bibliothèque de Backer, n°998 ; Bulletin Morgand et Fatout, n°129 ; Rahir, La Bibliothèque de l’amateur, 336 ; Tchemerzine, I, 905 ; Brunet,

Bossuet fut nommé précepteur du Dauphin en 1670 et le Traité du libre-arbitre est l’un des ouvrages composés pour l’éducation du futur souverain.

Le sujet abordé traite dumoyen d’accorder notre Liberté avec la certitude des décrets de Dieu’. La question de savoir s’il existe des choix humains indépendamment de la souveraine grâce de Dieu venait de diviser les catholiques de France en deux camps : les jésuites, soutenus par le haut clergé ainsi que par le Roi, et les jansénistes de Port-Royal, minoritaires mais solidaires autour de brillantes autorités théologiques et intellectuelles telles que Arnault et Pascal. Or les années qui virent Bossuet précepteur du Dauphin coïncident presque exactement avec la Paix de l’Eglise de France (1668-1678). De plus, les jansénistes furent parmi les rares personnes à ne pas entrer en conflit avec Bossuet, même si sa situation à la Cour ne permettait pas à ce dernier d’afficher trop haut l’intérêt qu’il portait à la théologie de Port-Royal. Aussi la richesse du Traité du libre-arbitre réside principalement dans la synthèse fragile mais courageuse (c’est tout de même au futur Roi de France que Bossuet s’adresse), de deux doctrines pourtant farouchement opposées. Ce texte méconnu donne la très juste mesure d’une période de tolérance officielle bientôt vaincue par le raidissement des libertés en matière de religion.

Le Traité de la concupiscence, composé vers 1693, reflète quant à lui l’époque suivante, période trouble où les positions doctrinales sont beaucoup plus rigides et les mœurs beaucoup plus libres. Evêque de Meaux depuis 1681, écouté par la cour qui se déplace de Paris et de Versailles pour ses prêches, docteur incontesté de l’Eglise de France, Bossuet s’en prend ici aux libertins, aux mondains, vitupérant contre le mensonge de leur esprit et la vanité de leur vie. Ce texte devait s’intituler Considérations sur les paroles de Saint Jean : ‘N’aimez pas le monde’ mais le neveu de Bossuet, évêque de Troyes et préfacier de cette édition, a préféré l’autre titre, plus sévère.

Le lien avec Versailles s’est maintenu jusqu’à la fin de la vie de Bossuet. Il occupait une place essentielle au sein de la cour de France, il était conseiller du Roi en ses conseils et conseiller ordinaire en ses conseils d’Etat.

Précieux exemplaire relié en maroquin vert de l’époque aux armes d’Étienne dauphin, procureur en l’élection de Mâcon. « La famille Dauphin, originaire de bourgogne, est très anciennement connue à Mâcon. Antoine Dauphin fut échevin en 1467. Nicolas Dauphin fut procureur du roi en l’élection, en 1483. Cette charge s’est transmise héréditairement dans sa famille jusqu’en 1789. » (A. Arcelin, Indicateur héraldique et généalogique du Maconnais, pp. 135-136). Etienne Dauphin, fils de Claude Dauphin, procureur en l’élection, épousa en 1710 Marguerite Dumont, dont il eut pour fils un autre Claude.

Les éditions originales de Bossuet conservées en maroquin de l’époque armorié ont de tous temps été recherchées des bibliophiles.