CARMONTELLE Proverbes dramatiques 1773 livres rares edition originale livres anciens CARMONTELLE Proverbes dramatiques 1773 livres rares edition originale livres anciens
CARMONTELLE Proverbes dramatiques 1773 livres rares edition originale livres anciens CARMONTELLE Proverbes dramatiques 1773 livres rares edition originale livres anciens
Carmontelle (1717-1806), peintre, architecte, graveur et auteur dramatique, lecteur du duc de Chartres, porte ici à son point d’achèvement ce genre né au siècle précédent à l’Hôtel de Rambouillet.

L'une des reliures françaises les plus réussies du Siècle des Lumières réalisée en 1773 pour la marquise de Menou.







down
Littérature / Reliures / Autres

CARMONTELLE, Louis Carrogis, dit, lecteur du duc de Chartres (1717-1806)

Proverbes dramatiques

Paris, chez Lejay, 1773.

6 volumes in-8, maroquin rouge, dos lisses cloisonnés et fleuronnés avec pièces de titre et de tomaison en maroquin vert, large encadrement doré de petits médaillons ornant les plats, portant les chiffres MV répétés 8 fois dans les bordures latérales ; grand médaillon à chaque angle illustré d’angelots plein or, armoiries dorées au centre des premiers plats et dans un des médaillons, chiffre « MV » couronné doré au centre des seconds plats, coupes filetées, roulette intérieure dorée, tranches dorées, doublures et gardes de tabis bleu. L’une des plus exceptionnelles reliures françaises du Siècle des Lumières. Reliure de l'époque.

202 x 130 mm.

Rarissime édition en partie originale des 82 pièces de théâtre du peintre, architecte, graveur et auteur dramatique français Carmontelle (Louis Carrogis dit, 1717-1806), « lecteur du duc de Chartres » publiées de 1768 à 1773.

Les proverbes n° 60 à 82 figurent ici en première édition, les proverbes n° 1 à 33 ayant d’abord paru en 1768 et les n° 34 à 59 en 1769.

En frontispice, une allégorie libertine gravée sur cuivre par Jean-Baptiste Delafosse.

« Le lecteur du duc de Chartres porte ici à son point d’achèvement ce genre né au siècle précédent à l’hôtel de Rambouillet et friand de jeux littéraires. Ses Proverbes dramatiques se caractérisent par leur brièveté (un acte, une à seize scènes), leur concision, voire leur sécheresse de croquis et leur aimable moralisation. Ils illustrent concrètement une vérité morale résumée dans le « mot » final laissé à la sagacité du spectateur. Il s’agit d’un genre mi-ludique, mi-littéraire, entre la pièce de circonstance d’hommage au seigneur, le canevas laissé à l’improvisation des nobles comédiens amateurs et la comédie réduite. L’intérêt de ces pochades réside dans le vaste éventail social représenté : monde des religieux, des militaires, des magistrats, des paysans, des nobles et de la petite bourgeoisie parisienne dont Carmontelle retrace avec précision le langage, les mœurs, les aspirations et la vie quotidienne. L’impression de réalité est augmentée par l’absence de types littéraires, d’intrigues complexes et de dialogues brillants. L’actualité apparaît dans les allustions aux divertissements à la mode, aux querelles artistiques, aux spectacles en vogue. Une grande attention est portée aux conditions matérielles de la représentation, ce que soulignent les indications scéniques concernant le déplacement des acteurs, les tons, les mimiques et surtout les costumes des classes populaires. Certes, on peut, comme le firent déjà quelques contemporains, reprocher à ces saynètes leur pointillisme, leur répétitivité, leur relative vacuité leur maladresse de construction ou leur lourdeur. C’est toutefois méconnaître les conditions d’émergence éphémère, il est joué par des acteurs nobles dans la tradition du théâtre de société si fort à l’honneur en cette seconde moitié du xviiiè siècle. Un certain nombre de caractéristiques se trouvent dès lors justifiées : l’attention portée à la représentation qui apparaît comme une fête, la prédilection pour le spectaculaire, les rôles de composition et les travestissements sociaux qui permettent un carnaval temporaire et inoffensif. La noblesse surveille l’image qu’elle renvoie d’elle-même. Les allusions culturelles, les influences littéraires avouées (essentiellement de Molière et de Marivaux), la satire impitoyable des exclus (les parvenus entre autres) constituent les limites de l’encanaillement qu’elle s’autorise dans la tradition de la parade et des défauts traditionnels qu’elle concède sur la scène d’un théâtre de société. Littérairement et sociologiquement, les Proverbes constituent un témoignage précieux sur les théâtres privés de la fin du siècle. (Marie-Emmanuelle Plagnol-Dieval).

Extraordinaire reliure parisienne d’amour réalisée en 1773 pour la Marquise de Menou.

Anne-Isabelle-Michelle de Chaspoux de Verneuil avait épousé René Louis Charles de Menou en 1769.

Les médaillons, entourés de guirlandes florales, contiennent les initiales M(enou) et V(erneuil) séparées, jointes ou entrelacées, ainsi que des cœurs enflammés et des amours avec devises : « Ainsi sont unis leurs cœurs » et « Chantons ce couple charmant qui nous enchaîne sous ses loix ».

Assurément l’une des reliures françaises les plus réussies du Siècle des Lumières.





CARMONTELLE Proverbes dramatiques 1773 livres rares édition originale livres anciens
CARMONTELLE Proverbes dramatiques 1773 livres rares edition originale livres anciens



  CARMONTELLE Proverbes dramatiques 1773 livres rares edition originale livres anciens



 

L'une des reliures françaises les plus réussies du Siècle des Lumières réalisée en 1773 pour la marquise de Menou.


Prix: 39 000 €

CARMONTELLE, Louis Carrogis, dit, lecteur du duc de Chartres (1717-1806)

Proverbes dramatiques

Paris, chez Lejay, 1773.

6 volumes in-8, maroquin rouge, dos lisses cloisonnés et fleuronnés avec pièces de titre et de tomaison en maroquin vert, large encadrement doré de petits médaillons ornant les plats, portant les chiffres MV répétés 8 fois dans les bordures latérales ; grand médaillon à chaque angle illustré d’angelots plein or, armoiries dorées au centre des premiers plats et dans un des médaillons, chiffre « MV » couronné doré au centre des seconds plats, coupes filetées, roulette intérieure dorée, tranches dorées, doublures et gardes de tabis bleu. L’une des plus exceptionnelles reliures françaises du Siècle des Lumières. Reliure de l'époque.

202 x 130 mm.

Rarissime édition en partie originale des 82 pièces de théâtre du peintre, architecte, graveur et auteur dramatique français Carmontelle (Louis Carrogis dit, 1717-1806), « lecteur du duc de Chartres » publiées de 1768 à 1773.

Les proverbes n° 60 à 82 figurent ici en première édition, les proverbes n° 1 à 33 ayant d’abord paru en 1768 et les n° 34 à 59 en 1769.

En frontispice, une allégorie libertine gravée sur cuivre par Jean-Baptiste Delafosse.

« Le lecteur du duc de Chartres porte ici à son point d’achèvement ce genre né au siècle précédent à l’hôtel de Rambouillet et friand de jeux littéraires. Ses Proverbes dramatiques se caractérisent par leur brièveté (un acte, une à seize scènes), leur concision, voire leur sécheresse de croquis et leur aimable moralisation. Ils illustrent concrètement une vérité morale résumée dans le « mot » final laissé à la sagacité du spectateur. Il s’agit d’un genre mi-ludique, mi-littéraire, entre la pièce de circonstance d’hommage au seigneur, le canevas laissé à l’improvisation des nobles comédiens amateurs et la comédie réduite. L’intérêt de ces pochades réside dans le vaste éventail social représenté : monde des religieux, des militaires, des magistrats, des paysans, des nobles et de la petite bourgeoisie parisienne dont Carmontelle retrace avec précision le langage, les mœurs, les aspirations et la vie quotidienne. L’impression de réalité est augmentée par l’absence de types littéraires, d’intrigues complexes et de dialogues brillants. L’actualité apparaît dans les allustions aux divertissements à la mode, aux querelles artistiques, aux spectacles en vogue. Une grande attention est portée aux conditions matérielles de la représentation, ce que soulignent les indications scéniques concernant le déplacement des acteurs, les tons, les mimiques et surtout les costumes des classes populaires. Certes, on peut, comme le firent déjà quelques contemporains, reprocher à ces saynètes leur pointillisme, leur répétitivité, leur relative vacuité leur maladresse de construction ou leur lourdeur. C’est toutefois méconnaître les conditions d’émergence éphémère, il est joué par des acteurs nobles dans la tradition du théâtre de société si fort à l’honneur en cette seconde moitié du xviiiè siècle. Un certain nombre de caractéristiques se trouvent dès lors justifiées : l’attention portée à la représentation qui apparaît comme une fête, la prédilection pour le spectaculaire, les rôles de composition et les travestissements sociaux qui permettent un carnaval temporaire et inoffensif. La noblesse surveille l’image qu’elle renvoie d’elle-même. Les allusions culturelles, les influences littéraires avouées (essentiellement de Molière et de Marivaux), la satire impitoyable des exclus (les parvenus entre autres) constituent les limites de l’encanaillement qu’elle s’autorise dans la tradition de la parade et des défauts traditionnels qu’elle concède sur la scène d’un théâtre de société. Littérairement et sociologiquement, les Proverbes constituent un témoignage précieux sur les théâtres privés de la fin du siècle. (Marie-Emmanuelle Plagnol-Dieval).

Extraordinaire reliure parisienne d’amour réalisée en 1773 pour la Marquise de Menou.

Anne-Isabelle-Michelle de Chaspoux de Verneuil avait épousé René Louis Charles de Menou en 1769.

Les médaillons, entourés de guirlandes florales, contiennent les initiales M(enou) et V(erneuil) séparées, jointes ou entrelacées, ainsi que des cœurs enflammés et des amours avec devises : « Ainsi sont unis leurs cœurs » et « Chantons ce couple charmant qui nous enchaîne sous ses loix ».

Assurément l’une des reliures françaises les plus réussies du Siècle des Lumières.