BOUHOURS-le-Pere-Dominique-Histoire-de-Pierre-d-Aubusson-grand-maistre--Edition-originale-de-l-un-des- BOUHOURS-le-Pere-Dominique-Histoire-de-Pierre-d-Aubusson-grand-maistre--Edition-originale-de-l-un-des- BOUHOURS-le-Pere-Dominique-Histoire-de-Pierre-d-Aubusson-grand-maistre--Edition-originale-de-l-un-des-
BOUHOURS-le-Pere-Dominique-Histoire-de-Pierre-d-Aubusson-grand-maistre--Edition-originale-de-l-un-des- BOUHOURS-le-Pere-Dominique-Histoire-de-Pierre-d-Aubusson-grand-maistre--Edition-originale-de-l-un-des- BOUHOURS-le-Pere-Dominique-Histoire-de-Pierre-d-Aubusson-grand-maistre--Edition-originale-de-l-un-des-
Histoire de Pierre d’Aubusson grand-maistre de Rhodes par le père Bouhours. Édition originale de l’un des sommets de la prose française. Séduisant exemplaire conservé dans son vélin souple de l’époque.





down
Histoire, religion / Littérature

BOUHOURS, le Père Dominique.

Histoire de Pierre d’Aubusson grand-maistre de Rhodes.

Paris, Sebastien Marbre-Cramoisy, 1676.

In-4 de 1 frontispice gravé, (8) ff. y compris le titre, la dédicace et l’avertissement, 351 pp., (27) pp. de table. 2 portraits et 1 vue de Rhodes à pleine page dans le texte. Tampon d’appartenance sur le titre. Relié en plein vélin souple de l’époque, quelques salissures au premier plat sans gravité, dos lisse, tranches mouchetées. Reliure de l’époque.

246 x 174 mm.

Edition originale de la passionnante biographie du père Bouhours qui s'illustra contre les Turcs dans la défense de Rhodes en 1480, puis fut nommé cardinal en 1489. Bibliothèque de Backer, I, 1902 ; Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, II, 7756 (qui ne signale que la seconde édition de 1677) ; Blackmer 39 (qui ne possédait que l’édition tardive de 1691) ; Atabey 142.

Considéré comme l’un des sommets de la prose française par la « pureté » de la langue, le présent ouvrage connut un réel succès et fut traduit en anglais et en allemand. Il était encore réimprimé au XIXe siècle. 

Le Père Dominique Bouhours (1628-1702) était tenu en haute estime par Bossuet, comme par Boileau, par La Fontaine et Saint-Evremond. Bien mieux : Racine lui envoya un jour une de ses pièces pour le prier d’en remarquer les fautes de langage. Esprit souple et plein de charme, le Père Bouhours passe, comme on sait, pour l’héritier de Vaugelas. Il eut de l’esprit jusque sur son lit de mort, lui qui disait en souriant à l’un de ses proches : ‘J’ai quelque scrupule du plaisir que je trouve à mourir’.

« Notre langue lui doit plus qu’à aucun auteur sans excepter Vaugelas ». E. Quélennec.

« Dominique Bouhours, né à Paris le 15 mai 1628, entra au noviciat le 7 septembre 1644. Il professa d’abord les humanités à Paris et la rhétorique à Tours ; plus tard il fut chargé de l’éducation des jeunes princes de Longueville, et ensuite de celle du marquis de Seignelay, fils de Colbert. Il mourut à Paris le 27 mai 1702. » (De Backer).

« Dès l’âge de 13 ans, Pierre d’Aubusson, né en 1423, entra au service de l’empereur Sigismond, en guerre avec le Sultan Amurat II, et fit ses premières armes sous les ordres du fameux Huniade. A son retour de Hongrie, il accompagna le dauphin (depuis Louis XI) au siège de Montereau, puis dans son expédition contre les Suisses ; entra dans l’ordre des chevaliers de Rhodes ; se signala contre les pirates de l’Archipel, et fut élevé à la maîtrise en 1470. Cependant, Mahomet II, après avoir renversé l’empire d’Orient, ne cessait de menacer la ville de Rhodes, qui faisait ombrage à sa puissance, et en 1480, une immense flotte turque, portant 100 000 soldats, parut devant l’île et opéra son débarquement. Alors commença un des sièges les plus mémorables dont l’histoire fasse mention. Le grand maître y reçut cinq blessures, en combattant avec une héroïque intrépidité. Mahomet jura de venger l’année suivante, à la tête d’une armée de 300 000 hommes, l’affront que venaient de subir ses armes ; mais la mort l’arrêta au milieu de ses préparatifs. Deux ans après, Zizim, le frère de Bajazet II, vint demander un asile au grand maître de Rhodes, qui le traita en prisonnier, et finit par le livrer au pape Innocent VIII. Le pape, qui avait déjà décerné à d’Aubusson les titres de ‘défenseur de la chrétienté’ et de ‘bouclier de l’Église’, le revêtit de la pourpre romaine en considération de ses services. D’Aubusson mourut en 1503, à l’âge de 80 ans, avec la réputation d’un des plus grands hommes de son siècle. »

“This life of d’Aubusson is mainly concerned with his valour during the unsuccessful siege of Rhodes by the Turks in 1480, and much of it is based on Caoursin’s account. Bouhours was tutor to Colbert’s son.” (Atabey).

“Whilst this is primarily a life of d'Aubusson, Grand Master of the Knight of St. John at Rhodes, it also includes passages on other crusades against the Turks and includes accounts of the Lusignan and Savoyarde dynasties in Cyprus.”

« Dédié à François d’Aubusson, duc de La Feuillade, Pair et Maréchal de France. Frontispice gravé par E. Gantrel, d’après P. Sevin ; vignettes gravées par L. Cossin, d’après le même. » (De Backer)

L’illustration superbe se compose d’un frontispice gravé par Grantel d’après Sevin qui représente Pierre d’Aubusson en pied, de 3 planches à pleine page représentant un portrait de Mahomet II, une très jolie vue de la ville de Rhodes        et un portrait de Zizime, le fils de Mahomet II, ainsi que de vignettes et culs-de-lampe dans le texte.

Séduisant exemplaire d’une grande pureté, conservé dans son vélin souple de l’époque.

Nos recherches ne nous ont permis de localiser aucun exemplaire relié en vélin de l’époque à être passé sur le marché public national et international ces trente dernières années.

Provenance : tampon de la Bibliothèque de la Princesse Luisa Publicola Santacroce sur le titre.





BOUHOURS, le Père Dominique. Histoire de Pierre d’Aubusson grand-maistre ... Édition originale de l’un des ...
BOUHOURS-le-Pere-Dominique-Histoire-de-Pierre-d-Aubusson-grand-maistre--Edition-originale-de-l-un-des-



  BOUHOURS-le-Pere-Dominique-Histoire-de-Pierre-d-Aubusson-grand-maistre--Edition-originale-de-l-un-des-



  BOUHOURS-le-Pere-Dominique-Histoire-de-Pierre-d-Aubusson-grand-maistre--Edition-originale-de-l-un-des-



 
Édition originale de l’un des sommets de la prose française. Séduisant exemplaire conservé dans son vélin souple de l’époque.
Vendu

BOUHOURS, le Père Dominique.

Histoire de Pierre d’Aubusson grand-maistre de Rhodes.

Paris, Sebastien Marbre-Cramoisy, 1676.

In-4 de 1 frontispice gravé, (8) ff. y compris le titre, la dédicace et l’avertissement, 351 pp., (27) pp. de table. 2 portraits et 1 vue de Rhodes à pleine page dans le texte. Tampon d’appartenance sur le titre. Relié en plein vélin souple de l’époque, quelques salissures au premier plat sans gravité, dos lisse, tranches mouchetées. Reliure de l’époque.

246 x 174 mm.

Edition originale de la passionnante biographie du père Bouhours qui s'illustra contre les Turcs dans la défense de Rhodes en 1480, puis fut nommé cardinal en 1489. Bibliothèque de Backer, I, 1902 ; Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, II, 7756 (qui ne signale que la seconde édition de 1677) ; Blackmer 39 (qui ne possédait que l’édition tardive de 1691) ; Atabey 142.

Considéré comme l’un des sommets de la prose française par la « pureté » de la langue, le présent ouvrage connut un réel succès et fut traduit en anglais et en allemand. Il était encore réimprimé au XIXe siècle. 

Le Père Dominique Bouhours (1628-1702) était tenu en haute estime par Bossuet, comme par Boileau, par La Fontaine et Saint-Evremond. Bien mieux : Racine lui envoya un jour une de ses pièces pour le prier d’en remarquer les fautes de langage. Esprit souple et plein de charme, le Père Bouhours passe, comme on sait, pour l’héritier de Vaugelas. Il eut de l’esprit jusque sur son lit de mort, lui qui disait en souriant à l’un de ses proches : ‘J’ai quelque scrupule du plaisir que je trouve à mourir’.

« Notre langue lui doit plus qu’à aucun auteur sans excepter Vaugelas ». E. Quélennec.

« Dominique Bouhours, né à Paris le 15 mai 1628, entra au noviciat le 7 septembre 1644. Il professa d’abord les humanités à Paris et la rhétorique à Tours ; plus tard il fut chargé de l’éducation des jeunes princes de Longueville, et ensuite de celle du marquis de Seignelay, fils de Colbert. Il mourut à Paris le 27 mai 1702. » (De Backer).

« Dès l’âge de 13 ans, Pierre d’Aubusson, né en 1423, entra au service de l’empereur Sigismond, en guerre avec le Sultan Amurat II, et fit ses premières armes sous les ordres du fameux Huniade. A son retour de Hongrie, il accompagna le dauphin (depuis Louis XI) au siège de Montereau, puis dans son expédition contre les Suisses ; entra dans l’ordre des chevaliers de Rhodes ; se signala contre les pirates de l’Archipel, et fut élevé à la maîtrise en 1470. Cependant, Mahomet II, après avoir renversé l’empire d’Orient, ne cessait de menacer la ville de Rhodes, qui faisait ombrage à sa puissance, et en 1480, une immense flotte turque, portant 100 000 soldats, parut devant l’île et opéra son débarquement. Alors commença un des sièges les plus mémorables dont l’histoire fasse mention. Le grand maître y reçut cinq blessures, en combattant avec une héroïque intrépidité. Mahomet jura de venger l’année suivante, à la tête d’une armée de 300 000 hommes, l’affront que venaient de subir ses armes ; mais la mort l’arrêta au milieu de ses préparatifs. Deux ans après, Zizim, le frère de Bajazet II, vint demander un asile au grand maître de Rhodes, qui le traita en prisonnier, et finit par le livrer au pape Innocent VIII. Le pape, qui avait déjà décerné à d’Aubusson les titres de ‘défenseur de la chrétienté’ et de ‘bouclier de l’Église’, le revêtit de la pourpre romaine en considération de ses services. D’Aubusson mourut en 1503, à l’âge de 80 ans, avec la réputation d’un des plus grands hommes de son siècle. »

“This life of d’Aubusson is mainly concerned with his valour during the unsuccessful siege of Rhodes by the Turks in 1480, and much of it is based on Caoursin’s account. Bouhours was tutor to Colbert’s son.” (Atabey).

“Whilst this is primarily a life of d'Aubusson, Grand Master of the Knight of St. John at Rhodes, it also includes passages on other crusades against the Turks and includes accounts of the Lusignan and Savoyarde dynasties in Cyprus.”

« Dédié à François d’Aubusson, duc de La Feuillade, Pair et Maréchal de France. Frontispice gravé par E. Gantrel, d’après P. Sevin ; vignettes gravées par L. Cossin, d’après le même. » (De Backer)

L’illustration superbe se compose d’un frontispice gravé par Grantel d’après Sevin qui représente Pierre d’Aubusson en pied, de 3 planches à pleine page représentant un portrait de Mahomet II, une très jolie vue de la ville de Rhodes        et un portrait de Zizime, le fils de Mahomet II, ainsi que de vignettes et culs-de-lampe dans le texte.

Séduisant exemplaire d’une grande pureté, conservé dans son vélin souple de l’époque.

Nos recherches ne nous ont permis de localiser aucun exemplaire relié en vélin de l’époque à être passé sur le marché public national et international ces trente dernières années.

Provenance : tampon de la Bibliothèque de la Princesse Luisa Publicola Santacroce sur le titre.