livres-rares-edition-originale-livres-anciens-OSIANDER-Harmonie-Evagelicae-libri-quatuor-in--Premiere-edition-parisienne-extremement-rare- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-OSIANDER-Harmonie-Evagelicae-libri-quatuor-in--Premiere-edition-parisienne-extremement-rare- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-OSIANDER-Harmonie-Evagelicae-libri-quatuor-in--Premiere-edition-parisienne-extremement-rare- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-OSIANDER-Harmonie-Evagelicae-libri-quatuor-in--Premiere-edition-parisienne-extremement-rare-
livres-rares-edition-originale-livres-anciens-OSIANDER-Harmonie-Evagelicae-libri-quatuor-in--Premiere-edition-parisienne-extremement-rare- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-OSIANDER-Harmonie-Evagelicae-libri-quatuor-in--Premiere-edition-parisienne-extremement-rare- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-OSIANDER-Harmonie-Evagelicae-libri-quatuor-in--Premiere-edition-parisienne-extremement-rare- livres-rares-edition-originale-livres-anciens-OSIANDER-Harmonie-Evagelicae-libri-quatuor-in--Premiere-edition-parisienne-extremement-rare-
Première édition parisienne rarissime de ce livre Première édition parisienne extrêmement rare de ce livre protestant, illustrée de 97 vignettes sur bois attribuées à Jean Cousin, conservée dans sa séduisante reliure parisienne de l’époque.





down
Reliures / Histoire, religion / Livres illustrés

OSIANDER

Harmonie Evagelicae libri quatuor, in quibus evangelica historia […].

Paris, Galliot du Pré, 1544.
[Relié avec]: -IGNACE D'ANTIOCHE (Saint). Sancti Martyris Ignatii, Antiochiae Archiepiscopi, Epistolae.
Paris, Guillaume Morel, 1558.

Soit 2 ouvrages en 1 volume in-8 de [4]ff., 160 ff. ; [2] ff.bl., [4], 80 pp.Relié en veau havane de l’époque, double jeu de filets d’encadrement à froid sur les plats avec fleurons dorés au centre et aux angles, dos à nerfs orné de filets à froid et de fleurettes dorées. Quelques taches sur la reliure. Reliure du type des reliures réalisées pour Marcus Fugger.

155 x 101 mm.

Première édition parisienne, extrêmement rare, de ce livre protestant. Brunet, IV, 248 ; Cat. des livres précieux de la bibliothèque Firmin-Didot, 481 ; Brun, p.262 ; Yemeniz 182.

André Osiander (1498-1552), théologien protestant disciple de Luther, se distingue par ses opinions nouvelles sur la question théologique de la justification. Il fut l'un des premiers à embrasser la Réforme protestante, soutenant Martin Luther à la diète d'Augsbourg.

La grande rareté de cet ouvrage s’explique par le fait que la possession et la vente de livres protestants à Paris à l’époque de la Réforme étaient devenues très dangereuses. En effet, depuis la parution des écrits de Luther et de Calvin, et suite à l’affaire des placards (octobre 1534), François Ier avait entrepris une véritable chasse aux hérétiques et les persécutions à l’encontre des protestants s’étaient multipliées. C’est d’ailleurs dans ce contexte violent que l’humaniste Etienne Dolet fut brûlé vif sur la place Maubert le 3 août 1546. Cet ouvrage est donc beaucoup plus rare que les autres livres parisiens illustrés de la même époque.

Le présent texte avait déjà été publié en 1537 à Bâle, au format in-folio, puis en 1540 à Anvers, mais il s’agit ici de la première édition publiée en France.

L’illustration superbe se compose de 96 vignettes finement gravées et d’une figure plus grande au dernier feuillet. L’ensemble de l’illustration est attribuée à Jean Cousin.

« Volume curieux qui contient un grand nombre de figures sur bois très finement gravées, dont le dessin est attribué à Jean Cousin. C’est un des plus charmants livres à figures sortis des presses parisiennes » (Yemeniz).

« Ce volume des ‘Harmonies évangéliques’, d’une extrême rareté, présente 97 gravures sur bois dignes d’une attention toute particulière. Elles sont parfaitement gravées, et bien tirées typographiquement. Leur dessin est supérieur à celui de Bernard Salomon, dont Papillon fait un élève de J. Cousin, et qui n’a commencé à produire quelques œuvres de gravure importantes que vers 1553, c’est-à-dire neuf ans plus tard. La gravure sur bois prend ici un beau et grand caractère, que je n’hésite pas à attribuer à Jean Cousin » (Cat. Firmin-Didot, 481).

« Suite de 96 vignettes (32 x 53) habilement gravées, représentant des scènes de la vie du Christ. Au verso du dernier f., une figure plus grande de la Pentecôte (78 x 55). Ces gravures, délicatement ombrées, où les personnages ont une élégance et un élancement très caractéristiques, sont les meilleures productions de l’atelier de gravure de D. Jansot. Elles s’inspirent des figures de Levinus de Witte, publiées à Anvers en 1540. On les retrouve dans ‘La Tapisserie de l’église chrestienne’ » (Brun, p.262).

« La pureté de son dessin le plaça au-dessus de tous ses rivaux […]. Cousin est un des artistes dont la France du seizième siècle a le droit de citer le nom avec le plus de fierté » (Nouvelle Biographie générale, XII, 251-252).

Le texte en latin relié avec l’ouvrage d’Osiander présente la seconde édition des lettres de Saint Ignace, édition qu’Hoffman (II, 391) considère comme meilleure que la rare originale publiée l’année précédente, en 1557.

Très bel exemplaire de ce livre rare préservé dans sa séduisante reliure parisienne de l’époque du type des reliures réalisées pour Marcus Fugger.

Seuls deux exemplaires sont répertoriés dans les grandes collections publiques : celui de la Bibliothèque municipale de Châlons-en-Champagne et celui de la NYPL.





livres rares édition originale livres anciens OSIANDER Harmonie Evagelicae libri quatuor, in ... Première édition parisienne extrêmement rare ...
livres-rares-edition-originale-livres-anciens-OSIANDER-Harmonie-Evagelicae-libri-quatuor-in--Premiere-edition-parisienne-extremement-rare-



  livres-rares-edition-originale-livres-anciens-OSIANDER-Harmonie-Evagelicae-libri-quatuor-in--Premiere-edition-parisienne-extremement-rare-



  livres-rares-edition-originale-livres-anciens-OSIANDER-Harmonie-Evagelicae-libri-quatuor-in--Premiere-edition-parisienne-extremement-rare-



  livres-rares-edition-originale-livres-anciens-OSIANDER-Harmonie-Evagelicae-libri-quatuor-in--Premiere-edition-parisienne-extremement-rare-



 
Première édition parisienne extrêmement rare de ce livre protestant, illustrée de 97 vignettes sur bois attribuées à Jean Cousin, conservée dans sa séduisante reliure parisienne de l’époque.
Prix: 12 500 €

OSIANDER

Harmonie Evagelicae libri quatuor, in quibus evangelica historia […].

Paris, Galliot du Pré, 1544.
[Relié avec]: -IGNACE D'ANTIOCHE (Saint). Sancti Martyris Ignatii, Antiochiae Archiepiscopi, Epistolae.
Paris, Guillaume Morel, 1558.

Soit 2 ouvrages en 1 volume in-8 de [4]ff., 160 ff. ; [2] ff.bl., [4], 80 pp.Relié en veau havane de l’époque, double jeu de filets d’encadrement à froid sur les plats avec fleurons dorés au centre et aux angles, dos à nerfs orné de filets à froid et de fleurettes dorées. Quelques taches sur la reliure. Reliure du type des reliures réalisées pour Marcus Fugger.

155 x 101 mm.

Première édition parisienne, extrêmement rare, de ce livre protestant. Brunet, IV, 248 ; Cat. des livres précieux de la bibliothèque Firmin-Didot, 481 ; Brun, p.262 ; Yemeniz 182.

André Osiander (1498-1552), théologien protestant disciple de Luther, se distingue par ses opinions nouvelles sur la question théologique de la justification. Il fut l'un des premiers à embrasser la Réforme protestante, soutenant Martin Luther à la diète d'Augsbourg.

La grande rareté de cet ouvrage s’explique par le fait que la possession et la vente de livres protestants à Paris à l’époque de la Réforme étaient devenues très dangereuses. En effet, depuis la parution des écrits de Luther et de Calvin, et suite à l’affaire des placards (octobre 1534), François Ier avait entrepris une véritable chasse aux hérétiques et les persécutions à l’encontre des protestants s’étaient multipliées. C’est d’ailleurs dans ce contexte violent que l’humaniste Etienne Dolet fut brûlé vif sur la place Maubert le 3 août 1546. Cet ouvrage est donc beaucoup plus rare que les autres livres parisiens illustrés de la même époque.

Le présent texte avait déjà été publié en 1537 à Bâle, au format in-folio, puis en 1540 à Anvers, mais il s’agit ici de la première édition publiée en France.

L’illustration superbe se compose de 96 vignettes finement gravées et d’une figure plus grande au dernier feuillet. L’ensemble de l’illustration est attribuée à Jean Cousin.

« Volume curieux qui contient un grand nombre de figures sur bois très finement gravées, dont le dessin est attribué à Jean Cousin. C’est un des plus charmants livres à figures sortis des presses parisiennes » (Yemeniz).

« Ce volume des ‘Harmonies évangéliques’, d’une extrême rareté, présente 97 gravures sur bois dignes d’une attention toute particulière. Elles sont parfaitement gravées, et bien tirées typographiquement. Leur dessin est supérieur à celui de Bernard Salomon, dont Papillon fait un élève de J. Cousin, et qui n’a commencé à produire quelques œuvres de gravure importantes que vers 1553, c’est-à-dire neuf ans plus tard. La gravure sur bois prend ici un beau et grand caractère, que je n’hésite pas à attribuer à Jean Cousin » (Cat. Firmin-Didot, 481).

« Suite de 96 vignettes (32 x 53) habilement gravées, représentant des scènes de la vie du Christ. Au verso du dernier f., une figure plus grande de la Pentecôte (78 x 55). Ces gravures, délicatement ombrées, où les personnages ont une élégance et un élancement très caractéristiques, sont les meilleures productions de l’atelier de gravure de D. Jansot. Elles s’inspirent des figures de Levinus de Witte, publiées à Anvers en 1540. On les retrouve dans ‘La Tapisserie de l’église chrestienne’ » (Brun, p.262).

« La pureté de son dessin le plaça au-dessus de tous ses rivaux […]. Cousin est un des artistes dont la France du seizième siècle a le droit de citer le nom avec le plus de fierté » (Nouvelle Biographie générale, XII, 251-252).

Le texte en latin relié avec l’ouvrage d’Osiander présente la seconde édition des lettres de Saint Ignace, édition qu’Hoffman (II, 391) considère comme meilleure que la rare originale publiée l’année précédente, en 1557.

Très bel exemplaire de ce livre rare préservé dans sa séduisante reliure parisienne de l’époque du type des reliures réalisées pour Marcus Fugger.

Seuls deux exemplaires sont répertoriés dans les grandes collections publiques : celui de la Bibliothèque municipale de Châlons-en-Champagne et celui de la NYPL.